21/03/2011

Cerdagne - Dans les entrailles du Barrage des Bouillouses

cerdagne,angoustrine,barrage des bouillouses,société hydroélectrique du midi,shem

Le Barrage des Bouillouses est centenaire. Construit de 1906 à 1910, c’est un ouvrage magistral construit en moellons de granit. Il est l’objet de toutes les attentions et surveillé quotidiennement par une équipe de la Société Hydro-électrique du Midi. Nous l’avons suivie au cœur du barrage.

En été comme en hiver, le Barrage des Bouillouses doit être accessible. Tous les 15 jours, au minimum en hiver, une équipe vient de l’usine hydro-électrique de La Cassagne repérer si des désordres ne sont pas intervenus dans l’imposant ouvrage. C’est avec une chenillette amphibie canadienne que la montée (sportive!) se fait, de l’usine des Aveillans jusqu’au site des Bouillouses. L’endroit, grandiose l’été est encore plus majestueux l’hiver. Le Péric et le Carlit sont pris dans une tempête de neige et le lac, entièrement gelé, donne une impression d’immensité. Il est aussi très bas. « C’est normal, c’est la période des lâchures. Mais il y a une hauteur à respecter, 2 mètres minimum, pour alimenter Font-Romeu en eau potable, favoriser les ponctions pour les canons à neige et également assurer la sauvegarde piscicole, en l’occurrence, la truite arc-en-ciel des Bouillouses » nous dit Richard Brinon, contremaître d’exploitation à la Cassagne et en charge de la sécurité du barrage. Après une visite extérieure du site, c’est l’immersion dans le cœur même du barrage, un centenaire bien en forme.

Un barrage qui vit

cerdagne,angoustrine,barrage des bouillouses,société hydroélectrique du midi,shemLe personnel de la SHEM, Richard Brinon et Hervé Carmelez, chef de groupement de la Vallée de la Têt sont intarissables sur l’eau en général et le barrage en particulier. Mais comme tous ceux qui ont eu la chance de rentrer dans les galeries du barrage, ils sont toujours aussi admiratifs du travail effectué par les ingénieurs du début du 20e siècle. Cependant, ce barrage poids (qui résiste à la poussée de l’eau par son poids d’où son nom) est soumis à une multitude de contrôles. Dans le puits central, des appareils de mesure qui semblent archaïques, sont d’une justesse redoutable : un pendule direct et un pendule inversé permettent de mesurer le déplacement amont et aval du barrage. « Il est de l’ordre de quelques millimètres, dû aux taux de remplissage et aux amplitudes thermiques» nous dit Richard Brinon. C’est ce qu’on appelle un barrage vivant ! Les piézomètres quant à eux, sont installés dans les fondations et mesurent la sous-pression, danger majeur qui guette les barrages poids.

L’eau pour qui ?

Le barrage a été construit en deux étapes, surélevé de 1945 à 1948 pour en augmenter la capacité. A cerdagne,angoustrine,barrage des bouillouses,société hydroélectrique du midi,sheml’intérieur du barrage, la répartition de l’eau s’effectue par deux conduites : celle de diamètre 500 alimente en eau potable Font-Romeu et un piquage sert aux canons à neige, la conduite diamètre 1000, alimente la centrale des Aveillans et turbine jusqu’à Villefranche. « A l’origine, c’est la Compagnie du Midi, décidant d’électrifier des lignes de chemin de fer de montagne des Pyrénées qui gère le barrage ainsi que l’usine de la Cassagne. Tous deux sont destinés à alimenter le Train jaune. L’eau du barrage sert également à l’irrigation de la plaine du Roussillon » rappelle Hervé Carmelez. Un gros effort de colmatage a été entrepris.  Déjà dans les galeries qui longent le barrage de part en part puis à l’intérieur du parement amont où une bâche Carpi a été installée. L’eau est une denrée précieuse, ce n’est pas à ces chasseurs de fuites qu’on l’apprendra !

 

cerdagne,angoustrine,barrage des bouillouses,société hydroélectrique du midi,shem

A droite, la conduite alimentant Font-Romeu.     

 

Quelques chiffres :

1ere phase, 1910 : longueur de 252 m, crête déversoir à 2013 NGF, capacité 13 millions de m3. 2eme phase, 1945 à 1948 : longueur 364 m, crête déversoir à  2016,16 NGF, capacité 17,5 millions de m3. Le barrage se remplit deux fois par an. Alimentation en eau potable de Font-Romeu : 500m3/heure pour un volume maximum de 1 160 000 m3/an. Alimentation des canons à neige : 1500 m3/heure pour 540 000m3 par saison (soit 2% de la capacité x2 du barrage)

 

cerdagne,angoustrine,barrage des bouillouses,société hydroélectrique du midi,shem

Le barrage des Bouillouses pourvoie Font-Romeu en eau potable et assure le fonctionnement des canons à neige de la station de ski. Achevé en 1910, surélevé 35 ans plus tard, sa construction en moellons de granit est remarquable. Il est bourré d’électronique, et chaque désordre est enregistré, analysé sur place mais aussi à l’usine de la Cassagne, grâce à la télésurveillance, à Toulouse et même Grenoble. Un centenaire sous haute garde, très rarement ouvert aux visites.

 

Les commentaires sont fermés.