31/03/2011

Cerdagne - Osséja - Les sections professionnelles supprimées à la Perle Cerdane : les élus s’y refusent

L’annonce de l’extinction des sections électrotechnique et hôtellerie restauration à la Perle Cerdane a fait fortement réagir les élus.  Ils se sont exprimés sur cette décision qu’ils jugent déplorable et inappropriée.

Après les vacances d’hiver, on apprenait la fermeture à la rentrée prochaine, de la filière électrotechnique et dans deux ans, de la filière hôtellerie restauration à la Perle Cerdane sur la commune d’Osséja (L’Indépendant du 23 mars 2011), le transfert de la section tertiaire (Bureautique, secrétariat) au lycée Pierre de Coubertin de Font-Romeu et la section Découverte Professionnelle (3e DP6) au collège de Font-Romeu. Si les décisions prises sont communes aux deux partenaires concernés par le site, l’Education Nationale et l’ALEFPA, c’est bien sûr le fond mais aussi la forme que critiquent vertement les élus de Cerdagne, du département et de la Région.

Convention remise en cause

L’ALEFPA (Association Laïque pour l’Education, la Formation, la Prévention et l’Autonomie) gère les locaux hébergeant les filières qui relèvent de l’Education Nationale. Par convention du 13 octobre 2006 entre l’ALEFPA et le recteur d’académie, il a été conclu une participation de l’Education Nationale à la dotation en moyens horaires d’enseignement de l’unité pédagogique.  « Il semble que cette convention qui arrive à échéance en février 2013 soit susceptible d’être remise en cause par l’ALEFPA » dit Suzanne Délieux, conseillère régionale et membre du conseil d’administration du lycée de Font-Romeu auquel sont rattachées administrativement les trois formations professionnelles de la Perle. « Tout se fait par bribes, se traite entre l’ALEFPA et l’Education nationale et la lettre du 24 février dernier entre ces deux parties est très choquante même indécente » dit-elle encore. Dans ce courrier, le recteur d’Académie adresse une réponse au président de l’ALEFPA suite aux conclusions de ce dernier sur les contraintes de locaux de l’association « Les deux spécialités restauration et électrotechnique seront progressivement mises en extinction ».

Etre mis au courant

Pour Georges Armengol, conseiller général, « quand les acteurs du territoire ne sont pas imbibés justement de ce territoire, on arrive nécessairement à ce genre d’exactions. Sur la forme, concernant cette fameuse lettre, je regrette que l’on n’ait pas été informé par les responsables de l’établissement qui accueille les sections du lycée professionnel, car certainement cela aurait permis de réagir différemment. C’est d’autant plus regrettable que l’on se voit régulièrement. De plus, on a décidé d’une façon un peu cavalière vis-à-vis des familles et des élèves de supprimer la section électrotechnique ». Il est attendu par tous que ces décisions de fermeture ne soient pas définitives même si cela semble malheureusement bien engagé : « Il est inacceptable aujourd’hui, dans une région comme la nôtre, de laisser partir des secteurs de formations qui sont une réelle potentialité, et qui plus est, correspondent aux besoins de l’économie locale ». Georges Armengol a d’ores et déjà programmé une rencontre entre les élus cerdans et l’inspecteur d’académie le 4 avril prochain.

Absolument garder ces filières

Pour le député de la circonscription François Calvet, qui avait déjà interpelé le premier ministre François Fillon sur la pérennisation de ces filières « si on avait su, on aurait essayé de trouver des solutions. On a été mis devant le fait accompli. Les possibilités existent, il faut trouver un local pour l’électrotechnique et surtout je ne veux pas que l’on tarisse le recrutement de la filière hôtellerie restauration à la rentrée 2011-2012 tant que les travaux au lycée d’Argelès n’ont pas commencé. La section cerdane pourrait être après coup une antenne de ce lycée. Les débouchés son très intéressants pour les jeunes cerdans, je défendrai ces deux sections et j’irai à Paris expliquer mes positions ».

Un retour de 40 ans en arrière

Pour Jean-Louis Demelin, maire de Font-Romeu, « Cette décision est déplorable pour notre zone de montagne, notamment pour la restauration et l’hôtellerie car on a besoin ici, dans cette profession, de gens qui y vivent à l’année. Quant à l’électrotechnique, les stations de ski recrutent largement cette main d’œuvre. Que les élèves doivent partir à Perpignan ou Prades, c’est un retour en arrière de 40 ans, quand on prenait le petit train jaune et qu’on était en pensionnat. Une fois de plus, notre territoire est saigné à blanc». Enfin pour le maire d’Osséja, Daniel Delestré, « Il faut que le potentiel de formation des filières professionnelles soit préservé. Si la 3e DP6, la bureautique et le secrétariat migrent à Font-Romeu, on ne va pas s’en plaindre. Mais supprimer à terme les deux autres sections, c’est véritablement un très mauvais coup porté à notre territoire. Ce serait navrant de voir partir ces formations vers l’extérieur ». Des élus à l’unisson quant au maintien des différentes sections professionnelles particulièrement adaptées aux besoins de l’économie locale.

L’inspecteur d’académie, Dominique Beck, sera présent aujourd’hui au lycée de Font-Romeu à 17h30 pour présenter aux familles, la nouvelle restructuration scolaire.

la perle cerdane 1.jpg

Les jeunes des hauts cantons ont droit a une offre de formation de proximité et de qualité qui répond dans un même temps à la forte demande des professionnels en hôtellerie, restauration et électrotechnique, secteurs que veulent justement supprimer les plus hautes instances de l’Education Nationale.

Les commentaires sont fermés.