07/06/2011

Cerdagne - L’école catalane La Bressola en sursis

Les parents d’élèves de la Bressola de Caldégas attendaient l’annonce officielle de la fermeture de l’école. Le directeur des écoles de la Bressola est venu, contre toute attente, leur annoncer que Caldégas repartait pour an. C’est peu, mais suffisant pour surseoir à la décision d’une fermeture définitive.

La Bressola Caldegas 2.jpg

Arrivé directement de Perpignan, Joan Pere Le Bihan était attendu avec anxiété voire découragement par les parents d’élèves de la Bressola. Depuis février, ils s’étaient faits à l’idée que « leur » Bressola » allait grossir la liste des suppressions d’écoles et de classes notifiées pour la rentrée prochaine. C’était quasiment certain, « à 80%, malheureusement » avait annoncé Joan Pere Le Bihan. Pourquoi maintenant, joan pere le bihan.jpgalors que la situation financière des écoles de la Bressola est équilibrée depuis deux ans ? « Parce qu’en raison de la crise, la Generalitat de Catalunya a baissé ses subventions de 20% et que le Ministère de l’Education nationale a supprimé des postes dans tout l’Hexagone ». La conséquence financière pour l’année prochaine est sans appel : il manque 20 000€ pour que fonctionne l’école de la Bressola à Caldégas. Restait une entente entre politiques des deux côtés de la Cerdagne pour sauver l’école.

Il faudrait un miracle

Jusqu’à lundi, Joan Père Le Bihan est des plus pessimistes. Jeudi dernier, la réunion entre Georges Armengol, conseiller général et le maire de Puigcerda, n’avait pas permis de rassembler les fonds nécessaires pour maintenir l’école. « Ce qu’il faut, c’est un miracle pour que la Bressola ne ferme pas » annonçait le directeur des écoles. Peut-être existe-t-il une sainte patronne de la Bressola car dans la journée de lundi, tout est allé très vite : le maire de Puigcerda mettait sur la table 10 000€, Georges Armengol lui emboitait le pas et proposait 3000€. A 17h, il manquait encore 7000€ que le fondateur de la Bressola Miquel Mayol amenait de justesse. « J’ai appris la nouvelle sur la route de Cerdagne. J’ai moi-même apporté 1000€ de ma poche » nous dit Joan Pere le Bihan encore tout retourné.

L’annoncer aux parents

Ce sont les parents, réunis donc dans l’école de Caldégas qui ont eu la primeur de l’annonce. « Je ne dis pas que tout ira bien l’année prochaine, mais cela permet de tenir encore un an et d’organiser le combat ». La prolongation de l’école était cependant conditionnée à l’opinion unanime des parents. Même si tous n’étaient pas là et ne pouvaient parler au nom de la majorité, l’adhésion à la proposition du directeur ne s’est pas faite attendre. « Il faudra des sacrifices, des efforts. La situation financière est très délicate mais ce n’est pas terminé ». Celle-ci pourrait s’améliorer avec la participation plus forte des communes de Cerdagne française. Certaines font déjà des efforts en allouant des subventions ou comme Bourg-Madame qui paye l’eau et l’électricité. Il est vrai que dans tous les villages, le personnel parfaitement bilingue est requis dans de nombreux postes, que ce soit dans le domaine privé ou public.

les parents d'élèves de la Bressola.jpg

Alors pourquoi se couper d’une école formidable qui fournit des futurs employés au bilinguisme parfait dans une région transfrontalière qui réclame à corps et à cris des gens qui parlent aussi bien catalan que français ?

Thorent, le bihan, ridaura, bertrana.jpg

La Bressola de Caldégas où l’on compte autant de petits français que de catalans, est la plus bilingue des écoles de Bressola du département en raison de sa situation transfrontalière. Joan Pere le Bihan au centre, accompagné ici du vice-président Gérard Thorent, d’Eve Bertrana, responsable administrative et Joan Ridaura, membre du conseil d’administration est venu annoncer aux parents que l’école restait encore ouverte un an.

Les commentaires sont fermés.