24/02/2012

Cerdagne-Capcir - La marque Hi-Himal débarque en montagne

Deux Cerdans ont récemment monté une société, Hi-Himal. C’est du domicile de l’un deux qu’ils importent des vêtements de montagne du Népal, élaborés par eux avec le fabricant.

1 la gamme s'est complétée.jpg

La gamme s'est complétée de plusieurs produits : sacs de couchages, doudounes, moufles, et les doudounes sont désormais de plusieurs couleurs.

Depuis quelque temps, les doudounes de la marque Hi-Himal fleurissent en Cerdagne et Capcir. Le nouveau vêtement à la mode vient du Népal par le biais d’Etienne Marvejouls et Florian Chausson. Ces deux jeunes Cerdans ont créé la société du même nom, suite à plusieurs voyages népalais. Histoire peu ordinaire de la création d’une marque.

Un projet remontant à trois ans

4 Etienne et Florian dans l'atelier népalais.jpg

L’atelier de fabrication au Népal, Etienne, Florian et Bam

A l’automne 2008, Etienne et Florian partent au Népal pour deux mois d’ascension, de treck et deP1010634.JPG découvertes. Au hasard d’un magasin de vêtements techniques comme il y en a tant, ils rencontrent un fabricant, Bam Bahadur-Rai. Après lui avoir acheté du matériel, ils sympathisent, et nos deux montagnards sont rapidement invités chez lui. Bam leur propose alors de vendre des doudounes en France. « Au Népal, il y a énormément de contre-façons. Nous avons expliqué à Bam que la France était très à cheval et qu’il fallait créer notre propre marque. Suite à ça, nous sommes partis 15 jours en treck et à notre retour, Bam nous proposait le nom de Hi-Himal que nous avons approuvé. Nous avons de notre côté, créé le logo » explique Florian. La marque Hi-Himal (hi, que l’on prononce high, haut en anglais et himal, montagne en népalais) était née et déposée en France par Etienne et Florian.

Collaboration et élaboration

En fins connaisseurs du milieu montagnard et des conditions extrêmes, Etienne, accompagnateur à Ozone 3 à Font-Romeu et Florian, accompagnateur et pisteur à Formiguères ont élaboré, sur place, dans l’atelier de Bam, les doudounes et autres produits à commercialiser en  France. Bam qui emploie une dizaine de personnes a fait évoluer les produits au gré des demandes des deux Cerdans. « Au début, il y a un an, nous avons fait venir une cinquantaine de doudounes pour voir l’impact et ne pas se tromper. Devant l’engouement, nous avons étoffé la gamme avec des doudounes fines, épaisses, sans manches, des moufles et des chaussons et trois styles de sacs de couchage. C’est garni avec 100% duvet de canard, on l’a vu faire, pour chaque bande de doudoune, le duvet est pesé par les ouvriers ». Et au niveau chaleur, tous ceux qui ont acheté le produit étaient conquis.

Un prix très attractif

Non seulement la qualité est excellente, mais le rapport qualité prix est exceptionnel, trois, voire quatre fois moins cher que les grandes marques. Les doudounes sont entièrement faites à la main, deux par jour et par ouvrier. Les premiers acheteurs ont demandé des produits en couleur, c’est chose faite avec 4 couleurs au choix : orange, bleu, jaune et noir. « Pour l’instant, les petites marges dégagées servent au fonctionnement de la société, tout le reste repart au Népal et contribue à faire vivre plus de 10 familles, c’est le plus important. Nous avons grandement été aidés pour l’importation par Ysal, agence en douane à Toulouse, l’Hospitalet et Bourg-Madame » explique Etienne. Par le bouche à oreille, environ 300 doudounes ont été vendues. Gageons que la petite société Hi-Himal gravira des sommets de notoriété.

2 Etienne et Florian à Err.jpgLes produits

Gamme doudounes : 65 à 85€. Sacs de couchage : 85 à 115 €. Tee-shirt : 15€. H,F et enfants.

Contacts : Hi-Himal : 06 80 60 41 23 mail infos@hi-himal.fr internet : www.hi-himal.fr

C’est à Err, au domicile de l’un d’eux que les produits sont stockés. Etienne et Florian portent une doudoune élaborée par eux et fabriquée par leur ami Bam.  

 

17/02/2012

Cerdagne-Capcir - Handi Axurit : la glisse accessible à tous les publics

Depuis 2003, ADAPACC section Handi Axurit œuvre pour que les handicapés connaissent aussi les joies de la glisse. Des moments inoubliables en fauteuil ski ou avec le révolutionnaire Trotti-ski.

 

Cerdagne,capcir,les angles, handi axurit,adapacc

 

Bientôt 10 ans que l’association ADAPACC (Association pour le Développement des Activités Physiques Adaptées Cerdagne Capcir) permet aux personnes handicapées de profiter des plaisirs du ski. C’est uniquement sur le domaine des Angles, que nous avons rencontré des bénévoles tout à leur joie de guider des skieurs pas comme les autres.

Surprenant Trotti-ski

Il est 10h au Pla del Mir. Dans le petit chalet mis à disposition par la mairie, Muriel et Marion préparent le matériel pour une journée de glisse, en l’occurrence, deux fauteuils ski et le Trotti-ski.  Aujourd’hui, c’est tout un groupe de Bretons qui vient dévaler les pentes avec nos deux professionnelles diplômées du handicap et de l’activité physique. Mais c’est tout d’abord Louis, 20 ans, qui va tailler des courbes sur les pistes vertes sur le Trotti-ski, surprenante trottinette des neiges qui favorise la position debout. « A partir du moment où le handicap permet d’être debout, il n’y aucune raison de mettre la personne dans un fauteuil » explique Fabienne, la présidente d’ADAPACC. L’association est d’ailleurs la seule en France, après Plagne, à avoir ce matériel qui vient juste de rentrer au Musée d’Albertville comme étant le dernier système innovant en matière de handicap.

 

Cerdagne,capcir,les angles, handi axurit,adapacc

 

Marc Gostoli le précurseur

Le fauteuil, le GMS (Gostoli Marc System) qu’a acquis l’association est ultra-performant. Le nom vient de son inventeur, Marc Gostoli qui fabrique, depuis 1990, des « machines à skier » pour handicapés. Il crée en 1997, l'association Antenne Handicap qui a pour objectif de rendre accessible la pratique des sports de montagne à tous, qu'on soit débutant, confirmé et même compétiteur, quel que soit le type de pathologie (physique, mentale ou sensorielle). « Dans les Pyrénées, Marc qui nous a formé à la Plagne, nous a donné délégation pour que nous même formions des pilotes » nous explique Fabienne. Il est vrai que guider ce matériel est tout un art et demande des efforts physiques pour l’accompagnateur mais pas que pour lui. «Ce n’est pas de la balade, les personnes déficientes participent activement à la descente en se penchant de droite et de gauche » nous dit encore Muriel.

 

Cerdagne,capcir,les angles, handi axurit,adapacc

 

De plus en plus nombreuxCerdagne,capcir,les angles, handi axurit,adapacc

Muriel Bobo et Fabienne Durand sont bénévoles et leur association tient le cap en raison de ce statut. Lapremière est enseignante en activité physique adaptée à Sensevia à Osséja, l’autre, professeur à l’université de Perpignan, responsable du parcours activité physique adaptée et santé. Seule Marion est salariée et s’occupe toute l’année, d’activité physique auprès d’un public sénior. Une aide de sponsors ou donateurs permettrait un agrandissement du parc (le GMS coûtant 4500€) et une prise en charge supérieure de ce public de plus en plus friand de sensations.

Contact ADAPACC : 06 76 83 44 45 ou 06 82 94 92 75 mail : adapacc@aol.com

06/02/2012

Cerdagne - Capcir - Haut-Conflent : Suppression de postes et de classes : un vent de révolte souffle sur les Hauts Cantons

La moutarde est montée au nez des élus des hauts cantons. Encore des propositions de suppressions de postes et c’est la montagne qui vacille, comme un seul homme dans la mobilisation.

Suite à la proposition de l’inspecteur d’académie de supprimer 9 postes sur les cantons de Mont-louis et Saillagouse, une réunion d’urgence était organisée par les conseillers généraux Pierre Bataille et Georges Armengol. Rarement on aura vu les élus de Cerdagne, Capcir, Haut-Conflent aussi unis et révoltés.

photo 1.jpg

de g. à dr. : le conseiller général du canton de Mont-Louis, Pierre Bataille, le conseiller général du canton de Saillagouse, Georges Armengol et sa suppléante, Marie-Noëlle Imbern.

L’inspecteur dans son bon droit ?

« Les cantons de Saillagouse et Mont-Louis sont classés en Zone de Montagne et constituent une entité géographique, économique et sociale dont le relief, le climat, le patrimoine nécessitent la définition et la mise en œuvre d’une politique spécifique de développement, d’aménagement de protection, loi du 85.30 du 3 janvier 1985 » rappelle Georges Armengol. Ces mêmes éléments servent d’ailleurs de base à la circulaire 2011-237 du 30 décembre 2011, élaborée conjointement à partir d’un groupe d’élus de la montagne, de l’AMF et des services du ministère de l’Education nationale. En matière de carte scolaire, celle-ci prescrit un devoir d’information et de concertation avec les exécutifs locaux des collectivités territoriales de la part des autorités académiques « collègues élus, en avez-vous été informés » demande Georges Armengol ?. Le non massif laisse entrevoir une irrégularité certaine et un non respect de la règle de la part de l’inspection académique.

Une mobilisation qui va crescendo

De minute en minute, l’exaspération est montée au sein des élus venus de l’ensemble des communes des deux cantons. Aucune ne manquait à l’appel et il n’a pas fallu longtemps pour apprécier la solidarité montagnarde qui n’est plus à démontrer. « Une classe touchée au fin fond du Capcir et c’est toute la montagne qu’on affaiblit » dira un élu. Mais pour le coup, c’est 5 postes devant élèves qui sont visés (Formiguères, La Cabanasse, Bolquère, Palau de Cerdagne-Osséja et Font-Romeu) auxquels se rajoutent deux postes de ZIL (Zone d’intervention localisée) et deux postes de RASED (Soutien en Pédagogie, Rééducation et Psychologie) sur les deux cantons. Et à l’évocation des postes évaporés les années précédentes, la salle a basculé dans l’ulcération. Au point que « en tant qu’officiers de polices judicaires que nous sommes, pourquoi devant ce manque de concertation patent, devrions-nous organiser les prochaines échéances électorales ?». Les élus ont donc décidé de passer à l’action et ce dès jeudi 9 février, en se rendant massivement devant l’inspection d’académie. « On peut vous dire que jeudi, on saura, nationalement, que les élus de la montagne sont venus à Perpignan » préviennent-ils.

En début de réunion, on entendait dire « Il faudra bien qu’un jour on se rebelle ». On peut considérer que ce jour est arrivé.

photo 2.jpg

Le conseiller général du canton de Mont-louis, Pierre Bataille, le conseiller général du canton de Saillagouse, Georges Armengol et sa suppléante, Marie-Noëlle Imbern et  les élus de l’ensemble des communes de la montagne ont pris des décisions unanimes pour contrer les propositions de l’inspecteur d’académie de supprimer 9 postes.

Extrait du courrier rédigé par les élus de Cerdagne-Capcir et Haut-Conflent

"… Considérant que les décisions prises par l’Inspecteur d’Académie – Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale vont à l’encontre du développement équitable et durable, objectif national défini par la loi, dans une dynamique de progrès « sans rupture brutale avec le passé et des traditions ». Considérant que les règles prévues pour l’élaboration de la carte scolaire propre à la zone de montagne n’ont pas été respectées (pas de concertation, pas de prise en compte des contraintes locales, pas d’étude d’impact…), Considérant que la charte de l’organisation des services publics et au public n’est pas respectée, Considérant que la suppression des 5 Postes d’enseignants devant élève, 2 Postes de ZIL, 2 Postes de RASED, est une rupture brutale avec l’organisation mise en place sur le plateau d’altitude que représentent les Cantons de Mont-Louis et Saillagouse qui détruit la qualité de service rendu à la population, dans le cadre des RPI et Ecole Publique. En conséquence, les élus exigent l’abandon des fermetures et suppression de postes sur les Cantons de Mont-Louis et Saillagouse, et demandent le maintien en l’Etat du service existant et la mise en place d’un moratoire en vue de suspendre cette décision compte tenu des importantes échéances électorales de 2012. Dans le cas du maintien des décisions proposées au Comité Technique, prioritaires pour Monsieur l’Inspecteur d’Académie – Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale, les collectivités des cantons de Saillagouse et Mont-Louis avec le soutien des parents, entameront les procédures juridiques auprès de la juridiction compétente".