31/01/2013

Cerdagne - Sainte-Léocadie - Le Caïman navigue en Cerdagne

Le Caïman, nom du NH-90 dans les armées françaises, livré le mois dernier à la STAT aéronautique de Valence est au Centre de Vol en montagne pour des vols expérimentaux.

1 Le Caïman.jpg

Le NH-90 remplacera petit à petit le Puma dans l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (Alat). Photo : F. Berlic

Le tout nouvel hélicoptère de transport, le NH-90 remplacera petit à petit le Puma dans l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (Alat). Livré le 22 décembre dernier à Valence, un des premiers engins est en cours d'essai au Centre de Vol en Montagne de Sainte-Léocadie pour tester certaines applications, particulièrement en conditions de froid et environnement montagneux. La STAT (Section technique de l'Armée de Terre) a en priorité ces équipements de l'ALAT pour les expérimenter de façon opérationnelle.

3 il remplacera le Puma.jpg

Premier appareil doté en série de commandes de vol électriques, il possède une grande manoeuvrabilité et agilité qui lui permettent d’assurer des missions de jour comme de nuit même dans de très mauvaises conditions météo. Photo : F. Berlic

Réactualisé en permanence

Le commandant de la base de l'EALAT de Sainte-Léocadie, le capitaine Lacambre a eu la chance de piloter le Caïman "On est dans une autre dimension, ce sont vraiment les hélicos du 21e s. On forme actuellement les pilotes et ces vols d'essai permettent que les procédures évoluent. Nous sommes en relation constante avec le constructeur, Eurocopter". La grande nouveauté sur le Caïman, c'est que les commandes de vol sont électriques et tout est centralisé. "A chaque vol, nous procédons à des enregistrements de paramètres que les ingénieurs experts vont par la suite étudier. Notre rôle est de donner un mode d'emploi opérationnel aux Forces" explique le lieutenant-colonel Portel, chef d'équipe d'évaluation de l'appareil. Un sentiment quelque peu grisant d'être à l'origine de l'utilisation de l'aéronef.

NH90 bis.jpg

Photo : F. Berlic

Un condensé de technologie

La technologie déployée dans cet appareil de nouvelle génération va permettre une grande liberté d’action et une permanence tout temps sur le terrain. Sa manœuvrabilité, son agilité, sa résistance, sa capacité de pénétration et son autoprotection vont faire de cet hélicoptère de l’armée de Terre un appareil incontournable de l’aéro-combat à l’instar de l’hélicoptère d’attaque Tigre. "Le NH-90 dispose aussi d'un cockpit entièrement numérique avec écrans couleurs, adaptés pour les missions de nuit avec lunettes de vision nocturne" rajoute le capitaine Lacambre. Quelques exemplaires ont été livrés notamment à l’école inter-armée du Luc-en-Provence, l’objectif étant de lancer la formation des futurs équipages et mécaniciens qui devront travailler sur cet appareil ultra-moderne.

2 prévu pour transport.jpg                                                                                                                                                 Il est prévu pour le transport tactique de personnel et de matériel. Photo : F. Berlic

4 vue de face.jpg

Le NH90 en quelques chiffres

Fabrication : NHI (6 nations européennes)

Longueur : 19m. Pds : 7T

Contenance : 20 personnels + 3 personnels navigant

transport de fret : 2,5Tonnes

Mise en service : fin 2013-début 2014

Prix : 24 M€

13/09/2011

Cerdagne - Porta – Latour de Carol - Le feu maîtrisé mais pas encore éteint

Le feu qui a détruit 150 ha de forêt sur les communes de Porta et Latour de Carol « était maîtrisé dès dimanche matin. Mais les nombreuses reprises de foyers ont nécessité la présence de 300 pompiers.

cerdagne,latour de carol,porta,incendie,feu de forêt,sdis,pompiers,centre de secours et d'incendie,alat,sécurité civile

Le feu qui a ravagé la forêt de conifères et feuillus entre Porta et Latour de Carol a peu évolué dans la nuit de samedi à dimanche. Frédéric Lhomme, chef des opérations dès samedi soir indique « Le feu n’est pas préoccupant car nombre de lisières sur les parties avant du feu ont pu être traitées. Trois hectares supplémentaires ont brûlé mais nous restons très vigilants car qui dit feux de montagne dit feux qui couvent ». Ce sont donc 300 pompiers qui combattaient les flammes ou étaient en renfort hier. La moitié de l’effectif provenait du département, une centaine d’hommes venaient de la Sécurité Civile de Brignoles, un colonne de 60 pompiers de l’Hérault et une vingtaine d’Ariège.cerdagne,latour de carol,porta,incendie,feu de forêt,sdis,pompiers,centre de secours et d'incendie,alat,sécurité civile

Encore des moyens aéroportés

Dès samedi après-midi, les Catalans quittaient la Cerdagne, appelés sur un feu en Espagne à Manresa. Dès lors, dimanche, le seul appui aérien provenait du Détachement d’Intervention Héliporté de la sécurité civile. Le commando du feu était emmené sur les reprises par les Pumas de l’EEALAT du Cannet des Maures, aidés efficacement par l’ALAT du Centre de Vol en Montagne de Sainte-Léocadie (en photo à droite : le capitaine Eric Lacambre, commandant la base de Sainte-Léocadie). A noter que le buldozer de la Sécurité civile a ouvert une piste de 500m pour permettre l’établissement de grandes longueurs et faire la jonction avec le DIH.

Cette zone de montagne étant peu accessible, les pompiers étaient sur les lieux de l’incendie toute la nuit et pour plusieurs jours encore.

 

cerdagne,latour de carol,porta,incendie,feu de forêt,sdis,pompiers,centre de secours et d'incendie,alat,sécurité civile

De nombreuses reprises de feu étaient visibles toute la journée de dimanche (photo 1). Les pompiers ont œuvré toute la nuit et dès le matin 6h pour éteindre les foyers persistants. Ici deux femmes du centre de secours de Saillagouse, à droite Jessica et à gauche Laura pour qui le feu de Porta était la 1ere intervention. Un joli baptème du feu !

11/09/2011

Cerdagne - Plus de 300 pompiers français et espagnols ont lutté contre un important incendie de forêt

Environs 150 ha sont partis en fumée sur les communes de Latour de Carol et Porta. Des moyens aériens d’envergure ont été engagés dès le départ du sinistre a priori d’origine accidentelle.

cerdagne,latour de carol,porta,sdis,codis,canadairs,dash,pompiers,centre de secours,sécurité civile,centre de vol en mpontagne,alat,eealat

Le spectacle de l'incendie. le feu a ravagé 150 hectares à l'endroit  même où un incendie s'était déclaré il y a 25 ans, en septembre 1986. 400 hectares avaient brûlé.

De très importants moyens terrestres et aériens ont été engagés sur le feu de forêt le plus important du département cette année.  C’est vers 16h, vendredi, que l’alerte était donnée par un habitant de Quès, hameau de Latour de Carol. Très vite les pompiers de Cerdagne et Capcir étaient sur site ainsi que les hélicoptères bombardiers d’eau catalans (HBE) venus de Gérone et Barcelone. La conjonction des trois paramètres, température élevée, végétation très sèche et dénivelé important a été  la cause d’une propagation extrêmement rapide du feu.

Contenu la nuit

A 20h, l’intervention des canadairs venus de Marignane, des trackers, d’un DASH et des avions bombardiers d’eau était interrompue par la nuit. Il n’y avait que les hommes au sol pour combattre le feu qui s’est propagé sur deux grands fronts après que le vent ait subitement tourné. Une équipe spécialisée en contre-feu du SDIS était alors hélitreuillée par le Dragon 66 de la Sécurité Civile. Alexandre Trani chef de colonne jusqu’à samedi matin espérait que le feu se calme durant la nuit « Nous avons allumé des feux tactiques et demain matin nous attendons une attaque aérienne massive ». Effectivement, le samedi matin grâce au travail remarquable des pompiers, le feu était contenu. Cependant, on devait déplorer six blessés heureusement sans gravité parmi les combattants du feu.

320 pompiers mobilisés

Le samedi dès 7h, les HBE catalans pompaient sans relâche l’eau de la carrière de Quès pour lâcher à chaque largage, de 700 à 1000 litres d’eau. Des centaines de rotations incroyables effectuées par des catalans qui n’avaient pas l’intention de laisser repartir les dizaines de foyers encore fumants. Quatre canadairs de Marignane et deux trackers intervenaient à leur tour. Mais le vent se levait vers 11h, laissant craindre une reprise des braises. Finalement, ce sont 320 pompiers dont 80 espagnols qui étaient sur site pour arrêter coûte que coûte cet incendie qui avait atteint la crête espagnole.

Le DIH opérationnel

En fin de matinée, le Détachement d’Intervention Héliporté (DIH) entrait en opération « Deux hélicoptères Puma et une Gazelle de l’Ecole d’Application de l’Armée de terre de Cannet des Maures dans le Var ont héliporté en tête de feu, une unité complète de Brignolles. 30 militaires ultra spécialisés ont pour mission d’allumer des feux tactiques pour protéger la ligne de crête. Ils étaient il y a peu à Fukushima » précisent le commandant Graffeille du DIH et Emmanuel Moulard, directeur du cabinet du préfet. Rajoutons que dès 16h vendredi, l’ALAT de Sainte-Léocadie, prévenue par la Direction militaire départementale a prit une part active lors des secours en accueillant et ravitaillant à la base les hélicoptères espagnols, les hélicoptères de Cannet des Maures et le Dragon 66.

Il y a 25 ans presque jour pour jour

Les habitants de la vallée du Carol avaient l’impression de revivre le même drame qu’il y a 25 ans. Il faut dire qu’en septembre 1986, un incendie provoqué par la foudre avait détruit plus de 400 ha au même endroit. « Ce qui part en fumée, c’est les plantations que nous effectuées depuis 1989. L’ONF a fait quatre tranches de travaux avec la plantation de 12 000 plants, alizée blanc, pins à crochets, mélèzes, bouleau. C’est une catastrophe» nous dit Jacques Volle, agent patrimonial de la forêt de Latour de Carol.

Heureusement, cette fois-ci, les moyens aériens ont été déployés en nombre et rapidement, ce qui n’avait pas été le cas en 1986.

Encadré

Un combat franco-catalan

Les pompiers Catalans et Français ont uni leurs efforts pour combattre ce feu spectaculaire. Près de 80 pompiers catalans sont venus prêter main forte à leurs homologues.  Concernant les aéronefs, on a pu compter 3 hélicoptères bombardiers d’eau venus de Barcelone et Gérone, 25 véhicules venant de Cerdagne espagnole, de Barcelone et Tarragone. « Pour contourner l’obstacle de la langue, un coordinateur bilingue a été envoyé par l’Espagne. Il est demeuré dans un hélicoptère de commandement tout au long des opérations. A terre, dans chaque secteur où l’on trouvait conjointement les deux nationalités, un chef bilingue était désigné » dit Carlos de Pablos, commandant les opérations espagnoles.

 6 - le fau depuis le PC.jpg

Des moyens importants ont été déployés dès vendredi après-midi. Les trackers ont largué du retardant (photo 1) et les canadairs ont effectué de nombreuses rotations (photo 2) tout comme les hélicoptères bombardiers d’eau espagnols (photo3). Toute la nuit, la forêt a continué à s’embraser (photo 4 et 5) mais 320 hommes étaient sur site le samedi matin pour stopper ce sinistre dont la cause demeure encore inconnue. Les gendarmes de la communauté de brigades de Bourg-Madame et Saillagouse étaient sur place pour recueillir des indices.

photos : F. Berlic

1 - tracker.jpg

 Les trackers ont largué du retardant

2 - canadair.jpg

Quatre canadairs de Marignane ont largué à chaque passage 6000 litres d'eau chacun. Ils ont rechargé au Lac de Matemale et ont été opérationnels vendredi et samedi.

11 - feu.jpg

Le feu s'est déclaré vendredi 9 septembre vers 15h45. Il a ravagé en deux jours, 150 hectares.

10 - canadair 1.jpg

Intervention de canadairs.

9 - hélico 2.jpg

Les hélicoptères bombardiers d'eau (H.B.E.) venus de Gérone et Barcelone ont accompli un travail remarquable et ont permis au feu de ne pas prendre plus d'ampleur au tout début du sinistre.

4 - le feu au-dessus de Quès.jpg

L'embrasement des pins. L'incendie au-dessus du hameau de Quès vendredi soir.

3 - hélico espagnols.jpg

Les H.B.E. espagnols venaient faire le plein d'eau à la carrière de Quès. Un ballet incessant pour sauver la forêt cerdane.

8 - pompiers devant le feu.jpg

Le P.C samedi matin.

18/08/2011

Cerdagne - Osséja - Osséja – Les Chevaliers de l’Ordre des quatre vents déboulent aux Médiévales

médiévales 1.jpgC’est déjà la 3e édition des Médiévales et en peu de temps cette manifestation est devenue un incontournable de l’été. Braves gens, bienvenue au pays de l’archerie et de l’héraldique.

Dès jeudi et pour deux jours, Osséja va vivre au rythme d’un camp médiéval où archers, épéistes, cracheurs de feu, conteurs et autres fauconniers vont se côtoyer pour le grand plaisir d’un public toujours plus nombreux.

C’était comment au 13e s. ?

Cette année, les Chevaliers de l’Ordre des quatre vents et sa trentaine de preux figurants, vont planter tentes et décors pour montrer ce qu’était la vie quotidienne au 13e s. en Languedoc. Leur point fort : la présentation de batailles avec les diverses armes du Moyen-Age. Leurs combats chorégraphiés ne sont à rater sous aucun prétexte tout comme les défilés du seigneur et de ses hommes, accompagnés par leurs dames et toute la mesnie.

Vol au dessus de la Vanéra

Les Médiévales s’enrichissent de nouveautés fort attrayantes. Cette année, Les Ailes du Roussillon fauconnerie.jpgproposent un spectacle de fauconnerie. Les buses de Harris et les hiboux grand-duc vont investir la place mais il sera possible de voir de près ces magnifiques rapaces. Les enfants pourront travailler avec le fauconnier et recevoir les explications de cet art ancestral.

 

Artisanat et bouffonerie

Pas de fête médiévale sans présentation de l’artisanat médiéval. L’Atelier Esquielle ouvre un véritable village d’artisans : un fondeur, un forgeron et un sculpteur-tourneur sur bois. La Forge de L'ours montrera son savoir-faire avec des travaux de Forge, création d’enseignes figuratives forgées, grilles de défense et autre garde-corps. Mais qui dit Moyen-Age dit farce et fantaisie. Moretum, un duo endiablé et fantasque va, du haut de sa charrette, pratiquer des expériences alchimiques dans son laboratoire osséjanais.médiévales 9.jpg

Un final pyrotechnique

L’ambiance médiévale, c’est aussi la musique qui la crée. Cette année, c’est Cauca Viehla qui

va égrener ses notes tout au long de ces deux journées. Mais c’est une autre musique qui va clôturer les Médiévales : les sifflements du spectacle pyrotechnique proposé par Moretum et des Chevaliers de l’Ordre des quatre vents suivis par l’explosion du feu d’artifice qui achèvera en beauté deux jours d’exception.

 

Beaucoup d’animations sont prévues pour ces Médiévales organisées par L'Envol d'Osséja. Cette édition s'est largement étoffée en terme d’ateliers. Les enfants seront gâtés avec une archerie spécialement prévue pour eux et les spectacles pyrotechniques seront particulièrement impressionnants.

médiévales 6.jpg

programme :

jeudi 18 août. 14h: ouverture des ateliers (râtelier d'armes, épées mousses, calligraphie, herboristerie...). de 14h à 18h: ouverture de l'archerie. 16h à 16h30: saynètes et combats. 16h30 à 18h: ateliers intéractifs. 18h15: vols de rapaces.  21h15: spectacle médiéval. 22h: spectacle de pyrotechnie. 22h30: bal avec Diabolin DJ.

Vendredi 19 août:  10h: ouverture des ateliers. 10h45: défilé médiéval en musique. 11h à 11h30: saynètes et combats.11h45: vols de rapaces. 13h à 16h: ateliers interactifs. 14h à 18h : ouverture de l'archerie. 14h : Spectacle médiéval. 16h à 16h30: Combats de chevaliers.  16h30 à 18h: ateliers interactifs.18h15: vol de rapaces. 21h30: spectacle de pyrotechnie.22h : feux d'artifices (cour de l’école). 22h15 : spectacle de pyrotechnie. 23h : Grand bal.

Grand marché médiéval du terroir. Possibilité de se restaurer à la taverne les deux jours avec menus à thème...

médiévales 7.jpg

04/07/2011

Cerdagne - Estavar - Le colonel Allard a été inhumé

Les obsèques du colonel Jean-François Allard se sont déroulées le 15 juin dernier à Estavar, commune où il filait une paisible retraite avec son épouse. Le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes de Pamiers et des militaires du CNEC de Mont-Louis étaient présents ainsi que les habitants du village d’Estavar, le maire Jean-Louis Combalbert et son conseil municipal.

Le cercueil du colonel Allard a été accueilli par les drapeaux du régiment de Choc et du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes auxquels se sont ajoutés de nombreux drapeaux d'associations puis par un piquet d’honneur du CNEC de Mont-Louis. Dès 9h30, une foule nombreuse était venue dire au revoir au grand soldat qu’était le colonel Allard, des camarades de combat étaient là, des personnalités, des élus et les Estavarois qui avaient adopté depuis longtemps ce militaire aux états de services impressionnants mais très simple dans la vie de tous les jours. L’église était bien trop petite pour accueillir la foule et ceux qui avaient pu trouver une place ont assisté à la cérémonie religieuse célébrée par le père Barthier et un aumônier militaire.

obsèques colonel Allard.jpg

Un homme de courage et de cœur

C’est le général Party du 1er RCP qui a prononcé l’éloge funèbre. Il a retracé le passé glorieux du colonel Allard, depuis son service militaire au 509e bataillon de chars, jusqu’à sa capture par l’ennemi en 1941, son évasion, et son entrée dans la Résistance. Ce furent ensuite l’Indochine puis l’Algérie et enfin son engagement au service des autres au sein des associations d’anciens combattants. Il a notamment créé l’Amicale des anciens du RCP en 1979. « C’était un entraîneur d’hommes par son comportement exemplaire et ses qualités humaines. Nous nous sommes rencontrés en Algérie, il était capitaine au 1er RCP et moi lieutenant.  Pour moi, c’était mon grand frère spirituel» nous dit le général Party.

Vers sa dernière demeure

Devant la famille du colonel Allard très affectée, le maire d’Estavar Jean-Louis Combalbert a lu un discours touchant « La France l’a récemment élevé dans l’Ordre National de Grand Chevalier de la Légion d’Honneur, je suis persuadé que lui, homme de terrain se sent hautement distingué d’être accompagné vers sa dernière demeure par les camarades qui ont dicté sa conduite tout au long de sa vie ». 

Le colonel Allard a été accompagné jusqu’au cimetière d’Estavar par toutes les délégations présentes et tous ceux qui ont voulu dire un dernier adieu à cet homme et ce soldat d’exception.

colonel Allard.jpgLe colonel Allard a été en 1953 de retour d’Indochine, chevalier de la Légion d’honneur. Il a été capitaine au 1er RCP à Philippeville en Algérie, puis Officier de la Légion d’Honneur, affecté à l’Ecole Spéciale de Saint-Cyr, Commandeur de la Légion d’Honneur, commandant du CNEC de Mont-Louis en 1971 et de l’EIS de Fontainebleau en 1974. Affecté en 1976 à l’Etat-Major de la région militaire à Lyon. En 2010, il est éléevé dans l’Ordre National de Grand Chevalier de la Légion d’Honneur.

 

Le Colonel Allard a reçu les honneurs militaires dans la commune d’Estavar où il était venu s’installer depuis de très nombreuses années. Il était photographié l’année dernière au CNEC de Mont-Louis (qu’il avait commandé en 1971) lors de l’inauguration d’un mémorial pour tous les anciens commandos Chocs tombés au champ d’honneur.

23/03/2011

Cerdagne - Ur - Le comité FNACA Cerdagne Capcir commémore le 49e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie

Cette année, la commémoration par la FNACA Cerdagne Capcir du 19 mars 1962 avait lieu à Ur. Une assemblée très nombreuse s’était réunie au Monument aux Morts pour le dépôt de gerbe et les remises de décorations.

le dépôt de gerbe.jpg

C’est toujours avec beaucoup d’émotion que les Anciens Combattants de la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants Algérie Maroc Tunisie) ont commémoré le 49e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie. C’est à Ur que la commémoration avait lieu. Après le rassemblement devant la mairie, le cortège s’est dirigé vers le Monument aux Morts. En tête du défilé, les enfants de la commune qui portaient la gerbe tradionnelle, suivis des porte-drapeaux et d’une très forte assistance. Au Monument aux Morts où se tenait l’Harmonie Fanfare d’Osséja, les enfants ont déposé la gerbe en compagnie des autorités. Le public a respecté une minute de silence et écouté la sonnerie aux Morts avant que ne retentisse la Marseillaise, le tout interprété par l’Harmonie Fanfare d’Osséja dirigée de main de maître par Gérard Haverland.

Lecture de discours et médailles

Jean-Claude Possin, président du comité FNACA Cerdagne Capcir effectuait la lecture de l’ordre du jour du général Ailleret puis le trésorier lisait à son tour le message national. Le maire, Christian Ginestet puis le conseiller général Georges Armengol prenaient ensuite la parole. Tous deux ont tenu, au-delà de tout clivage politique à commémorer les dates ayant une signification historique pour le souvenir et la mémoire, pour les anciens combattants et les jeunes générations, dont la date du 19 mars 1962. A la suite des allocutions, ce sont quatorze anciens combattants qui ont été décorés.

Le maire d’Ur, Christian Ginestet et son conseil municipal ont invité l’assemblée à se rendre à la salle polyvalente pour partager le pot de l’amitié. Mais avant cela, Jean-Claude Possin, au nom de tous les membres du comité FNACA Cerdagne Capcir remettait au maire une médaille frappée par la Monnaie de Paris, commémorant le 49e anniversaire du 19 mars 1962 pour avoir accepté la tenue de la cérémonie sur la commune. Vers 12h, le comité FNACA et les sympathisants se sont retrouvés au Clos Cerdan pour le repas traditionnel.

les médaillé du jour.jpg

Ont reçu la Croix du Combattant remise par le colonel Marcel Banaigs : Gilbert Bataille et Henri Pubill.

Ont reçu la Médaille de la Reconnaissance de la Nation remise par Georges Armengol, Christian Ginestet et Jean-Claude Possin : Pierre Bragulat, Henri Moner, Dominique Llanas, Michel Brissard, Georges Comas, Pierre Causse, Jean-François Casamitjana, Gilles Commanges, Jacques Segonds, François Mir, Antoine Sanna et Claude Twardo.

18/02/2011

Cerdagne - Didier Aïello, chevalier de l’ordre National du Mérite

Didier Aïello.jpgCe douanier à l’air avenant, en Cerdagne, tout le monde le connaît. Arrivé il y a 13 ans dans la région, il est désormais chef de la brigade de douane de Bourg-Madame. Ce que l’on sait moins, c’est que Didier Aïello est chef d’escadron de réserve de l’Armée de Terre et diplômé de l’Etat Major. Il a une double spécialité : logistique et Etat Major. C’est pour sa carrière militaire qu’il vient d’être décoré Chevalier de l’ordre National du Mérite à Lyon par le général Beth, chef d’Etat Major du groupe de soutien de base de Défense. Toutes nos félicitations à Didier Aïello pour cette distinction.

Didier Aïello vient d’être décoré à l’Etat Major de région à Lyon en tant que chef d’escadron de réserve.