01/02/2013

Cerdagne - Dorres-Angoustrine - Le 1er prix européen des écoles fleuries pour la Cerdagne

Deux écoles de Cerdagne, RPI Dorres-Angoustrine et Llivia ont été récompensées du 1er prix européen des écoles fleuries. Les élèves sont allés chercher leur prix à Paris lors d'un voyage inoubliable.

Ils en parlaient depuis le mois d’octobre mais nos petits montagnards n’ont commencé à y croire que lorsqu’ils se sont retrouvés dans le train qui les amenait à Paris. Et oui, le 1er prix européen du concours des écoles fleuries allait être attribué à la classe de cycle 3 du RPI  de Dorres- Angoustrine et à l’école de Llivia qui ont mené en commun, un travail sur les abeilles et plantes mellifères.

Du Lycée Louis Le Grand..

1 les élèves cerdans reçoivent le prix.jpg

 Les élèves récompensés au Lycée Louis Le Grand 

Les élèves accompagnés de leurs professeurs des écoles, Vincent Hernandez pour le RPI, et Mireia 2 présentation du projet.jpgCastells et Antoni Cano pour Llivia, font le voyage en train de nuit, arrivent à l’auberge de Jeunesse, prennent le bateau-mouche sur la Seine et puis, entrent solennellement dans le prestigieux lycée Louis Le Grand. La cérémonie de remise des prix peut commencer. Le magnifique travail  « Les abeilles et les plantes mellifères de notre jardin la Cerdagne » est officiellement récompensé. Tout le monde regarde les jeunes Cerdans et devant une immense assemblée émue, quatre élèves expliquent sur scène leur projet. "Les prairies de Cerdagne sont devenues notre jardin, lieu d’expérience sur les plantes mellifères et lieu de vie des abeilles". Mais en plus de tout ce travail interdisciplinaire sur les plantes, les fleurs et la vie des abeilles, les élèves ont naturellement tissé des liens des deux côtés de la frontière.

...à l'Assemblée Nationale!

Et puis, les activités continuent avec un spectacle « L’homme qui plantait des arbres » de Giono, et, instant inoubliable, la réception à l’Assemblée nationale. Ils étaient attendus par  Ségolène Neuville, députée de leur circonscription qui les a félicité sincèrement, simplement et chaleureusement. Et c'est non sans fierté, eux qui mettent à l’honneur ce petit coin de Cerdagne, qu'elle leur a fait visiter le Palais Bourbon et suivre une partie de la séance du jour. Grand moment pour tous! Pour Vincent Hernandez, professeur des écoles à Dorres, ce fut deux journées de rêve "Les enfants ont adoré et c'est bien que les élèves de l'année dernière aient pu se joindre à ceux qui ont fini le projet en début d'année. Quel beau cadeau!". Et deux amis partis trop tôt, Jacques Callis, instigateur des projets transfrontaliers et des classes bilingues et son compère, José Luis Jimenez, initiateur de la fête de l’arbre devaient être très fiers des petits Cerdans récompensés à Paris.

3 reçus à l'assemblée nationale.jpg

         La députée Ségolène Neuville attendait la délégation cerdane à l'Assemblée nationale                                                                                  

Ceux qui les ont aidés : Les élèves n'ont pas manqué de remercier tous ceux qui leur avaient permis de mener leur projet à bien et de vivre cette grande aventure : les DDEN, l’Education Nationale, les mairies de Dorres et d’Angoustrine, le SIS  de Cerdagne et son président Marcel Peytavi, la Charte Intercommunale de Cerdagne et son président Isidore Peyrato, le Conseil Général, Ségolène Neuville, députée de la 3e circonscription, Prévention MAIF, l’association des parents d’élèves du RPI Dorres-Angoustrine, les associations homologues catalanes.                                                                           

 

 

16/07/2012

Cerdagne - Llivia - La Lybica, bière artisanale de Cerdagne

1 Josep Pous au-dessus du réservoir.jpgEn ces temps de grosse chaleur, on se désaltèrerait bien avec une petite « mousse ». Mais pas n’importe laquelle : la Lybica, bière made in Cerdagne est toute recommandée !

L’ancien maire de Llivia, Josep Pous, a mené les affaires de l’Enclave espagnole pendant près de 10 ans. Depuis qu’il a quitté la municipalité, il s’adonne à une activité artisanale, que lui considère comme un passe-temps : la fabrication de la bière.

Apprentissage en Autriche

Depuis maintenant deux ans, Josep Pous passe son temps à la zone artisanale de Llivia. Là, dans sa brasserie, il fabrique la Bière de Cerdagne, la Lybica, ancien nom romain de Llivia. Cela fait toutefois presque 10 ans qu’il en fabrique, au tout début de l’expérience à Puigcerda. Mais il n’a pas appris sur le tas, car une telle fabrication demande un certain apprentissage. « Je suis parti en Autriche et là-bas, j’ai appris véritablement à faire de la bière avec un Maître brasseur » nous dit Josep Pous. Si l’année dernière, il ne faisait de la bière qu’en fûts, au vu de la renommée prise par la bière cerdane, depuis quelques mois Josep fait de la mise en bouteille, de 33cl.

D’une belle couleur dorée

2 Josep Pous devant sa brasserie.jpg

Josep Pous, inventeur de la Bière de Cerdagne, La Lybica. © F. Berlic

Josep, juché au-dessus de ces grands réservoirs nous explique la fabrication de la Lybica, bière blonde à la belle couleur dorée. « A chaque fois que je fabrique de la bière, je fais 150 litres dans une machine qui est un accumulateur de chaleur. On y met de l’eau avec du malt. Il y a tout un procédé de mise à température alterné de repos. On filtre pour enlever le malt, puis on met à ébullition à 95°, on y ajoute le houblon puis tout est stocké dans un réservoir de fermentation avec de la levure pendant 24h pour passer de la température de 95 à 24°. Puis on change de réservoir pour abaisser encore la température jusqu’à 4° ». Et là, on peut la mettre en bouteilles… manuellement ! Car ici, Josep maîtrise toute la chaîne de fabrication.

Un goût à part

 « Je faisais cette même bière à Puigcerda et le goût est complètement différent. L’eau consommée à3 La Lybica.jpg Llivia vient du Puigmal. La bière est très bonne, avec une saveur entre fruitée et amère. Bien sûr le goût est très différent par rapport à une bière traditionnelle. C’est de la bière blonde à haute fermentation » explique encore Josep. En tout cas, notre catalan a réussi son coup puisque la Lybica a déjà sa petite renommée. Elle est sur les cartes des bars, restaurant et commence à être vendue à Carrefour Market de Bourg-Madame. On peut même l’acheter sur place. Julia Lybica était connue à l’époque romaine pour ses jambons de grande renommée, elle le sera dorénavant pour sa bière !

Contact : lybica@lybica.info. Adresse : Llivia, zone artisanale, 28 avingut de països catalans (face à la jardinerie).

09/08/2011

Cerdagne -Musées des arts et traditions populaires : les vieux objets plaisent

La Cerdagne est riche de son patrimoine. Encore faut-il le montrer pour ne pas l’oublier. Visite au Musée de Cerdagne à Sainte-Léocadie et au tout nouveau Musée de la Paysannerie à Llivia.

cerdagne,sainte-léocadie,musée de Cerdagne,Llivia,Museu de la pagesia,arts et traditions populairesLe Musée de Cerdagne, dans la ferme Cal Mateu datée du 18e, rassemble tout ce qui a fait notre mémoire, mémoire d’une région, d’une ferme, d’une famille. Les objets présentés, collectés durant des années par l’association Casa de Cerdanya, étaient utilisés il n’y a pas si longtemps. Araire, moissonneuse, charrette, tous ce matériel a été confié au Musée par des Cerdans, tous devenus membres donateurs.

Un musée vivant

Le Musée de Cerdagne reconnu musée de France depuis 1997a évolué au fil des ans. En préfiguration, il présente actuellement des expositions temporaires qui permettent d’évoquer de manière différente, les multiples facettes de la montagne cerdane. Les expositions, renouvelées chaque année, explore l’histoire et l’ethnologie de la Cerdagne. Le plus : son jardin, lieu de vie et de plaisir met à l’honneur les potagers d’autrefois et sa vigne la plus haute d’Europe dont le millésime 2010 sera vendu le vendredi 12 août.

cerdagne,sainte-léocadie,musée de Cerdagne,Llivia,Museu de la pagesia,arts et traditions populaires

Une histoire de famille

Le Musée de la Paysannerie Paysan (Museu de la Pagesia) à Llivia est d’une conception opposée à celle du Musée de Cerdagne. La collection proposée a été constituée par la famille Rufiandis . Plus de 1000 objets anciens s’y trouvent, décapés, restaurés, briqués, lustrés. Si l’environnement n’est spécialement ancien, la qualité de la collection fait la différence. Certaines pièces sont tout simplement exceptionnelles, achetées en Cerdagne française ou espagnole. Une batteuse d’avant 1900, magnifique, trône devant une « tartane », carriole fermée de toute beauté.

cerdagne,sainte-léocadie,musée de Cerdagne,Llivia,Museu de la pagesia,arts et traditions populaires

10 ans de collecte

La fille de la famille, Gemma a commencé à développer une passion pour les objets anciens, les parents s’ycerdagne,sainte-léocadie,musée de Cerdagne,Llivia,Museu de la pagesia,arts et traditions populaires sont mis aussi et a germé l’idée de présenter le tout au public. Certains objets sont rares telle cette crémaillère qui date du 1700 ou un piège à ours, dorénavant introuvable. Le matériel, disposé sur deux niveaux, est impeccable. Aux formes bizarres, leur destination vous sera donnée par Gemma, incollable sur le rôle des rascles, caixa et autres pics. Un travail magnifique de restauration et surtout de conservation de la mémoire, pour éviter que le petit et gros patrimoine tombent dans les oubliettes de la modernisation.

                    

Infos pratiques :

Musée de Cerdagne Sainte-Léocadie : Du 1er au 31 août : 14h-20h30. Tarif : 3,5€ et gratuit pour les – de 10 ans. Tél : 04 68 04 08 05.

Museu de la Pagesia, enclave espagnole de Llivia (route d’Estavar). 10h-13h30 et 16h30-19h30. Tarif : 8€. Tél : 0034 616 982 909.

 

Légende photos : La ferme Cal Mateu à Sainte-Léocadie offre un regard unique sur le territoire cerdan, son histoire et son identité (ici la cour principale et son jardin). Le Musée de la Paysannerie à Llivia propose des pièces magnifiques de transport (Gemma et ses parents sur une tartane) ou d’un quotidien agricole pas si éloigné (une batteuse du 19e s).

 

 

24/06/2011

Cerdagne - Osséja - Au fil de la Vanéra.

Marche des Contrebandiers

Le dimanche 26 juin aura lieu la Marche des Contrebandiers. Cette année, la randonnée démarre de Castellar de N'Hug pour rejoindre Osséja

Les inscriptions commencent 8h à Castellar de N'Hug et le départ s’échelonne entre 8h et 9h de Castellar. L’arrivée à Osséja est prévue vers 18h.

La municipalité d'Osséja met à la disposition des participants un autocar pour le trajet Osséja-Castellar. Rendez-vous à 7h à l’espace Catalogne.

 rando.JPG

Concours de pêche pour les enfants

L’AAPPMA d’Osséja organise son premier concours de pêche sur le plan d’eau  d’Osséja le samedi 25 juin 2011. Ce concours est réservé aux enfants entre 6 ans et moins de 14 ans. Les inscriptions seront effectuées sur place à partir de 8 heures. Le concours débutera à 9 heures. Nous informons les parents que la carte de pêche est obligatoire pour les enfants. S’ils ne la possèdent pas, elle sera établie sur place (prière de porter une pièce d’identité ou éventuellement l’ancienne carte 2010).

22/05/2011

Cerdagne - Présentation du Pôle pédiatrique de Cerdagne

Hier, était présenté dans le cadre du Projet Européen de Santé de la Cerdagne, le Pôle Pédiatrique de Cerdagne, par le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon en présence des deux instances représentatives des deux établissements français de ce pôle que sont les Tout Petits à Bourg-Madame et la Perle Cerdane à Osséja.

Dans le cadre de la mise en place du Pôle Pédiatrique de Cerdagne qui sera construit à Bourg-Madame, une réunion était organisée à Osséja. Après un discours des instances respectives des deux établissements, Michel Caron, président de l’ALEFPA et Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, la réunion s’est poursuivie par un échange entre le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon (ARS L-R) et une délégation d’une cinquantaine de salariés des deux établissements. Le but de cette discussion était de faire le point sur la situation actuelle, les avancées réalisées et les projections à venir.

« Rendre pérenne l’offre de soins »

Le Pôle Pédiatrique de Cerdagne composé de trois acteurs : la MECSS Les Touts Petits à Bourg-Madame, La Perle Cerdane à Osséja et le Groupement Européen de Coopération Territoriale de l’Hôpital de Cerdagne (GECT organe gérant l’Hôpital de Cerdagne), est une des deux filières (avec le Pôle gériatrique construit à Err) du réseau de santé transfrontalier. Car le Projet Européen de Santé de la Cerdagne va au-delà de la construction du nouvel Hôpital de Cerdagne à Puigcerda. Il a également pour objectif d’intégrer les services de santé des deux côtés de la frontière en profitant des meilleures spécialisations de chaque système, existant ou à venir. Selon le Dr Aoustin, « nous avons l’intention de rendre pérenne et plus solide, l’ensemble de l’offre de soins sur le plateau cerdan, ceci en lien étroit avec l’Hôpital de Cerdagne puisque le nouveau Groupement de Coopération Sanitaire est formé à la fois par les Tout Petits, la Perle et le GECT. Ce regroupement montre l’articulation que nous souhaitons avec nos amis catalans, dans une grande fluidité de prise en charge de chaque côté de la frontière »

 

Et les emplois ?

On sait que le secteur santé est mis à mal depuis quelques années en Cerdagne. D’où l’inquiétude légitime des salariés des structures sanitaires. Michel Caron, président de l’ALEFPA « En regard de ces regroupements d’établissements, à l’ALEFPA notamment, nous sommes très volontaires pour qu’il y ait une gestion globale des problèmes de ressources humaines. Très tôt, j’ai demandé que les services de l’Etat accompagnent ce projet ». L’Etat investit 15 millions d’euros sur les deux pôles : 10 millions € sur le pôle pédiatrique et 15 millions € sur le pôle gériatrique. Aussi, cet engagement financier parle de lui-même. Et la directrice générale de l’ARS L-R de rajouter : « notre souhait fondamental, c’est de solidifier l’offre de soins sur ce territoire. A partir des compétences existantes, on offre à nouveau une ouverture des besoins de santé et bien sûr, on solidifie les emplois sur ce territoire, ce qui est très important ». François Bellido, délégué syndical CDDT66 à la Perle Cerdane était satisfait des propositions quant à l’avenir des salariés lors de ce regroupement.

Mise en commun des compétences

L’intérêt de la création du pôle pédiatrique et du pôle gériatrique est de rendre les structures sanitaires actuelles pérennes mais aussi de mettre en commun des compétences et des spécificités propres à chaque établissement. « Avec des médecins en commun, cela permettra de développer de nouvelles formes de prise en charge, notamment sur l’hospitalisation de jour, sur l’ambulatoire, les consultations spécialisées, et pourquoi pas dans un avenir proche, au pôle pédiatrique, prendre en charge de nouvelles pathologies. Le tout se fera en accord avec le futur Hôpital de Cerdagne » rajoute Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

Un véritable projet de territoire en matière de santé se matérialise donc, les travaux devant commencer début 2012. Les grands gagnants en seront les Cerdans, des deux côtés de la frontière qui bénéficieront d’une meilleure prise en charge.

emplacement futur pôle pédiatrique.jpg

La construction prochaine des pôles pédiatrique et gériatrique est une nouvelle très positive et d’importance pour le plateau cerdan, autant pour la prise en charge des futurs patients que pour les emplois qui seront non seulement maintenus mais certainement développés. Depuis hier, est planté le panneau du permis de construire déposé en mairie de Bourg-Madame et accepté le 9 mai dernier.

présentation du pôle pédiatrique.jpg

De g à d : M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Jean-Jacques Fortuny, maire de B-Madame, Pierre Garcia, administrateur AELFPA et Michel Caron, président de l’ALEFPA. Le maire vient d’accueillir les responsables du futur pôle pédiatrique et leur annoncer l’acceptation du permis de construire.

le maire de bourg-madame, les tout petits et l'Alefpa.jpg

De g à d : J.-Michel Dufresnoy, directeur général de l’ALEFPA, Michel Caron, président de l’ALEFPA, Catherine Barnole, inspectrice générale ARS des P.O., Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Martine Aoustin, directrice générale de l’ARS L-R, J.-Yves Le Quellec, directeur adjoint de l’ARS, Dominique Marchand, directrice adjointe de l’ARS, J.-Louis Bonnet, chargé de mission des hôpitaux et M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

02/04/2011

Cerdagne - Laurent Leygue, représentant du Modem en Cerdagne et Capcir

Depuis peu, le Modem Cerdagne Capcir a émergé dans le paysage politique local. Nous avons rencontré son représentant, Laurent Leygue, qui nous parle de ce mouvement localement naissant et de l’objectif recherché à travers ce qu’il qualifie de troisième voie.

F. B. Depuis quand nourrissez-vous cette idée de Modem en Cerdagne et Capcir ?

Laurent Leygue. Je suis personnellement adhérent du Modem depuis 2009. En mai 2010, j’ai eu une première rencontre avec Christine Espert, responsable du Modem 66 et secrétaire adjointe du Modem national.

Dans quelle optique montez-vous cette section ?

Dans le but de rassembler les Cerdans et les Capcinois d’horizons divers, capables de travailler ensemble pour créer un dynamisme et surtout trouver des solutions positives.

Que peut apporter le Modem ?

Tout d’abord, ce mouvement émane d’idées venant de gauche et de droite. Il prône l’ouverture. Pour les nouvelles générations, il peut être synonyme de 3e voie, de renouveau et d’ouverture d’esprit.

Que comptez-vous faire avec le Modem Catalan Cerdagne Capcir ?

Personnellement, je veux défendre les intérêts de notre région. Nous ne sommes pas assez entendus. Il faut faire comprendre notre territoire et notre spécificité qui est avant tout transfrontalière. Il faut que l’on travaille en permanence avec cette idée de transfrontalier et d’ouverture totale sur l’Europe. Il faut développer les projets communs avec nos voisins de Cerdagne espagnole, en accord avec le Consell Comarcal.

Quels sont les thèmes qui vous préoccupent ?

Sur notre territoire montagnard, l’économie, le tourisme blanc et rural, l’éducation, l’insertion sociale, la défense du secteur public, l’éducation nationale. On veut développer un projet fédérateur autour de la Cerdagne et du Capcir, rassurer les gens qui se posent beaucoup de questions sur l’avenir.

cerdagne,capcir,modem cerdagne capcir,laurent leygue,françois bayrou,modem,transfrontalierVotre dada, c’est la défense de la langue catalane.

Oui, il faut développer la culture mais avec la langue catalane. Il faut qu’elle soit enseignée dans toutes les écoles primaires, ainsi que la culture cerdane et capcinoise. Il faut des échanges avec le monde agricole, avec les aînés. Il ne faut pas perdre cette mémoire. Face à la mondialisation, nous devons savoir d’où on vient et où on va.

Peu de politiques viennent en Cerdagne et Capcir.

C’est vrai, à part les voir pour des inaugurations, on est un peu oubliés. C’est pour cette raison qu’on prépare la venue, ici, en montagne, de François Bayrou.

Contact : modemcerdagne@hotmail.fr

Propos recueillis par Frédérique Berlic

Laurent Leygue est le référent Modem en Cerdagne Capcir. Se prépare, dans les hauts cantons, la venue du chef de file nationale, François Bayrou.

26/03/2011

Cerdagne - L’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne en stand-by

Depuis quelques semaines, les travaux à l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne sont arrêtés. Les rumeurs les plus folles ont gagné le plateau cerdan et la population s’interroge sur le coup d’arrêt de cet hôpital, fer de lance du Projet Européen de Santé de la Cerdagne. Explications avec les élus, le député François Calvet et le conseiller général Georges Armengol.

En Cerdagne, on ne parlait que de ça et la rumeur est allée très vite surtout quand on sait que la santé est un sujet ultra-sensible dans les hauts-cantons : les travaux à l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne sont arrêtés pour cause de non paiements des factures du côté de l’Etat français. Pas faux mais provisoire.

Des travaux très avancés

Quand la construction de l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne a débuté, la Generalitat de Catalunya a été désignée comme maître d’ouvrage du projet afin d’accélérer la mise en œuvre opérationnelle. A Puigcerda, les travaux ont donc commencé depuis plus d’un an et sont désormais très avancés. Le bâtiment, imposant, est sorti de terre mais uniquement avec l’argent de la Generalitat, 18 millions d’euros, la France finançant quant à elle 12,4 millions d’euros.

Phase de transfert

Le député François Calvet explique « Aujourd’hui, nous sommes dans une phase de transfert de la maitrise d’ouvrage de la Generalitat au Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT) qui vient d’être officiellement installé ». Juridiquement, ce transfert va permettre à la France qui avait l’argent sur un compte, de le transférer au GECT. Cette phase de transfert  demande la suspension des travaux durant environ un mois. « Les travaux sont simplement suspendus, la France a 3 millions d’euros à payer aux entreprises, ce qui va se faire très rapidement et les travaux vont reprendre leur cours sous peu » indique encore François Calvet. La construction est financée jusqu’à fin 2011, ensuite, il sera demandé une subvention de 18,6 millions d’euros à l’Europe qui ira au GECT, seul vrai titulaire de la subvention. Cela servira entre autre, à financer les 8 millions d’euros d’équipements hospitaliers ultra-sophistiqués.

Des problèmes majeurs subsistent

L’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne devrait ouvrir ses portes en 2012 mais pour autant, les questionnements de toute une population sont liés à cette ouverture. Le conseiller général Georges Armengol, par ailleurs membre du conseil consultatif du futur hôpital, tout comme François Calvet, recueille quotidiennement les doléances des administrés Cerdans et Capcinois « Comme pour toute initiative expérimentale, les questions qui paraissent souvent évidentes sont toujours à l’ordre du jour concernant le positionnement des Français dans un hôpital situé à l’étranger. J’ai fait remonter les problématiques au député F. Calvet et à l’ARS». En effet, des problèmes majeurs subsistent : comment faire pour qu’un enfant qui naît à l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne puisse être déclaré dans sa commune de domiciliation et non hors de France, comment une personne qui y décède peut-elle être transférée en France sans être transportée dans un cercueil zingué qui interdirait par la suite une incinération, comment traiter le cas difficile de décès de nouveau-nés, comment envisager que le personnel français, médecins et infirmiers puissent garder le statut social français et avoir un nombre de places réservées ? « Je n’oublie pas le problème d’accès à cet hôpital totalement décentré par rapport à la population permanente et aux touristes et par rapport aux activités accidentogènes liées aux sports d’hiver » dit encore Georges Armengol.

Si les travaux reprennent bientôt, on sait que ces interrogations opérationnelles, si elles ont été aplanies, restent malgré tout à résoudre.

cerdagne,Hôpital transfrontalier de Cerdagne,puigcerda,député françois calvet,conseiller général georges armengol,ars,

Les travaux vont être suspendus un mois à l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne, en raison de la mise en place tardive du Groupement Européen de Coopération Territoriale. La reprise du chantier n’empêche pas de se poser de nombreuses questions concernant les Français qui naîtront ou décèderont à Puigcerda, donc sur le sol étranger.