01/09/2012

Cerdagne - La problématique des maisons d'enfants en Cerdagne

Lundi 3 septembre, les locaux à sommeil de la Perle Cerdane seront fermés à tous les enfants pris en charge dans cette structure. ils devront désormais dormir tous les soirs aux Escaldes. Pour l’ensemble des maisons d’enfants du plateau cerdan, l’arrivée du Pôle pédiatrique de Cerdagne serait une solution à tous les problèmes. Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits à Bourg-Madame et présidente de l’Association Santé Cerdagne Capcir, a désiré s’exprimer sur la problématique des maisons d’enfants.

Quelle est votre réaction à l’annonce de la fermeture des locaux à sommeil de la Perle ?

C’est un problème grave dont personne ne se réjouit car cela va compliquer la prise en charge des enfants. Elle ne sera pas moins bonne, bien sûr, mais plus difficile. D’ailleurs, je propose, s’il y en a besoin, et qu’il n’y a pas assez de places aux Escaldes, de mettre à disposition des lits des Tout Petits.

Pourquoi le Groupement de Coopération Sanitaire est-il remis en cause ?

Concernant le Groupement de Coopération Sanitaire (GCS), nous avions signé un GCS d’autorisation qui concernait la Perle Cerdane à Osséja et les Tout Petits à Bourg-Madame. Ces deux structures n’avaient plus d’autorisations sanitaires, transférées donc au GCS. Cette mise en place a tout de même pris deux ans ! Puis en septembre 2011, l’ARS nous a convoqué et nous a dit que pour des problèmes juridiques, on ne pouvait plus faire ce GCS. Contrairement aux autres maisons de santé, les Tout Petits n’a qu’une seule activité et si j’avais donné les autorisations au Groupement de Coopération Sanitaire, je ne pouvais plus faire partie de celui-ci.

Et à la place, que vous a-t-on proposée ?

De faire un GCS de moyens et à aucun moment on nous a dit que tout était fini ! Il est en cours d’instruction à l’ARS et il va être signé prochainement entre la Perle et les Tout Petits.

Qu’en est du pôle pédiatrique ?

Dans le GCS de moyens, il est précisé qu’on s’engage à construire sur un site unique un pôle pédiatrique. Tout à coup, on parle d’Osséja alors que je n’ai jamais été sollicitée ni associée à ce nouveau projet. Le Pôle pédiatrique doit rassembler toutes les activités pédiatriques du plateau cerdan et ne concerne pas qu’une seule structure. On doit y retrouver quatre établissements pédiatriques reconnus et certifiés avec chacun ses spécificités, La Perle Cerdane, Les Tout Petits, Castel-Roc et les Petits Lutins. Ces deux derniers se sont finalement regroupés sur Font-Romeu sous la structure Pôle Font-Romeu Santé.

Marie-thérèse Ortiz.jpgVous avez décidé de continuer avec la Perle cerdane ?

Oui et les travaux devaient commencer en mars 2012 à Bourg-Madame. Mais à l’époque, le GCS d’autorisation qui devait faire ces travaux, a été dissous. Mais en attendant, la mairie de Bourg-Madame a acheté le terrain 700 000€ et les Tout Petits et la Perle Cerdane ont payé un contrat de promotion immobilière 40 000€ chacun ! Et puis, une autre chose à prendre en considération, c’est que le Pôle santé de Font-Romeu menacé un temps, reste en Cerdagne et il faut donc l’intégrer, s’il le désire, au Pôle pédiatrique de Cerdagne. La donne a changé mais je le répète, rien n’est arrêté et les Tout Petits sont plus motivés que jamais à en faire partie.

C’est aussi une lutte pour les emplois ?

C’est sûr, car, que ce soit les salariés de n’importe quelle maison de santé, ce sont des emplois spécialisés qu’il faut garder ici et défendre. En tout cas, l’ARS a toujours été favorable à ce Pôle pédiatrique et a tout fait pour qu’il voit le jour. En tant que présidente de l’Association Santé Cerdagne Capcir, j’affirme que la majorité de ce qu’on a en Cerdagne peut être sauvé et on ne pourra le faire que si on se regroupe.

 Pour Marie-Thérèse Ortiz, directrice de la maison d’enfants Les Tout Petits, le Pôle Pédiatrique de Cerdagne est toujours d’actualité.  

27/04/2012

Cerdagne - Font-Romeu - Hauts cantons : la casse du climatisme continue

En pleine période électorale, on apprend la fermeture possible du Pôle Emploi Santé Font-Romeu. C’est la colère et l’angoisse du côté du conseil municipal et des personnels concernés.

Les années 90 puis les années 2000 ont été celles du démantèlement du secteur climatique en Cerdagne, Capcir et Haut Conflent. Orchestré par les politiques de santé publique successives, ce démantèlement a vu non seulement les différentes maisons d’enfants fermer une à une mais aussi et surtout les lits médicalisés transférés à prix d’or vers les grands centres urbains au détriment d’un juste aménagement du territoire et de l’emploi dans nos Hauts Cantons. Au milieu des deux tours de l’élection présidentielle, c’est le coup d’estoc avec l’annonce possible de la fermeture des deux maisons d’enfants réunies, Castel-Roc et Les Petits Lutins (désormais SAS Font-Romeu Pôle Santé).

Lettre ouverte aux candidats à la présidentielle et élus

Un temps sonné par cette annonce, le conseil municipal de Font-Romeu a décidé d’adresser une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle, députés, sénateurs, président de Région et présidente du département. « En cette période où le pays tout entier débat, dialogue, réfléchit à son avenir et au chemin à suivre pour les années à venir. Dans tous les discours, au centre de toutes les inquiétudes apparait le domaine économique et en particulier l’emploi. Aujourd’hui, nous apprenons avec stupéfaction et colère l’ultime coup porté à notre économie de montagne : la SAS Font-Romeu Pôle Santé s’apprêterait à être démantelée et ses lits médicalisés arrachés à la Cerdagne pour être redéployés. Cette structure fermerait purement et simplement ses portes et ses employés seraient reclassés dans un territoire couvrant la France entière voire l’Italie ou la Belgique !» s’insurge le maire Jean-Louis Demelin.

Les écoles et l’économie locale menacées

La pilule est bien dure à avaler d’autant qu’en retirant des écoles, collège, lycée les 80 enfants reçus dans les maisons médicalisés auxquels s’ajoutent les 44 enfants à charge des familles travaillant dans ces structures, ce sont à nouveau des fermetures de classes, des suppressions de postes (alors que la commune en a déjà subi 3 dans les 4 dernières années), effectifs en baisse en perspective. L’école-collège de la Forêt de Via fonctionnant uniquement avec ces enfants malades fermerait purement et simplement ses portes entrainant la mise au chômage d’une dizaine d’autres emplois.

Des rumeurs et des mensonges.

le personnel en assemblée.jpg

Le personnel de la SAS Font-Romeu Pôle santé s’est réuni, fort inquiet des possibles mesures de fermeture des deus maisons d’enfants réunies, Castel-Roc et les Petits Lutins.

Quant aux représentants du personnel de la SAS Font-Romeu Pôle santé, issue de la fusion entre les deux établissements, Castel-Roc et les Petits Lutins, ils n’en sont toujours pas revenus de ces mensonges à répétition. « La fusion des deux maisons est effective depuis le 1e janvier 2011, et s’est faite, selon nos directions, afin de pérenniser la structure, les emplois et faire face à diverses décisions d’instances sanitaires ». Or des rumeurs d’achat de la SAS Font-Romeu Pôle santé par un grand groupe (société ORPEA en l’occurrence) se sont faites de plus en plus pressantes et le 24 avril, le personnel du pôle santé que l’établissement avait été supprimé du Plan Régional de Santé. « Si la société ORPEA achète 80 lits, ce n’est pas pour les laisser en Cerdagne, mais pour les délocaliser, laissant ainsi 70 salariés et familles sur le carreau » s’indigne le personnel.

Devant l’urgence de la situation et pour éviter une nouvelle saignée économique dans les Hauts Cantons, une réunion publique se tiendra sur ce sujet le jeudi 3 mai 15h à Font-Romeu (esplanade de l’office de tourisme).

16/11/2011

Cerdagne - Des mesures complémentaires de sécurité au Tunnel du Puymorens

Une régulation de circulation a été mise en place pour les poids lourds et les autocars de plus de 3,50m de hauteur. Ces nouvelles mesures accompagnées d’une forte signalétique sont effectives depuis 24h.

Lors d’une conférence de presse organisée à la préfecture de Foix, Jean Dunyach, chef du bureau du cabinet du préfet des Pyrénées-Orientales, Laurent Vignaud, directeur du cabinet du préfet de l’Ariège et Nicolas Schwab, directeur régional Midi-Pyrénées Aquitaine des Autoroutes du Sud de la France (ASF), ont présenté les mesures complémentaires de sécurité du Tunnel du Puymorens.

photo 2 de gauche à droite.jpg

de g à dr : A Foix, Jean Dunyach de la préfecture des P-O, Laurent Vignaud de la préfecture d’Ariège et Nicolas Schwab de l'ASF présentent les nouvelles mesures de sécurisation.

Après la catastrophe du Mont-Blanc

Pour renforcer la sécurité, en faisant du tunnel un lieu de transit sûr, les pouvoirs publics ont demandé à l’ASF, (société exploitant le tunnel du Puymorens), de mettre en œuvre une régulation de la circulation pour les poids lourds et les autocars de plus de 3,50m de hauteur, 24h/24h et 7 jours sur 7. « C’est à la suite de l’incendie du tunnel du Mont-Blanc qui s’est déroulé le 24 mars 1999 que les directives européennes ont exigé le renforcement de la sécurité. Tous les tunnels d’Europe doivent appliquer les nouvelles mesures » explique Laurent Vignaud. « Cependant, le Tunnel du Puymorens est le seul doté de mesures aussi spécifiques » reconnait Jean Dunyach. Ces mesures contraignantes s’expliquent par l’éloignement du Tunnel des centres de secours en cas d’accident majeur. « Nous devions à tout prix éviter une collision frontale entre deux camions d’où la mise en place de l’alternat » rajoute Laurent Vignaud.

Mise en place de l’alternat

Pour que l’alternat soit possible, des aires de régulation ont été aménagées aux deux têtes du tunnel, côté Ariège et côté Pyrénées-Orientales. Elles sont équipées de feux bicolores au fonctionnement simple avertissant de la consigne de passage. Des panneaux de pré-information ont d’ores et déjà été mis en place à Ur, Tarascon-sur-Ariège et Ax-les-Thermes. La surveillance humaine a été renforcée, des caméras vidéo et un système d’interphonie ont été installés. Marc Bonifaci, chef d’exploitation du tunnel annonce la distribution de documents à tous les usagers du site dès hier. Il faut dire que cette nouvelle mise en place se devait d’être assortie d’explications pour les chauffeurs de cars et de poids lourds. Des réunions seront également organisées localement pour donner toute l’information sur ce nouveau dispositif.

photo 1.jpg

Cette opération s’inscrit dans le cadre du programme d’amélioration de la sécurité du tunnel du Puymorens, mis en place lors de l’établissement du dossier de sécurité. Depuis 2003, la vitesse est limitée à 70km/h, des plots bleus et jaunes favorisent le respect des interdistances.

Les cas dérogatoires

« Nous avons prévu toute une série de cas dérogatoires afin de suspendre l’alternat en fonction des aléas, qu’ils soient climatiques ou liés à un trafic trop dense.  Le système marche en mode automatique, 30 minutes dans un sens et 30 minutes dans l’autre mais il est possible qu’il marche en mode manuel, nos opérateurs peuvent à tout moment alléger le temps d’attente et la contrainte des automobilistes » explique Nicolas Schwab. Le coût de l’opération : 1million d’euros pour l’ASF qui finance à 100% les travaux. Il se rajoute aux 10 millions d’euros déjà investis par l’ASF depuis 2003 qui ont porté sur des travaux d’amélioration.

Le dispositif est mis en place pour une période probatoire de 6 mois, permettant des ajustements éventuels. Enfin, un exercice de sécurité civile y est programmé le 8 décembre.

                                                                                                                     

Le tunnel du Puymorens en bref

Déclaré d’utilité publique en 1989 et mis en service le 21 octobre 1994, il totalise une longueur de 4km820. Il permet de réduire de 11km, le col du Puymorens situé à 1915m. C’est un tunnel monotube, la circulation s’effectuant dans les deux sens sur des voies de 3,5m de largeur. Les véhicules transportant des matières dangereuses sont interdits. Près de 1000 véhicules empruntent quotidiennement ce tunnel à péage dont 140 poids lourds soit 15% du trafic.

- Les nouvelles mesures à partir du 15 novembre 2011 7j/7 et 24h/24h

- Stockage des véhicules de + de 3,5m et gestion du trafic,

- Mises en place de l’alternat et régulation du trafic poids lourds et autocars de + de 3,50m,

- Circulation dans un seul sens par tranche horaire de 30 mn,

- Départ des véhicules toutes les 90 s, afin de respecter une inter-distance de 1200 mètres entre chaque véhicule au départ des aires.

photo 3 aire de regulation côté PO.jpg

De nouvelles aires avec feux bicolores avertiront de la consigne de passage.

22/05/2011

Cerdagne - Présentation du Pôle pédiatrique de Cerdagne

Hier, était présenté dans le cadre du Projet Européen de Santé de la Cerdagne, le Pôle Pédiatrique de Cerdagne, par le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon en présence des deux instances représentatives des deux établissements français de ce pôle que sont les Tout Petits à Bourg-Madame et la Perle Cerdane à Osséja.

Dans le cadre de la mise en place du Pôle Pédiatrique de Cerdagne qui sera construit à Bourg-Madame, une réunion était organisée à Osséja. Après un discours des instances respectives des deux établissements, Michel Caron, président de l’ALEFPA et Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, la réunion s’est poursuivie par un échange entre le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon (ARS L-R) et une délégation d’une cinquantaine de salariés des deux établissements. Le but de cette discussion était de faire le point sur la situation actuelle, les avancées réalisées et les projections à venir.

« Rendre pérenne l’offre de soins »

Le Pôle Pédiatrique de Cerdagne composé de trois acteurs : la MECSS Les Touts Petits à Bourg-Madame, La Perle Cerdane à Osséja et le Groupement Européen de Coopération Territoriale de l’Hôpital de Cerdagne (GECT organe gérant l’Hôpital de Cerdagne), est une des deux filières (avec le Pôle gériatrique construit à Err) du réseau de santé transfrontalier. Car le Projet Européen de Santé de la Cerdagne va au-delà de la construction du nouvel Hôpital de Cerdagne à Puigcerda. Il a également pour objectif d’intégrer les services de santé des deux côtés de la frontière en profitant des meilleures spécialisations de chaque système, existant ou à venir. Selon le Dr Aoustin, « nous avons l’intention de rendre pérenne et plus solide, l’ensemble de l’offre de soins sur le plateau cerdan, ceci en lien étroit avec l’Hôpital de Cerdagne puisque le nouveau Groupement de Coopération Sanitaire est formé à la fois par les Tout Petits, la Perle et le GECT. Ce regroupement montre l’articulation que nous souhaitons avec nos amis catalans, dans une grande fluidité de prise en charge de chaque côté de la frontière »

 

Et les emplois ?

On sait que le secteur santé est mis à mal depuis quelques années en Cerdagne. D’où l’inquiétude légitime des salariés des structures sanitaires. Michel Caron, président de l’ALEFPA « En regard de ces regroupements d’établissements, à l’ALEFPA notamment, nous sommes très volontaires pour qu’il y ait une gestion globale des problèmes de ressources humaines. Très tôt, j’ai demandé que les services de l’Etat accompagnent ce projet ». L’Etat investit 15 millions d’euros sur les deux pôles : 10 millions € sur le pôle pédiatrique et 15 millions € sur le pôle gériatrique. Aussi, cet engagement financier parle de lui-même. Et la directrice générale de l’ARS L-R de rajouter : « notre souhait fondamental, c’est de solidifier l’offre de soins sur ce territoire. A partir des compétences existantes, on offre à nouveau une ouverture des besoins de santé et bien sûr, on solidifie les emplois sur ce territoire, ce qui est très important ». François Bellido, délégué syndical CDDT66 à la Perle Cerdane était satisfait des propositions quant à l’avenir des salariés lors de ce regroupement.

Mise en commun des compétences

L’intérêt de la création du pôle pédiatrique et du pôle gériatrique est de rendre les structures sanitaires actuelles pérennes mais aussi de mettre en commun des compétences et des spécificités propres à chaque établissement. « Avec des médecins en commun, cela permettra de développer de nouvelles formes de prise en charge, notamment sur l’hospitalisation de jour, sur l’ambulatoire, les consultations spécialisées, et pourquoi pas dans un avenir proche, au pôle pédiatrique, prendre en charge de nouvelles pathologies. Le tout se fera en accord avec le futur Hôpital de Cerdagne » rajoute Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

Un véritable projet de territoire en matière de santé se matérialise donc, les travaux devant commencer début 2012. Les grands gagnants en seront les Cerdans, des deux côtés de la frontière qui bénéficieront d’une meilleure prise en charge.

emplacement futur pôle pédiatrique.jpg

La construction prochaine des pôles pédiatrique et gériatrique est une nouvelle très positive et d’importance pour le plateau cerdan, autant pour la prise en charge des futurs patients que pour les emplois qui seront non seulement maintenus mais certainement développés. Depuis hier, est planté le panneau du permis de construire déposé en mairie de Bourg-Madame et accepté le 9 mai dernier.

présentation du pôle pédiatrique.jpg

De g à d : M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Jean-Jacques Fortuny, maire de B-Madame, Pierre Garcia, administrateur AELFPA et Michel Caron, président de l’ALEFPA. Le maire vient d’accueillir les responsables du futur pôle pédiatrique et leur annoncer l’acceptation du permis de construire.

le maire de bourg-madame, les tout petits et l'Alefpa.jpg

De g à d : J.-Michel Dufresnoy, directeur général de l’ALEFPA, Michel Caron, président de l’ALEFPA, Catherine Barnole, inspectrice générale ARS des P.O., Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Martine Aoustin, directrice générale de l’ARS L-R, J.-Yves Le Quellec, directeur adjoint de l’ARS, Dominique Marchand, directrice adjointe de l’ARS, J.-Louis Bonnet, chargé de mission des hôpitaux et M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

30/04/2011

Cerdagne - Bourg-Madame - Journée mondiale de l’asthme aux Tout Petits

Actuellement en France, 10 % des enfants sont asthmatiques ou souffrent de gênes respiratoires, de bronchites à répétition, de "bronchites asthmatiformes", qui sont des équivalents d'asthme. La fréquence et la sévérité de cette maladie sont en augmentation constante.

L'asthme est la première maladie chronique  chez l'enfant. Trois fois sur quatre, cette forme d'asthme est d'origine allergique. Un dépistage précoce et une prise en charge globale permettront à nos chères têtes blondes de maîtriser leur maladie et de mener une vie normale.

Reconnaître précocement l'asthme de l'enfant permet de bénéficier de traitements adaptés et d'en diminuer les conséquences. Face à cette maladie aux origines allergiques et héréditaires, une prise en charge globale est mise en place. Information, éducation thérapeutique, traitement, sont les clés d'une vie normale.

Comment détecter l’asthme ?

Ce problème est souvent une source d'inquiétude, avec un cortège de questions et d'interrogations, pour l'enfant lui-même et pour son entourage. Pour les aider, la journée de l'asthme du 3 mai leur est consacrée. Le "capital souffle" de l'enfant doit absolument être préservé, son avenir en dépend.

La Journée Mondiale de l’Asthme se tiendra le mardi 3 mai aux Tout Petits à Bourg-Madame de 14h à 17h30. Au programme : Atelier et mesure du souffle, le parcours de l’air, la roue de la santé, jeux géants, bar à Smoothies et goûter tartines…

Inscrivez-vous au : 04 68 04 50 59 – Courriel : lestoutpetits.clinique@gmail.com www.pyrenees-asthme.com/les-tout-petits

les tout Petits2.jpg

La Journée Mondiale de l’Asthme est organisée aux Tout Petits à Bourg-Madame, établissement climatique en pneumo allergologie infantile. De nombreux ateliers y seront organisés afin de détecter cette maladie chez les plus jeunes.

24/03/2011

Cerdagne - Osséja - Fermeture des secteurs professionnels : le pire des scénarios à la Perle Cerdane

Pendant les vacances d’hiver, le pire des scénarios devient réalité pour les sections professionnelles de la Perle Cerdane à Osséja. Le Rectorat a décidé du transfert de la bureautique et de la 3e DP6, la disparition de la section hôtelière dans deux ans et la mort de l’électro-technique à la rentrée. Colère et dégoût pour une population cerdane à nouveau laissée sur le carreau.

Pendant que certains faisaient du ski pendant les vacances, l’avenir des sections professionnelles de la Perle Cerdane se jouait à l’Inspection d’Académie. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir alerté l’opinion publique, dès septembre, sur le bien-fondé du maintien des sections d’enseignement professionnel qui se portaient jusque-là à merveille. On s’en souvient, en octobre dernier (L’Indépendant du 20 octobre 2010), les élèves des sections professionnelles de la Perle Cerdane bloquaient l’accès au Lycée de Font-Romeu, deux enseignants en hôtellerie-restauration manquaient alors. L’enseignement technique était également menacé.

section hôtelière perle cerdane.jpg

Sections transférées à Font-Romeu

Un trimestre et demi plus loin, la rentrée des vacances d’hiver est plus que morose pour les enseignants de la Perle Cerdane. Le couperet est donc tombé. Le Syndicat National des Lycées et Collèges (SNALC), reçu en délégation par l’Inspecteur d’Académie, nous communiquait la décision prise par le rectorat. La section tertiaire (Bureautique, secrétariat) est « récupérée » par le lycée de Font-Romeu et la section Découverte Professionnelle (3e DP6) par le collège de Font-Romeu. Le pire est évité puisque les élèves sont gardés sur le plateau cerdan.

Pire que les prévisions les plus pessimistes

En revanche, la décision de faire mourir la section hôtelière dans deux ans (le recrutement est suspendu) et la section électro-technique dès la rentrée 2011-2012 aura des conséquences gravissimes sur le bassin d’emploi dont on disposait. « Les chiffres sont éloquents : sur l’ensemble des entreprises d’électricité de Cerdagne-Capcir, il y a au moins un employé ou même le patron qui sort de la section élecxtro-technique de la Perle. Idem pour les stations de ski qui y recrutent largement pour leur régie ». De plus, l’équipe pédagogique de la Perle Cerdane avait planché sur des débouchés avec les Energies renouvelables de par la présence du CNRS en Cerdagne. Rien n’y a fait, les jeunes Cerdans et Capcinois sont à nouveau sacrifiés sur l’autel des intérêts économiques. Conséquence immédiate : le cursus démarré cette année devra être achevé à Perpignan.

Quelle équité entre élèves d’un même département ?

Eloigner les enfants à l’autre bout du département, « C’est tout simplement criminel quand on sait, socialement parlant, à quel public on a à faire. Quand on pense qu’on a construit le lycée d’Argelès pour éviter que les enfants aillent jusqu’à Perpignan » s’insurge un professeur. « Dans ce dossier de la Perle Cerdane, l’Education nationale n’est plus en capacité d’offrir la même éducation aux enfants en fonction de leur origine géographique » regrette le SNALC. On sait d’ores et déjà que les débouchés se sont mués en avenir opaque pour de nombreux jeunes d’une part et de nombreux employeurs d’autre part.

Perle Cerdane.jpg

L’inspecteur d’académie viendra à Osséja à la Perle Cerdane le 31 mars  à 17h30 pour présenter aux familles concernées, les décisions prises pour la rentrée 2011-2012. Une réunion houleuse en perspective quand on sait que les intérêts économiques ont prévalu sur les intérêts humains. on sait que la contestation s’organise sur le plateau cerdan.

15/03/2011

Cerdagne - Capcir - Haut-Conflent - Des vacances d’hiver sauvées par de régulières chutes de neige

Cerdagne,capcir,haut-conflent,stations des neiges catalanes,chutes de neigeAlors que les Pyrénées Catalanes connaissent l’année la plus faible en enneigement naturel depuis 10 ans, les stations de ski ont pu compter sur des chutes de neiges inespérées à la veille, pendant et à la fin des vacances scolaires. Et ont pu ainsi proposer durant 4 semaines, un produit neige d’excellente qualité.

De l’avis de tous, il a été difficile de se défaire de l’image de massifs pyrénéens dépourvus de neige véhiculée par les médias depuis début janvier. Sur la neige de culture ou la neige naturelle, les stations des Neiges Catalanes ont privilégié le qualitatif et tous les domaines sont restés ouverts depuis le week-end de la Purissima en décembre. Résultat : la clientèle même de proximité a hésité à venir les week-ends en début d’année.  

Ce n’est pas encore fini

Cerdagne,capcir,haut-conflent,stations des neiges catalanes,chutes de neige

A Formiguères, les vacances d’hiver ont été très correctes avec une hausse de 4% par rapport à 2010. La météo, exceptionnelle a assuré les chutes de neige la nuit et le beau temps en journée. « Les gens pensaient ne pas voir de neige en arrivant, même les habitants du département ! En terme d’enquête de satisfaction, les commentaires ont rarement été aussi positifs » nous dit-on à la direction de la station.  A Cerdagne Puigmal 2900, même si on avoue que « cela aurait pu être mieux » la station ne se dit pas mécontente des chiffres pour les vacances d’hiver et en même temps que les conditions d’enneigement s’amélioraient, la fréquentation s’est arrangée. La saison n’est pas encore finie ! Même son de cloche à Puyvalador où « au vu des soucis du début de saison, la fréquentation a été bonne voire en hausse de 1% pendant les vacances» nous dit Fernand Canto. A Font-Romeu Pyrénées 2000, le directeur de la station Alain Luneau annonce une hausse de 2,44% du chiffre d’affaire et près de 2% en plus de skieurs sur le domaine pendant les vacances. Un enneigement de culture de très bon niveau qualitatif et la neige naturelle ont permis de toujours offrir un domaine de qualité égale. A l’Espace Cambre d’Aze, c’est le jour de la fermeture que l’on a ouvert 100% du domaine ! « Les vacances ont été correctes, et les résultats conformes à ceux de l’année dernière » nous dit Serge Redrado, rajoutant« C’était inespéré de faire ces quatre semaines avec un enneigement aussi bon ». A Porté-Puymorens, les chiffres sont en progression sur l’ensemble des vacances, +10,17%. Cela aurait pu même être mieux sans 4 jours de mauvais temps sur la zone nous concernant. Des grosses chutes de neige ont garanti l’ouverture du domaine à 100% hormis deux pistes noires soumises à des risques d’avalanche importants. Le sourire est donc de mise dans la station. A la Quillane, le manque de neige naturelle a été pallié par les canons à neige qui ont garanti le bon fonctionnement de la petite station familiale. Enfin aux Angles, les chiffres sont également en progression, +1,5%. La baisse de fréquentation enregistrée la 1ere semaine de notre zone de vacances en raison du mauvais temps a été compensée par le reste des vacances.

 

Cerdagne,capcir,haut-conflent,stations des neiges catalanes,chutes de neige

Les quatre semaines de vacances sont globalement positives pour la quasi-totalité des stations et les bons chiffres d’affaires sont venus adoucir un mois de janvier en demi-teinte. L’économie locale a également bien travaillé durant ces vacances d’hiver qui s’annonçaient plutôt moroses. L’alternance chutes de neige et temps exceptionnel a offert des conditions de glisse optimales aux vacanciers. En revanche, certaines activités liées à l’enneigement naturel n’ont pas démarré de l’hiver (en photo : stations Font-Romeu et Porté-Puymorens).