22/01/2013

Bourg-Madame - Epicentre, une épicerie solidaire ouverte à tous

L'épicerie solidaire de Répliques66 ouvre ses portes aujourd'hui. Un aboutissement pour les membres de l'association et Stéphanie Godard  à l'origine de ce projet très humaniste.

1 Stéphanie Godard.jpgAprès avoir travaillé d'une façon bénévole dans l'association dont elle a l'origine Répliques66, Stéphanie Godard en est depuis juillet, salariée. Depuis juillet 2011, elle s'est investie dans le projet d'épicerie solidaire, unique dans le département. Tous les membres de l'association, sa présidente Julie Lledos en tête, l'ont soutenue dans ce rêve un peu fou de voir en Cerdagne, un lieu pratiquant des prix justes pour les consommateurs et les producteurs. C'est chose faite avec une ouverture effective aujourd'hui à 10h. Pour s'occuper de l'épicerie Epicentre, Stéphanie, directrice coordinatrice sera secondée par Angeline qui elle gèrera la vente à proprement parler.

Stéphanie Godard à l'origine de l'épicerie solidaire. Photo : F. B.

Une réponse à besoin

Les différentes réunions publiques organisées par Réplique66 ont démontré les besoins d'une épicerie solidaire en Cerdagne. "Cela nous a convaincu de développer cette idée et de proposer le projet à différents financeurs" nous dit Stéphanie qui enchérit " C'est un projet d'économie sociale et solidaire. on est là pour développer de l'activité économique, créer de l'emploi, un lieu de lien social et de rencontre et une aide alimentaire de qualité. Ça répond à un souhait des politiques aujourd'hui de ne plus être dans du don mais justement d'être dans une aide participative". Cela correspond aussi à un souhait des habitants de consommer différemment. On y trouve des produits classiques mais surtout, un gros rayons de produits locaux venant de Cerdagne, Capcir et Conflent.

2 l'intérieur de l'épicerie avec Angeline.jpg

Angeline s'occupera de la vente à Epicentre. photo : F. Berlic

Quel est le public visé?

L'épicerie est ouverte à tout le monde. C'est la différence fondamentale entre l'épicerie solidaire et l'épicerie sociale qui elle est réglementée et s'adresse à un seul public. "Il y aura deux sortes de clients qui doivent adhérer à l'association : les solidaires qui payeront le prix normal et les aidés qui bénéficieront, après étude de leur dossier de réduction allant de 25 à 50% sur les produits. Le but est de donner un coup de pouce aux gens qui n'ont pas forcément droit aux aides sociales tels par exemple les travailleurs pauvres" explique Stéphanie. De plus des ateliers où les Cerdans pourront se retrouver autour de cours de cuisine, de confection de confitures, bref un partage des savoirs. "C'était une idée presqu'utopique au départ et on en est là. Je suis très fière de voir ça et ça va évoluer. C'est la première pierre de l'édifice Répliques66" conclura Julie Lledos la présidente. Une bien belle idée qui a germé et fait son chemin pour s'arrêter au 5 avenue Porte de France.

3 épicerie Epicentre.jpg

Epicentre se trouve à l'entrée de la rue principale, à l'ancien magasin Madeleine. Photo : F. Berlic                                                                                                            

Sont partie prenante dans l'Epicentre : Le Conseil Général, l'Europe (aide alimentaire), la Fondation de France, CIRA66, la mairie Bourg-Madame. Epicentre ouvre ses portes aujourd'hui à 10h (ancien magasin Madeleine). Horaires hebdomadaires : mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 10h-12h30 et 15h-19h. Tél : 06 16 09 67 55. contact mail : repliques66@hotmail.fr

08/01/2013

Cerdagne-Capcir-Haut-Conflent - Vacances de Noël : une fréquentation inespérée

2 du monde à Porté-Puymorens.jpg

De la neige et beaucoup de soleil ont été appréciés des vacanciers, ici à Porté-Puymorens. Photo Frédérique Berlic

Alors que viennent de s’achever les vacances, force est de constater que la fréquentation a été bonne, voire excellente en 2e semaine. Les professionnels se frottent les mains.

Cela fait bien quatre ans que les professionnels de la montagne, tous secteurs confondus n’avaient été à pareille fête. Du monde, beaucoup de monde a fréquenté la montagne catalane durant ces vacances et un constat : crise ou pas crise, quand les stations ont de la neige, la clientèle répond présente. Cela s’est vu au pont de la Purissima début décembre et cela se confirme durant ces 15 jours.

Du bien au moral et aux caisses

Bien sûr la neige tombée en abondance courant décembre a largement favorisé en amont, les réservations des séjours en montagne. Du coup, par rapport à la moyenne des quatre dernières années, la fréquentation est en hausse de 10% dans les stations « Ça fait du bien au moral mais aussi aux caisses car les stations reprennent un peu de vigueur » nous dit Alain Luneau, directeur de la station de Font-Romeu Pyrénées 2000 et président  de la section Pyrénées aux Domaines Skiables de France. Avec de ces bons chiffres et du fait que la clientèle ne soit pas en désaffection, il est même bien d’envisager des évolutions sur les domaines skiables. Du côté du nordique, à la Maison du Capcir, on se félicite de ces très bonnes vacances. Mariane Brunet, directrice de la Communauté de Communes Capcir-Haut-Conflent se réjouit de la fréquentation « Même si on a du fermer la Quillane en raison du redoux, on fait déjà le chiffre d’affaire de l’ensemble de l’année dernière. Les saisonniers ont tous travaillé de même que les activités parallèles au ski nordique comme les raquettes ou le chien de traîneau ». Se sont rajoutés à la clientèle française, les Catalans du sud  dont les sites nordiques sont tous fermés.

1 beaucoup de monde aux Airelles.jpg

Du monde partout et un bilan très positif pour ces vacances, ici aux Airelles à Font-Romeu. Photo Frédérique Berlic

Des commerces bondés

3 les enfants.jpgLes commerces étaient à la fête « même si le vrai rush ne concerne vraiment qu’une grosse semaine » se réjouit-on du côté des Angles et du président de l’association des commerçants Antoine Martin. Des commerces et des restaurants bondés pour lesquels il était fortement conseillé de réserver, une foule immense pour chaque animation phare, « Une fréquentation digne des vacances de février » se plaisait-on à répéter.

En résumé, le bilan est plus que bon en espérant que les quelques stations mal desservies en neige en décembre, se refasse la cerise aux vacances de février.

Les enfants s’en sont donné à cœur joie. Photo : Frédérique Berlic

27/04/2012

Cerdagne - Font-Romeu - Hauts cantons : la casse du climatisme continue

En pleine période électorale, on apprend la fermeture possible du Pôle Emploi Santé Font-Romeu. C’est la colère et l’angoisse du côté du conseil municipal et des personnels concernés.

Les années 90 puis les années 2000 ont été celles du démantèlement du secteur climatique en Cerdagne, Capcir et Haut Conflent. Orchestré par les politiques de santé publique successives, ce démantèlement a vu non seulement les différentes maisons d’enfants fermer une à une mais aussi et surtout les lits médicalisés transférés à prix d’or vers les grands centres urbains au détriment d’un juste aménagement du territoire et de l’emploi dans nos Hauts Cantons. Au milieu des deux tours de l’élection présidentielle, c’est le coup d’estoc avec l’annonce possible de la fermeture des deux maisons d’enfants réunies, Castel-Roc et Les Petits Lutins (désormais SAS Font-Romeu Pôle Santé).

Lettre ouverte aux candidats à la présidentielle et élus

Un temps sonné par cette annonce, le conseil municipal de Font-Romeu a décidé d’adresser une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle, députés, sénateurs, président de Région et présidente du département. « En cette période où le pays tout entier débat, dialogue, réfléchit à son avenir et au chemin à suivre pour les années à venir. Dans tous les discours, au centre de toutes les inquiétudes apparait le domaine économique et en particulier l’emploi. Aujourd’hui, nous apprenons avec stupéfaction et colère l’ultime coup porté à notre économie de montagne : la SAS Font-Romeu Pôle Santé s’apprêterait à être démantelée et ses lits médicalisés arrachés à la Cerdagne pour être redéployés. Cette structure fermerait purement et simplement ses portes et ses employés seraient reclassés dans un territoire couvrant la France entière voire l’Italie ou la Belgique !» s’insurge le maire Jean-Louis Demelin.

Les écoles et l’économie locale menacées

La pilule est bien dure à avaler d’autant qu’en retirant des écoles, collège, lycée les 80 enfants reçus dans les maisons médicalisés auxquels s’ajoutent les 44 enfants à charge des familles travaillant dans ces structures, ce sont à nouveau des fermetures de classes, des suppressions de postes (alors que la commune en a déjà subi 3 dans les 4 dernières années), effectifs en baisse en perspective. L’école-collège de la Forêt de Via fonctionnant uniquement avec ces enfants malades fermerait purement et simplement ses portes entrainant la mise au chômage d’une dizaine d’autres emplois.

Des rumeurs et des mensonges.

le personnel en assemblée.jpg

Le personnel de la SAS Font-Romeu Pôle santé s’est réuni, fort inquiet des possibles mesures de fermeture des deus maisons d’enfants réunies, Castel-Roc et les Petits Lutins.

Quant aux représentants du personnel de la SAS Font-Romeu Pôle santé, issue de la fusion entre les deux établissements, Castel-Roc et les Petits Lutins, ils n’en sont toujours pas revenus de ces mensonges à répétition. « La fusion des deux maisons est effective depuis le 1e janvier 2011, et s’est faite, selon nos directions, afin de pérenniser la structure, les emplois et faire face à diverses décisions d’instances sanitaires ». Or des rumeurs d’achat de la SAS Font-Romeu Pôle santé par un grand groupe (société ORPEA en l’occurrence) se sont faites de plus en plus pressantes et le 24 avril, le personnel du pôle santé que l’établissement avait été supprimé du Plan Régional de Santé. « Si la société ORPEA achète 80 lits, ce n’est pas pour les laisser en Cerdagne, mais pour les délocaliser, laissant ainsi 70 salariés et familles sur le carreau » s’indigne le personnel.

Devant l’urgence de la situation et pour éviter une nouvelle saignée économique dans les Hauts Cantons, une réunion publique se tiendra sur ce sujet le jeudi 3 mai 15h à Font-Romeu (esplanade de l’office de tourisme).

24/02/2012

Cerdagne-Capcir - La marque Hi-Himal débarque en montagne

Deux Cerdans ont récemment monté une société, Hi-Himal. C’est du domicile de l’un deux qu’ils importent des vêtements de montagne du Népal, élaborés par eux avec le fabricant.

1 la gamme s'est complétée.jpg

La gamme s'est complétée de plusieurs produits : sacs de couchages, doudounes, moufles, et les doudounes sont désormais de plusieurs couleurs.

Depuis quelque temps, les doudounes de la marque Hi-Himal fleurissent en Cerdagne et Capcir. Le nouveau vêtement à la mode vient du Népal par le biais d’Etienne Marvejouls et Florian Chausson. Ces deux jeunes Cerdans ont créé la société du même nom, suite à plusieurs voyages népalais. Histoire peu ordinaire de la création d’une marque.

Un projet remontant à trois ans

4 Etienne et Florian dans l'atelier népalais.jpg

L’atelier de fabrication au Népal, Etienne, Florian et Bam

A l’automne 2008, Etienne et Florian partent au Népal pour deux mois d’ascension, de treck et deP1010634.JPG découvertes. Au hasard d’un magasin de vêtements techniques comme il y en a tant, ils rencontrent un fabricant, Bam Bahadur-Rai. Après lui avoir acheté du matériel, ils sympathisent, et nos deux montagnards sont rapidement invités chez lui. Bam leur propose alors de vendre des doudounes en France. « Au Népal, il y a énormément de contre-façons. Nous avons expliqué à Bam que la France était très à cheval et qu’il fallait créer notre propre marque. Suite à ça, nous sommes partis 15 jours en treck et à notre retour, Bam nous proposait le nom de Hi-Himal que nous avons approuvé. Nous avons de notre côté, créé le logo » explique Florian. La marque Hi-Himal (hi, que l’on prononce high, haut en anglais et himal, montagne en népalais) était née et déposée en France par Etienne et Florian.

Collaboration et élaboration

En fins connaisseurs du milieu montagnard et des conditions extrêmes, Etienne, accompagnateur à Ozone 3 à Font-Romeu et Florian, accompagnateur et pisteur à Formiguères ont élaboré, sur place, dans l’atelier de Bam, les doudounes et autres produits à commercialiser en  France. Bam qui emploie une dizaine de personnes a fait évoluer les produits au gré des demandes des deux Cerdans. « Au début, il y a un an, nous avons fait venir une cinquantaine de doudounes pour voir l’impact et ne pas se tromper. Devant l’engouement, nous avons étoffé la gamme avec des doudounes fines, épaisses, sans manches, des moufles et des chaussons et trois styles de sacs de couchage. C’est garni avec 100% duvet de canard, on l’a vu faire, pour chaque bande de doudoune, le duvet est pesé par les ouvriers ». Et au niveau chaleur, tous ceux qui ont acheté le produit étaient conquis.

Un prix très attractif

Non seulement la qualité est excellente, mais le rapport qualité prix est exceptionnel, trois, voire quatre fois moins cher que les grandes marques. Les doudounes sont entièrement faites à la main, deux par jour et par ouvrier. Les premiers acheteurs ont demandé des produits en couleur, c’est chose faite avec 4 couleurs au choix : orange, bleu, jaune et noir. « Pour l’instant, les petites marges dégagées servent au fonctionnement de la société, tout le reste repart au Népal et contribue à faire vivre plus de 10 familles, c’est le plus important. Nous avons grandement été aidés pour l’importation par Ysal, agence en douane à Toulouse, l’Hospitalet et Bourg-Madame » explique Etienne. Par le bouche à oreille, environ 300 doudounes ont été vendues. Gageons que la petite société Hi-Himal gravira des sommets de notoriété.

2 Etienne et Florian à Err.jpgLes produits

Gamme doudounes : 65 à 85€. Sacs de couchage : 85 à 115 €. Tee-shirt : 15€. H,F et enfants.

Contacts : Hi-Himal : 06 80 60 41 23 mail infos@hi-himal.fr internet : www.hi-himal.fr

C’est à Err, au domicile de l’un d’eux que les produits sont stockés. Etienne et Florian portent une doudoune élaborée par eux et fabriquée par leur ami Bam.  

 

30/09/2011

Cerdagne - Saillagouse - Hôtellerie restauration, contre les idées reçues…

Courrier des lecteurs.

Hôtellerie restauration, contre les idées reçues…

"En cette fin d’été, deux constats peuvent être faits. L’horizon économique n’incite pas à l’optimisme, notre France-Européenne est secouée. Nous tanguons dangereusement.

Sur le plan social, si l’emploi se maintient, nous le devons essentiellement aux petites entreprises. Ce sont elles qui créent de l’emploi. Parmi celles-ci, les milliers de petites PME de dix à vingt salariés de l’hôtellerie et de la restauration jouent un rôle majeur.

Dans une partie de l’opinion publique, la baisse de la TVA dans la restauration a été mal comprise. Or il faut savoir que cette mesure a été salvatrice pour bon nombre de professionnels et donc d’emplois.

Dernièrement le Président de la République a courageusement certifié qu’il ne reviendrait pas sur cette mesure.

Depuis la baisse de la TVA des négociations sociales - qui peuvent s’avérer parfaitement légitime - sont venues augmenter de façon significative les charges de nos entreprises.

Il serait très mal venu, qu’en plus, une remise en cause de la baisse de la TVA et de la défiscalisation des heures supplémentaires pénalisent fortement nos petites entreprises familiales.

Ce sont elles, qui en zones éloignées des grandes centres maintiennent, comme les services publics de proximité, une activité qui, sans elles transformeraient nos campagnes en véritables déserts.

Au moment ou la gastronomie française se voit reconnaître au patrimoine mondial de l’UNESCO, il serait pour le moins paradoxal que celles et ceux qui l’incarnent et la font vivre au quotidien disparaissent". 

 

 Henri Planes, retraité de l’hôtellerie Restauration Saillagouse

22/05/2011

Cerdagne - Présentation du Pôle pédiatrique de Cerdagne

Hier, était présenté dans le cadre du Projet Européen de Santé de la Cerdagne, le Pôle Pédiatrique de Cerdagne, par le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon en présence des deux instances représentatives des deux établissements français de ce pôle que sont les Tout Petits à Bourg-Madame et la Perle Cerdane à Osséja.

Dans le cadre de la mise en place du Pôle Pédiatrique de Cerdagne qui sera construit à Bourg-Madame, une réunion était organisée à Osséja. Après un discours des instances respectives des deux établissements, Michel Caron, président de l’ALEFPA et Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, la réunion s’est poursuivie par un échange entre le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon (ARS L-R) et une délégation d’une cinquantaine de salariés des deux établissements. Le but de cette discussion était de faire le point sur la situation actuelle, les avancées réalisées et les projections à venir.

« Rendre pérenne l’offre de soins »

Le Pôle Pédiatrique de Cerdagne composé de trois acteurs : la MECSS Les Touts Petits à Bourg-Madame, La Perle Cerdane à Osséja et le Groupement Européen de Coopération Territoriale de l’Hôpital de Cerdagne (GECT organe gérant l’Hôpital de Cerdagne), est une des deux filières (avec le Pôle gériatrique construit à Err) du réseau de santé transfrontalier. Car le Projet Européen de Santé de la Cerdagne va au-delà de la construction du nouvel Hôpital de Cerdagne à Puigcerda. Il a également pour objectif d’intégrer les services de santé des deux côtés de la frontière en profitant des meilleures spécialisations de chaque système, existant ou à venir. Selon le Dr Aoustin, « nous avons l’intention de rendre pérenne et plus solide, l’ensemble de l’offre de soins sur le plateau cerdan, ceci en lien étroit avec l’Hôpital de Cerdagne puisque le nouveau Groupement de Coopération Sanitaire est formé à la fois par les Tout Petits, la Perle et le GECT. Ce regroupement montre l’articulation que nous souhaitons avec nos amis catalans, dans une grande fluidité de prise en charge de chaque côté de la frontière »

 

Et les emplois ?

On sait que le secteur santé est mis à mal depuis quelques années en Cerdagne. D’où l’inquiétude légitime des salariés des structures sanitaires. Michel Caron, président de l’ALEFPA « En regard de ces regroupements d’établissements, à l’ALEFPA notamment, nous sommes très volontaires pour qu’il y ait une gestion globale des problèmes de ressources humaines. Très tôt, j’ai demandé que les services de l’Etat accompagnent ce projet ». L’Etat investit 15 millions d’euros sur les deux pôles : 10 millions € sur le pôle pédiatrique et 15 millions € sur le pôle gériatrique. Aussi, cet engagement financier parle de lui-même. Et la directrice générale de l’ARS L-R de rajouter : « notre souhait fondamental, c’est de solidifier l’offre de soins sur ce territoire. A partir des compétences existantes, on offre à nouveau une ouverture des besoins de santé et bien sûr, on solidifie les emplois sur ce territoire, ce qui est très important ». François Bellido, délégué syndical CDDT66 à la Perle Cerdane était satisfait des propositions quant à l’avenir des salariés lors de ce regroupement.

Mise en commun des compétences

L’intérêt de la création du pôle pédiatrique et du pôle gériatrique est de rendre les structures sanitaires actuelles pérennes mais aussi de mettre en commun des compétences et des spécificités propres à chaque établissement. « Avec des médecins en commun, cela permettra de développer de nouvelles formes de prise en charge, notamment sur l’hospitalisation de jour, sur l’ambulatoire, les consultations spécialisées, et pourquoi pas dans un avenir proche, au pôle pédiatrique, prendre en charge de nouvelles pathologies. Le tout se fera en accord avec le futur Hôpital de Cerdagne » rajoute Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

Un véritable projet de territoire en matière de santé se matérialise donc, les travaux devant commencer début 2012. Les grands gagnants en seront les Cerdans, des deux côtés de la frontière qui bénéficieront d’une meilleure prise en charge.

emplacement futur pôle pédiatrique.jpg

La construction prochaine des pôles pédiatrique et gériatrique est une nouvelle très positive et d’importance pour le plateau cerdan, autant pour la prise en charge des futurs patients que pour les emplois qui seront non seulement maintenus mais certainement développés. Depuis hier, est planté le panneau du permis de construire déposé en mairie de Bourg-Madame et accepté le 9 mai dernier.

présentation du pôle pédiatrique.jpg

De g à d : M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Jean-Jacques Fortuny, maire de B-Madame, Pierre Garcia, administrateur AELFPA et Michel Caron, président de l’ALEFPA. Le maire vient d’accueillir les responsables du futur pôle pédiatrique et leur annoncer l’acceptation du permis de construire.

le maire de bourg-madame, les tout petits et l'Alefpa.jpg

De g à d : J.-Michel Dufresnoy, directeur général de l’ALEFPA, Michel Caron, président de l’ALEFPA, Catherine Barnole, inspectrice générale ARS des P.O., Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Martine Aoustin, directrice générale de l’ARS L-R, J.-Yves Le Quellec, directeur adjoint de l’ARS, Dominique Marchand, directrice adjointe de l’ARS, J.-Louis Bonnet, chargé de mission des hôpitaux et M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

21/05/2011

Cerdagne - Saillagouse - Ce week-end, 2ème Salon de l'Habitat et du Loisir

salon de l'habitat 1.jpgPour sa 1ere édition, le salon de l’habitat avait, l’année dernière, frappé un grand coup. La salle polyvalente avait vu, sans discontinuer, plus de 2000 visiteurs se presser autour des stands tenus par des professionnels du territoire montagnard. Le succès immédiat que comptent bien réitérer les organisateurs.

Saillagouse - Le Salon de l’Habitat et du Loisir, organisé par le Groupement Interprofessionnel des Commerçants et Artisans de Saillagouse, ouvrira ses portes le samedi 21 et dimanche 22 mai. Un rendez-vous très attendu car pour sa 1ere édition en 2010, le salon avait connu un succès aussi immédiat que mérité. Dans la salle polyvalente François Ester, les exposants avaient l’espace suffisant pour présenter au mieux leurs produits. Aussi, avait-on pu voir fleurir des chalets miniatures, des vérandas, des coins cheminée en plein cœur de ce lieu d’exposition, entièrement acquis à la mise en valeur du savoir-faire local.

Des conseils avant tout

Cette année, à peu près les mêmes exposants seront de la partie et bien sûr l’avantage d’une telle manifestation est d’avoir, sous la main, un panel complet de l’artisanat local. Pratique quand on veut construire une maison ou aménager l’intérieur et l’extérieur. De nombreux secteurs tels que la promotion, financement, construction (bois et traditionnel), chauffage et énergies renouvelables, menuiserie (alu, bois et acier), ameublement et cuisines, décoration intérieure, extérieure et peinture seront présentés. Bien sûr, les visiteurs seront en quête de matériel mais surtout de conseils judicieux auprès des professionnels pour l’aménagement de leur bien immobilier qui feront des études personnalisées à la clé.

Côté loisirs

Le neuf et l’ancien se côtoient sans souci puisque les stands brocante seront présents au même titre que la très prisée téléphonie, l’électroménager ou l’outillage. En extérieur, le stand auto risque bien d’être assailli, car la nouveauté rime toujours avec curiosité ! Notons que cette 2e édition est jumelée à un concours équestre en extérieur (à côté de la salle François Ester) organisé sous l'égide du Centre Cerdagne Equitation de Rô. Le centre vous propose un parcours de maniabilité pour les cavaliers en herbe et un parcours de sauts d'obstacles pour les plus aguerris. (Inscriptions auprès d'Ida Ballester au 06.03.56.37.26).

Les enfants ne seront pas en reste avec des animations encadrées sur le salon et des jeux gonflables en extérieur toute la journée.

 salon de l'habitat 4.jpg

Samedi 21 et dimanche 22 mai de 10h à 19h non-stop. Salle polyvalente F. Ester, route de Llivia. Entrée gratuite (possibilité de gagner un téléviseur écran plat en se procurant des billets à l’entrée du salon. Restauration sur place toute la journée).

La 2e édition du salon et de l’habitat, idéalement programmée à la période d’un printemps naissant en montagne, propose tout pour la maison et les loisirs. Les professionnels seront présents pour apporter des conseils tant sur le financement de vos projets que sur l’aménagement de votre maison, du sol au plafond, en passant par le jardin !