01/09/2012

Cerdagne - La problématique des maisons d'enfants en Cerdagne

Lundi 3 septembre, les locaux à sommeil de la Perle Cerdane seront fermés à tous les enfants pris en charge dans cette structure. ils devront désormais dormir tous les soirs aux Escaldes. Pour l’ensemble des maisons d’enfants du plateau cerdan, l’arrivée du Pôle pédiatrique de Cerdagne serait une solution à tous les problèmes. Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits à Bourg-Madame et présidente de l’Association Santé Cerdagne Capcir, a désiré s’exprimer sur la problématique des maisons d’enfants.

Quelle est votre réaction à l’annonce de la fermeture des locaux à sommeil de la Perle ?

C’est un problème grave dont personne ne se réjouit car cela va compliquer la prise en charge des enfants. Elle ne sera pas moins bonne, bien sûr, mais plus difficile. D’ailleurs, je propose, s’il y en a besoin, et qu’il n’y a pas assez de places aux Escaldes, de mettre à disposition des lits des Tout Petits.

Pourquoi le Groupement de Coopération Sanitaire est-il remis en cause ?

Concernant le Groupement de Coopération Sanitaire (GCS), nous avions signé un GCS d’autorisation qui concernait la Perle Cerdane à Osséja et les Tout Petits à Bourg-Madame. Ces deux structures n’avaient plus d’autorisations sanitaires, transférées donc au GCS. Cette mise en place a tout de même pris deux ans ! Puis en septembre 2011, l’ARS nous a convoqué et nous a dit que pour des problèmes juridiques, on ne pouvait plus faire ce GCS. Contrairement aux autres maisons de santé, les Tout Petits n’a qu’une seule activité et si j’avais donné les autorisations au Groupement de Coopération Sanitaire, je ne pouvais plus faire partie de celui-ci.

Et à la place, que vous a-t-on proposée ?

De faire un GCS de moyens et à aucun moment on nous a dit que tout était fini ! Il est en cours d’instruction à l’ARS et il va être signé prochainement entre la Perle et les Tout Petits.

Qu’en est du pôle pédiatrique ?

Dans le GCS de moyens, il est précisé qu’on s’engage à construire sur un site unique un pôle pédiatrique. Tout à coup, on parle d’Osséja alors que je n’ai jamais été sollicitée ni associée à ce nouveau projet. Le Pôle pédiatrique doit rassembler toutes les activités pédiatriques du plateau cerdan et ne concerne pas qu’une seule structure. On doit y retrouver quatre établissements pédiatriques reconnus et certifiés avec chacun ses spécificités, La Perle Cerdane, Les Tout Petits, Castel-Roc et les Petits Lutins. Ces deux derniers se sont finalement regroupés sur Font-Romeu sous la structure Pôle Font-Romeu Santé.

Marie-thérèse Ortiz.jpgVous avez décidé de continuer avec la Perle cerdane ?

Oui et les travaux devaient commencer en mars 2012 à Bourg-Madame. Mais à l’époque, le GCS d’autorisation qui devait faire ces travaux, a été dissous. Mais en attendant, la mairie de Bourg-Madame a acheté le terrain 700 000€ et les Tout Petits et la Perle Cerdane ont payé un contrat de promotion immobilière 40 000€ chacun ! Et puis, une autre chose à prendre en considération, c’est que le Pôle santé de Font-Romeu menacé un temps, reste en Cerdagne et il faut donc l’intégrer, s’il le désire, au Pôle pédiatrique de Cerdagne. La donne a changé mais je le répète, rien n’est arrêté et les Tout Petits sont plus motivés que jamais à en faire partie.

C’est aussi une lutte pour les emplois ?

C’est sûr, car, que ce soit les salariés de n’importe quelle maison de santé, ce sont des emplois spécialisés qu’il faut garder ici et défendre. En tout cas, l’ARS a toujours été favorable à ce Pôle pédiatrique et a tout fait pour qu’il voit le jour. En tant que présidente de l’Association Santé Cerdagne Capcir, j’affirme que la majorité de ce qu’on a en Cerdagne peut être sauvé et on ne pourra le faire que si on se regroupe.

 Pour Marie-Thérèse Ortiz, directrice de la maison d’enfants Les Tout Petits, le Pôle Pédiatrique de Cerdagne est toujours d’actualité.  

27/04/2012

Cerdagne - Font-Romeu - Hauts cantons : la casse du climatisme continue

En pleine période électorale, on apprend la fermeture possible du Pôle Emploi Santé Font-Romeu. C’est la colère et l’angoisse du côté du conseil municipal et des personnels concernés.

Les années 90 puis les années 2000 ont été celles du démantèlement du secteur climatique en Cerdagne, Capcir et Haut Conflent. Orchestré par les politiques de santé publique successives, ce démantèlement a vu non seulement les différentes maisons d’enfants fermer une à une mais aussi et surtout les lits médicalisés transférés à prix d’or vers les grands centres urbains au détriment d’un juste aménagement du territoire et de l’emploi dans nos Hauts Cantons. Au milieu des deux tours de l’élection présidentielle, c’est le coup d’estoc avec l’annonce possible de la fermeture des deux maisons d’enfants réunies, Castel-Roc et Les Petits Lutins (désormais SAS Font-Romeu Pôle Santé).

Lettre ouverte aux candidats à la présidentielle et élus

Un temps sonné par cette annonce, le conseil municipal de Font-Romeu a décidé d’adresser une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle, députés, sénateurs, président de Région et présidente du département. « En cette période où le pays tout entier débat, dialogue, réfléchit à son avenir et au chemin à suivre pour les années à venir. Dans tous les discours, au centre de toutes les inquiétudes apparait le domaine économique et en particulier l’emploi. Aujourd’hui, nous apprenons avec stupéfaction et colère l’ultime coup porté à notre économie de montagne : la SAS Font-Romeu Pôle Santé s’apprêterait à être démantelée et ses lits médicalisés arrachés à la Cerdagne pour être redéployés. Cette structure fermerait purement et simplement ses portes et ses employés seraient reclassés dans un territoire couvrant la France entière voire l’Italie ou la Belgique !» s’insurge le maire Jean-Louis Demelin.

Les écoles et l’économie locale menacées

La pilule est bien dure à avaler d’autant qu’en retirant des écoles, collège, lycée les 80 enfants reçus dans les maisons médicalisés auxquels s’ajoutent les 44 enfants à charge des familles travaillant dans ces structures, ce sont à nouveau des fermetures de classes, des suppressions de postes (alors que la commune en a déjà subi 3 dans les 4 dernières années), effectifs en baisse en perspective. L’école-collège de la Forêt de Via fonctionnant uniquement avec ces enfants malades fermerait purement et simplement ses portes entrainant la mise au chômage d’une dizaine d’autres emplois.

Des rumeurs et des mensonges.

le personnel en assemblée.jpg

Le personnel de la SAS Font-Romeu Pôle santé s’est réuni, fort inquiet des possibles mesures de fermeture des deus maisons d’enfants réunies, Castel-Roc et les Petits Lutins.

Quant aux représentants du personnel de la SAS Font-Romeu Pôle santé, issue de la fusion entre les deux établissements, Castel-Roc et les Petits Lutins, ils n’en sont toujours pas revenus de ces mensonges à répétition. « La fusion des deux maisons est effective depuis le 1e janvier 2011, et s’est faite, selon nos directions, afin de pérenniser la structure, les emplois et faire face à diverses décisions d’instances sanitaires ». Or des rumeurs d’achat de la SAS Font-Romeu Pôle santé par un grand groupe (société ORPEA en l’occurrence) se sont faites de plus en plus pressantes et le 24 avril, le personnel du pôle santé que l’établissement avait été supprimé du Plan Régional de Santé. « Si la société ORPEA achète 80 lits, ce n’est pas pour les laisser en Cerdagne, mais pour les délocaliser, laissant ainsi 70 salariés et familles sur le carreau » s’indigne le personnel.

Devant l’urgence de la situation et pour éviter une nouvelle saignée économique dans les Hauts Cantons, une réunion publique se tiendra sur ce sujet le jeudi 3 mai 15h à Font-Romeu (esplanade de l’office de tourisme).

09/10/2011

Cerdagne - Capcir - Grève suspendue à L'Indépendant

Ce dimanche 9 octobre, l'assemblée générale des salariés de l'Indépendant a voté

la suspension de la grève débutée le 7 octobre et la reprise du travail suite aux engagements d'Alain Plombat, de revoir le plan et d'ouvrir des négociations afin qu'il n'y est ni suppressions de services, ni licenciements secs à l'Indépendant.

Un préavis de grève a toutefois été déposé pour le vendredi 14 octobre, jour du conseil d'administration de l'Indépendant et surtout au lendemain de la rencontre entre nos délégués du personnel et Pierre Jeantet, président de l'Indépendant et du groupe Sud-Ouest.

Les salariés de l'Indépendant restent donc mobilisés en continuant toute la semaine des actions et attendent de voir les propositions qui leur seront faites.

Le groupe facebook «sauvons l'Indépendant» reste donc d'autant plus actif que toutes vos manifestations de soutien renforcent notre combat.

Grève à L'Indépendant,journal L'indépendant,Perpignan,Midi libre

12/05/2011

Cerdagne - Saillagouse - Le cordonnier Serge Caillous, retrouve son activité

Après quelques années d’interruption, Serge Caillous rouvre un atelier de cordonnerie. Un retour vers une activité qui est à la fois un métier difficile et un art, mais qui permet à nouveau d’avoir un service nécessaire et unique en Cerdagne et Capcir.

cerdagne,villages de cerdagne,cordonnier,cordonnerie,serge caillous,protection individuelle,artisanat,auto-entrepreneur

En 1996, Serge et Claudine Caillous s’installent comme cordonniers à Saillagouse. Cela faisait quarante ans que l’on n’avait eu un tel métier en Cerdagne. Malgré une clientèle toujours plus fidélisée, Serge arrête la cordonnerie en 1999 pour reprendre son activité première : agent commercial dans l’immobilier. A cette époque, la commercialisation de biens est en plein boom et cette période faste va durer 10 ans. Claudine, pendant ce temps, continue la cordonnerie mais pour finalement l’arrêter en 2005. Dorénavant, côté français, il faudra faire ressemeler ses chaussures à Prades !

Retour aux sources

Mais à partir de 2005, la France connaît un marasme économique conséquent. Serge doit quitter son activité d’agent commercial. Il se rapproche de la Chambre de Métiers de Saillagouse qui lui propose de faire un stage de 6 mois en tant qu’assistant dirigeant d’entreprise. En juin 2010, il en décroche le diplôme pour revenir… à la cordonnerie ! C’est en tant qu’auto-entrepreneur qu’il exerce à nouveau, dans le garage de sa maison. Serge a équipé son garage avec une machine principale : le banc de finissage pour le verrage des semelles et le lustrage des chaussures, une presse hydraulique à coussin qui sert à finir le collage et deux machines à coudre.

Evaluation et devis

 « J’ai deux machines Singer, dont une qui a bien 100 ans. Elles sont inusables et très fines pour le travail de couture car elles fonctionnent à pédale » nous dit Serge. C’est vrai que ce travail, à la fois un métier et un art, requiert une grande dextérité. L’activité reprend doucement grâce notamment au bouche à oreille. Mais l’arrivé des beaux jours et le ressemelage des chaussures de randonnée risque de faire chauffer la presse. « Les gens hésitent parfois à faire réparer, mais ça n’engage à rien de montrer l’article. Je fais un devis et je ne répare que ce qui est réparable » annonce Serge.  Et comme tout bon cordonnier, il répare ce qui peut être recousu : sangles, sacs, vestes et autres matériels.

cerdagne,villages de cerdagne,cordonnier,cordonnerie,serge caillous,protection individuelle,artisanat,auto-entrepreneurLa cordonnerie est à nouveau en Cerdagne. Une aubaine, car pour rien au monde, certains marcheurs ne se sépareraient de leur « groles », usées et encore usées sur les chemins de randonnée des montagnes catalanes. Et hop, une semelle neuve et ça repart !

Pour contacter Serge Caillous : 06 81 59 18 64 – mail : caillouserge@orange.fr

Pour les réparations de vos produits, vous pouvez les déposer à la zone artisanale de Saillagouse à La Protection Individuelle (06 22 69 01 82)

 La cordonnerie est un métier en voie de disparition. Après quelques années de fermeture, Serge Caillous redémarre l’activité en tant qu’auto-entrepreneur. Une aubaine pour la région.

29/04/2011

Cerdagne - Le Point d'Ecoute et d'Accueil Séniors : une « première » pour les seniors des Hauts cantons

L’association « Chemin faisant » qui propose aux habitants de Cerdagne et Capcir une aide et un accompagnement psychologiques va bientôt fêter ses 10 ans. Les psychologues de l’association ont suivi en 2010, 180 jeunes et quelques 130 familles dans le cadre des PAEJ (points d’accueil et d’écoute jeunes) de Bourg-Madame, Font-Romeu et Les Angles. L’adolescence est une étape parfois difficile a vivre pour le jeune et pour la famille, la communication passe mal et il est alors appréciable de pouvoir mettre des mots et de dédramatiser une situation, ce qui permet a chacun de retrouver sa place et de redonner du sens a la famille. L’efficacité des PAEJ (6 dans le département) n’est plus a prouver. Ces entretiens gratuits et confidentiels (financés par le Conseil Régional, l’Agence Régionale de santé, la CAF, le Conseil Général),  permettent aux jeunes d’accéder simplement a un mieux être qui facilitera la suite de leur chemin vers l’âge adulte.

Les séniors aussi

Depuis quelques jours les seniors eux aussi peuvent accéder a ces mêmes services et aux mêmes conditions sur les trois points d’accueil. Les gouvernements de tous les pays s’intéressent de plus en plus a cette tranche de population touchée quelquefois par des maladies qui entrainent souvent une perte d’autonomie et qui sont source de grands bouleversements pour la personne et pour son entourage. Il n’y a pas de solution miracle pour résoudre ensemble ou individuellement ce problème, chacun fait avec son histoire, ses moyens en s’appuyant sur ce qui existe a proximité.

Un travail d’accompagnement

La CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail Languedoc-Roussillon) a décidé de financer et d’accompagner ce projet totalement innovant proposé par « Chemin faisant » : entretiens individuels pour le malade ou pour l’entourage, groupe d’échanges, séquences informatives  ce sont les possibilités qui sont proposées aux seniors de Cerdagne et de Capcir. Mieux vaut prévenir que guérir, mieux vaut mettre des mots sur une situation ou un moment difficile a vivre plutôt que de s’enfermer dans une souffrance de plus en plus lourde à gérer.  Les seniors des Hauts cantons connaissent bien « Chemin faisant » puisque depuis de nombreuses années ils accueillent les psychologues de l’association dans différents villages pour des conférences et qu’ils participent très nombreux à la journée « Printemps des seniors » organisée chaque année en partenariat avec la Mutualité française. Le PAES (Point d’Accueil et d’Ecoute Seniors) est maintenant à leur disposition a Bourg-Madame, Font-Romeu et Les Angles.

Pour plus de renseignements ou pour prendre rendez vous. Tél 04 68 04 84 17 / 06 71 21 10 80

28/04/2011

Cerdagne - Réunion d’information sur les fermetures de classe

Le collectif "Sauvons nos classes" organise des réunions informatives (sur ses actions et motivations) durant deux semaines dans plusieurs villages de Cerdagne à fin de sensibiliser la population sur l'état de santé du service public en Cerdagne et Capcir. Seront abordées, entre autres, les conséquences qu'auront les suppressions de postes d'enseignants, qui seront entérinées le lundi 9 mai.
Les syndicats FCPE, CFDT, élus et aires selon leurs disponibilités participeront à certaines de ces réunions. Les habitants des villages et communes de l’ensemble du département sont invités à y participer (les informations concernant le collectif sont consultables sur le blog "sauvons nos classes").
Réunion de 18h à 19h aux dates suivantes, dans les écoles des villages concernés.

Jeudi 28 avril à Angoustrine, vendredi 29 avril à Enveitg, mercredi 4 mai à Saillagouse, jeudi 5 mai  à Mont-Louis et vendredi 6 mai à Font-Romeu.

12/04/2011

Cerdagne - Capcir - Haut-Conflent : Les Hauts-Cantons mobilisés pour leurs écoles

Une cellule de vigilance a été activée en Cerdagne,Capcir et Haut-Conflent suite à l’annonce de la suppression de trois classes. Gentil pour le moment, le mouvement risquerait bien se se durcir.

« On en a marre de se faire spolier ». C’est en substance le ressenti des personnes qui s’étaient rassemblées vendredi à Mont-Louis pour commenter la fermeture de trois classes dans les Hauts-Cantons. Si l’école d’Osséja sauve sa tête, ce n’est pas le cas de Mont-Louis, Font-Romeu et Porté-Puymorens. Pire, la petite école de Porté-Puymorens disparaît. Une de plus et la désertification des zones rurales qui avance. Le plateau montagnard paye le prix fort de la volonté délibérée de « déménager les territoires les plus fragiles dont le nôtre » dira un des nombreux élus présents. « On a joué le principe de solidarité intra-académie et cela a joué en notre défaveur à l’inverse du Gard et de l’Hérault » a expliqué l’inspecteur d’académie Dominique Beck dans une interview accordée à l’Indépendant (Edition du samedi 13 avril). Une explication inconcevable pour les enseignants, parents d’élèves et élus qui se sont donc mobilisés. Le président de la FCPE, Gérard Doz est d’ailleurs venu de Perpignan apporter son expérience lors de la réunion post-suppression de classes.

Occupation tournante

Jusqu’au fameux Conseil Départemental de l’Education Nationale (CDEN), les Hauts Cantons ont décidé de faire entendre leur voix. Après, les suppressions de classes seront actées. Ainsi, dès hier, par solidarité, l’école d’Angoustrine Villeneuve-les-Escaldes était occupée par les parents d’élèves, élus et habitants du village. Font-Romeu maintient également l’occupation de l’école et une vingtaine de parents se sont relayés toute la journée pour manifester leur désaccord. Un pique-nique a rassemblé de très nombreux participants. Jeudi, ce sera à Mont-Louis que l’école sera occupée et vendredi à nouveau à Font-Romeu. Les parents de l’ensemble du territoire se sont organisés pour mettre en place une occupation tournante. Enfin, lors de la réunion de vendredi dernier, une manifestation d’envergure est prévue à Bour-Madame ce samedi à 11h. Il est prévu de faire classe devant la maison du député F. Calvet « qui a voté la subvention éducation nationale au rabais pour notre département » nous explique-t-on. Et les élus de dire « Tout le service public a été mis en pièce. Il faut montrer notre volonté de ne pas nous laisser faire. Pour l’instant, on est gentils, peut-être que ça va changer ». Les enseignants sont aussi à cran, l’épée de Damoclès étant chaque année au dessus de leur tête « Il faut comprendre et admettre que l’on a un statut, une problématique particulière en montagne. Si l’Etat gère notre territoire comme il gère une ville, on finira en réserve et on nous lancera des cacahuètes ». La tension est donc montée d’un cran sur tout le territoire montagnard.

Angoustrine occupée.jpg

Hier matin, enfants, parents, enseignants, élus et habitants de la commune d'Angoustrine étaient dans la cour de l’école pour manifester leur solidarité pour les communes qui perdent une classe cette année. La mobilisation reste vive et s’accentue en montagne.

Programme à venir :

Jeudi : occupation de l'école de Mont-Louis avec pique-nique à l'école (amener son casse-croûte)

Vendredi : occupation de l'école de Font-Romeu avec pique-nique (amener son casse-croûte)

Samedi : ralliement à 10h parking salle des fêtes de Saillagouse pour une "opération escargot" jusqu'au parking de Carrefour à Bourg-Madame à 10h30). Devant la maison du député Calvet à Bourg-Madame, il s'agira de recréer une classe (prendre donc au moins une chaise par enfant), avec chorale, cours de math, etc. Dans le même temps circuleront les pétitions et lettres destinées à demander des comptes au député pour les choix budgétaires qu'il a entérinés.