23/04/2011

Cerdagne - Natacha Salles, chargée de mission au Contrat de Rivière du Sègre

Originaire de la Vallée de Luchon, Natacha Salles occupe un poste de chargée de mission durant un an à la Communauté de Communes Pyrénées Cerdagne dans le cadre du Contrat de Rivière du Sègre. Nous l’avons questionnée sur sa mission.

Quel est votre formation universitaire ?

Je suis diplômée de Sup Agro de Montpellier. Je suis ingénieur en agronomie, spécialisée en gestion de l’eau. J’ai fait plusieurs stages où j’ai élaboré un projet sur l’ASA de Gignac concernant la problématique de l’eau. J’ai suivi un autre stage au Mexique et enfin en Normandie à la Chambre d’agriculture.

Depuis combien de temps êtes-vous en Cerdagne et quelle est votre mission ?

Je suis au Contrat de Rivière du Sègre depuis fin février et pour un an. Je suis chargée de mission « gestion quantitative ». La gestion de l’eau est une grosse problématique sur le territoire.

Quels sont justement ces problèmes liés à l’eau ?

Il y a en fait des périodes de sécheresse sévères en Cerdagne. Le SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau) qui agit au niveau du bassin Rhône Méditerranée pointe la Cerdagne comme un territoire prioritaire pour mener des actions sur le déficit quantitatif. L’objectif donné par la Directive Cadre sur l’eau est de rapidement mettre en place ces actions.

Quels sont les leviers d’action pour mieux gérer cette ressource ?

Il faut essayer d’améliorer la gestion, qu’il y ait une meilleure concertation entre tous les acteurs pour préserver l’eau et avoir des prélèvements optimisés. La première chose est de faire absolument des travaux sur les canaux. Beaucoup sont vieux et les fuites sont importantes. Mon rôle est donc de faire des demandes de subvention pour engager des réparations. J’apporte donc un appui technique et administratif à ceux qui gèrent les canaux (les ASA, particuliers, mairie) et organise une concertation avec les acteurs.

Il faut également coordonner les prélèvements…

Oui et d’ailleurs je vais faire un plan de gestion des différentes rivières de Cerdagne pour avoir une meilleure cohérence entre tous, par exemple en mettant en place des tours de prélèvement d’eau entre les différents périmètres irrigués.

Avez-vous commencé votre action sur le terrain ?

Oui, j’ai commencé par le Bassin de l’Angoustrine. Egalement, en ce moment, un travail porté par l’Agence de l’Eau étudie les volumes prélevables. Cette étude déterminera équitablement le volume en eau attribué aux différents usages.

Cette étude va concrètement déboucher sur quoi ?

Quand cette étude des volumes prélevables sera sortie, on devrait aboutir à un plan de gestion concerté de la ressource à l’échelle de la Cerdagne, tout en incluant la dimension transfrontalière du territoire.

Natacha Salles.jpg

Dans un pays aussi vert, le déficit en eau est étonnant..

Pourtant, c’est le cas malgré la neige et la pluie printanière. L’eau est une denrée très précieuse ici. Peu de gens en ont conscience et pourtant il faut vraiment la gérer au mieux car un jour, elle fera peut-être défaut.

Propos recueillis par Frédérique Berlic

Natacha Salles sera pendant un an en Cerdagne pour mener des actions sur la gestion quantitative de l’eau. Soumise à des périodes de sècheresse sévères, la Cerdagne est un territoire prioritaire dans les actions d’amélioration de la gestion de l’eau.

11/02/2011

Cerdagne - Porté-Puymorens - Les chiens d’avalanche en exercice

des chiens prêts pour l'exercice.jpgSur le site de la Mine à Porté-Puymorens, onze équipes cynophiles spécialisées étaient à pied d’œuvre pour un exercice préfectoral de recherche de victimes en avalanche. Un travail compliqué par la chaleur et l’absence de vent.

Chaque hiver, les équipes cynophiles spécialisées sont tenues de faire cinq exercices préfectoraux de recherche de victimes en avalanche. Les deux premiers rendez-vous ont été annulés par manque de neige et hier, à Porté-Puymorens, c’était le premier vrai exercice. Sur le champ de neige du secteur de La Mine, dans de la neige naturelle, le personnel de la station avait préparé le lieu d’exercice avec minutie et à 10h, on attendait plus que les aboiements des chiens.

Arrivée en télésiègechien en télésiège2.jpg

A la Vignole, les équipes montent en télésiège, les chiens habitués dès leur plus jeune âge à tout type d’acheminement potentiel sur une zone d’avalanche, ne sont pas plus inquiets que ça. Le plus pressant pour eux : arriver sur le lieu de recherche et en découdre avec ces monticules de neige. L’objectif de la journée est la recherche de quatre personnes ensevelies, mettant en action, deux équipes cynophiles par passage. On leur demande de savoir prospecter une zone d’avalanche et surtout, localiser les victimes. Dès les effluves d’un corps repérées, le chien gratte frénétiquement la neige et avec force aboiements, signale sa découverte. Les maîtres chiens viennent alors pelleter l’endroit et extraire la victime, avec l’aide du chien associé à l’action.

chien en télésiège.jpgCinq équipes départementales

L’ensemble des équipes départementales qui font partie du plan de secours en montagne étaient présentes. On compte une équipe au PGHM d’Osséja, deux équipes CRS secours en montagne, deux équipes civiles à Porté-Puymorens et une équipe indépendante. Pour cet exercice préfectoral, sont communément associées deux équipes ariégeoises, trois équipes de pompiers andorranes, une équipe du Pas de la Casa et de la Guardia civil du peloton de montagne de Puigcerda (absent cette fois-ci). C’est Guy Gatounes, CRS secours en montagne, moniteur maître de chiens d’avalanche qui supervise le déroulement des opérations et la tenue des équipages. A l’issue des recyclagele chien trouve la victime et l'extrait.jpgs hivernaux, il transmettra au préfet, les équipes opérationnelles pour l’année suivante.

Un nouveau chien âgé de sept mois a fait son apparition dans le monde fermé des chiens d’avalanches et ses débuts en préformation à Porté-Puymorens ont été très prometteurs. Un investissement de ce type est indispensable pour les massifs montagneux pyrénéens, l’aide financière pour les équipes indépendantes n’en est que plus justifiée.


 

 

le chien a détecté une victime.jpg

 

Les chiens d’avalanche sont précieux pour la recherche de victimes. Aussi, pour maintenir leur niveau de performance, cinq exercices préfectoraux sont organisés en situation. C’est à Porté que se déroulait  la 3e session.

les équipes.jpg

29/01/2011

Cerdagne - Les risques d’inondations : la technicienne au Contrat de Rivière du Sègre intervient au collège

inondation juillet 2010 Estavar.jpgMagali Marimon, technicienne au Contrat de Rivière du Sègre est intervenue dans les classes de 5e du collège Cerdanya pour parler de la question des risques d’inondations en Cerdagne. Elle s’est notamment appuyée sur les inondations du 11 juillet 2010 qui a touché plusieurs communes cerdanes.

On pourrait penser que la région peut davantage être inondation en novembre 1982 - 2.jpgsoumise aux tempêtes de neige qu’aux inondations. Les évènements du 11 juillet 2010 ont rappelé qu’en certaines conditions météorologiques, la Cerdagne pouvait être l’objet d’inondations aussi soudaines que destructrices. Magali Marimon, technicienne au Contrat de Rivière en Cerdagne est intervenue au collège Cerdanya de Bourg-Madame en cours de Sciences de la Vie et de la Terres du professeur Sylvie Bazile, pour sensibiliser les élèves sur les inondations et leur prévention. En amont, les 5èmes étaient allés sur le terrain avec la géologue Isabelle Corbières pour observer les phénomènes d’érosion aux abords des rivières, torrents et des vallées glaciaires.

Analyse du phénomène

Magali marimon2.jpgS’appuyant sur des cas concrets, Magali Marimon a décortiqué le phénomène d’inondation sur le plateau cerdan. Des clichés pris lors des inondations de l’été 2010 montraient des dégâts occasionnés lors de la brusque montée des rivières à Estavar mais aussi à Font-Romeu, Targasonne et Bolquère. L’état de catastrophe naturelle a d’ailleurs été décrété pour certaines communes. Mais les archives montrent que ce cas n’était pas isolé, témoin la très grosse inondation de novembre 1982 dans la vallée du Carol. Torrent en furie, bétail noyé, glissement de terrain, pylônes de remontées mécaniques emportés, cette inondation a longtemps marqué les mémoires. C’est justement pour mobiliser les enfants et les éveiller aux risques majeurs que cette sensibilisation a été effectuée.

Quels risques en Cerdagne ?

Il est important de développer chez les jeunes, la notion de culture de la sécurité. La population cerdane est soumise aux risques d’inondation par débordement des rivières, torrents mais également aux ruptures de barrages. Une des classes de 5e participera à un concours organisé par l’Inspection Académique sur ce phénomène naturel. Le travail de collecte de données et d’analyse sera présenté en fin d’année à Perpignan.

Magali marimon.jpg

Magali Marimon est intervenue dans les quatre classes de 5e pour expliquer les phénomènes d’inondation en Cerdagne, en s’appuyant notamment sur les évènements de novembre 1982 et de juillet 2010.