13/09/2011

Cerdagne - Porta – Latour de Carol - Le feu maîtrisé mais pas encore éteint

Le feu qui a détruit 150 ha de forêt sur les communes de Porta et Latour de Carol « était maîtrisé dès dimanche matin. Mais les nombreuses reprises de foyers ont nécessité la présence de 300 pompiers.

cerdagne,latour de carol,porta,incendie,feu de forêt,sdis,pompiers,centre de secours et d'incendie,alat,sécurité civile

Le feu qui a ravagé la forêt de conifères et feuillus entre Porta et Latour de Carol a peu évolué dans la nuit de samedi à dimanche. Frédéric Lhomme, chef des opérations dès samedi soir indique « Le feu n’est pas préoccupant car nombre de lisières sur les parties avant du feu ont pu être traitées. Trois hectares supplémentaires ont brûlé mais nous restons très vigilants car qui dit feux de montagne dit feux qui couvent ». Ce sont donc 300 pompiers qui combattaient les flammes ou étaient en renfort hier. La moitié de l’effectif provenait du département, une centaine d’hommes venaient de la Sécurité Civile de Brignoles, un colonne de 60 pompiers de l’Hérault et une vingtaine d’Ariège.cerdagne,latour de carol,porta,incendie,feu de forêt,sdis,pompiers,centre de secours et d'incendie,alat,sécurité civile

Encore des moyens aéroportés

Dès samedi après-midi, les Catalans quittaient la Cerdagne, appelés sur un feu en Espagne à Manresa. Dès lors, dimanche, le seul appui aérien provenait du Détachement d’Intervention Héliporté de la sécurité civile. Le commando du feu était emmené sur les reprises par les Pumas de l’EEALAT du Cannet des Maures, aidés efficacement par l’ALAT du Centre de Vol en Montagne de Sainte-Léocadie (en photo à droite : le capitaine Eric Lacambre, commandant la base de Sainte-Léocadie). A noter que le buldozer de la Sécurité civile a ouvert une piste de 500m pour permettre l’établissement de grandes longueurs et faire la jonction avec le DIH.

Cette zone de montagne étant peu accessible, les pompiers étaient sur les lieux de l’incendie toute la nuit et pour plusieurs jours encore.

 

cerdagne,latour de carol,porta,incendie,feu de forêt,sdis,pompiers,centre de secours et d'incendie,alat,sécurité civile

De nombreuses reprises de feu étaient visibles toute la journée de dimanche (photo 1). Les pompiers ont œuvré toute la nuit et dès le matin 6h pour éteindre les foyers persistants. Ici deux femmes du centre de secours de Saillagouse, à droite Jessica et à gauche Laura pour qui le feu de Porta était la 1ere intervention. Un joli baptème du feu !

11/09/2011

Cerdagne - Plus de 300 pompiers français et espagnols ont lutté contre un important incendie de forêt

Environs 150 ha sont partis en fumée sur les communes de Latour de Carol et Porta. Des moyens aériens d’envergure ont été engagés dès le départ du sinistre a priori d’origine accidentelle.

cerdagne,latour de carol,porta,sdis,codis,canadairs,dash,pompiers,centre de secours,sécurité civile,centre de vol en mpontagne,alat,eealat

Le spectacle de l'incendie. le feu a ravagé 150 hectares à l'endroit  même où un incendie s'était déclaré il y a 25 ans, en septembre 1986. 400 hectares avaient brûlé.

De très importants moyens terrestres et aériens ont été engagés sur le feu de forêt le plus important du département cette année.  C’est vers 16h, vendredi, que l’alerte était donnée par un habitant de Quès, hameau de Latour de Carol. Très vite les pompiers de Cerdagne et Capcir étaient sur site ainsi que les hélicoptères bombardiers d’eau catalans (HBE) venus de Gérone et Barcelone. La conjonction des trois paramètres, température élevée, végétation très sèche et dénivelé important a été  la cause d’une propagation extrêmement rapide du feu.

Contenu la nuit

A 20h, l’intervention des canadairs venus de Marignane, des trackers, d’un DASH et des avions bombardiers d’eau était interrompue par la nuit. Il n’y avait que les hommes au sol pour combattre le feu qui s’est propagé sur deux grands fronts après que le vent ait subitement tourné. Une équipe spécialisée en contre-feu du SDIS était alors hélitreuillée par le Dragon 66 de la Sécurité Civile. Alexandre Trani chef de colonne jusqu’à samedi matin espérait que le feu se calme durant la nuit « Nous avons allumé des feux tactiques et demain matin nous attendons une attaque aérienne massive ». Effectivement, le samedi matin grâce au travail remarquable des pompiers, le feu était contenu. Cependant, on devait déplorer six blessés heureusement sans gravité parmi les combattants du feu.

320 pompiers mobilisés

Le samedi dès 7h, les HBE catalans pompaient sans relâche l’eau de la carrière de Quès pour lâcher à chaque largage, de 700 à 1000 litres d’eau. Des centaines de rotations incroyables effectuées par des catalans qui n’avaient pas l’intention de laisser repartir les dizaines de foyers encore fumants. Quatre canadairs de Marignane et deux trackers intervenaient à leur tour. Mais le vent se levait vers 11h, laissant craindre une reprise des braises. Finalement, ce sont 320 pompiers dont 80 espagnols qui étaient sur site pour arrêter coûte que coûte cet incendie qui avait atteint la crête espagnole.

Le DIH opérationnel

En fin de matinée, le Détachement d’Intervention Héliporté (DIH) entrait en opération « Deux hélicoptères Puma et une Gazelle de l’Ecole d’Application de l’Armée de terre de Cannet des Maures dans le Var ont héliporté en tête de feu, une unité complète de Brignolles. 30 militaires ultra spécialisés ont pour mission d’allumer des feux tactiques pour protéger la ligne de crête. Ils étaient il y a peu à Fukushima » précisent le commandant Graffeille du DIH et Emmanuel Moulard, directeur du cabinet du préfet. Rajoutons que dès 16h vendredi, l’ALAT de Sainte-Léocadie, prévenue par la Direction militaire départementale a prit une part active lors des secours en accueillant et ravitaillant à la base les hélicoptères espagnols, les hélicoptères de Cannet des Maures et le Dragon 66.

Il y a 25 ans presque jour pour jour

Les habitants de la vallée du Carol avaient l’impression de revivre le même drame qu’il y a 25 ans. Il faut dire qu’en septembre 1986, un incendie provoqué par la foudre avait détruit plus de 400 ha au même endroit. « Ce qui part en fumée, c’est les plantations que nous effectuées depuis 1989. L’ONF a fait quatre tranches de travaux avec la plantation de 12 000 plants, alizée blanc, pins à crochets, mélèzes, bouleau. C’est une catastrophe» nous dit Jacques Volle, agent patrimonial de la forêt de Latour de Carol.

Heureusement, cette fois-ci, les moyens aériens ont été déployés en nombre et rapidement, ce qui n’avait pas été le cas en 1986.

Encadré

Un combat franco-catalan

Les pompiers Catalans et Français ont uni leurs efforts pour combattre ce feu spectaculaire. Près de 80 pompiers catalans sont venus prêter main forte à leurs homologues.  Concernant les aéronefs, on a pu compter 3 hélicoptères bombardiers d’eau venus de Barcelone et Gérone, 25 véhicules venant de Cerdagne espagnole, de Barcelone et Tarragone. « Pour contourner l’obstacle de la langue, un coordinateur bilingue a été envoyé par l’Espagne. Il est demeuré dans un hélicoptère de commandement tout au long des opérations. A terre, dans chaque secteur où l’on trouvait conjointement les deux nationalités, un chef bilingue était désigné » dit Carlos de Pablos, commandant les opérations espagnoles.

 6 - le fau depuis le PC.jpg

Des moyens importants ont été déployés dès vendredi après-midi. Les trackers ont largué du retardant (photo 1) et les canadairs ont effectué de nombreuses rotations (photo 2) tout comme les hélicoptères bombardiers d’eau espagnols (photo3). Toute la nuit, la forêt a continué à s’embraser (photo 4 et 5) mais 320 hommes étaient sur site le samedi matin pour stopper ce sinistre dont la cause demeure encore inconnue. Les gendarmes de la communauté de brigades de Bourg-Madame et Saillagouse étaient sur place pour recueillir des indices.

photos : F. Berlic

1 - tracker.jpg

 Les trackers ont largué du retardant

2 - canadair.jpg

Quatre canadairs de Marignane ont largué à chaque passage 6000 litres d'eau chacun. Ils ont rechargé au Lac de Matemale et ont été opérationnels vendredi et samedi.

11 - feu.jpg

Le feu s'est déclaré vendredi 9 septembre vers 15h45. Il a ravagé en deux jours, 150 hectares.

10 - canadair 1.jpg

Intervention de canadairs.

9 - hélico 2.jpg

Les hélicoptères bombardiers d'eau (H.B.E.) venus de Gérone et Barcelone ont accompli un travail remarquable et ont permis au feu de ne pas prendre plus d'ampleur au tout début du sinistre.

4 - le feu au-dessus de Quès.jpg

L'embrasement des pins. L'incendie au-dessus du hameau de Quès vendredi soir.

3 - hélico espagnols.jpg

Les H.B.E. espagnols venaient faire le plein d'eau à la carrière de Quès. Un ballet incessant pour sauver la forêt cerdane.

8 - pompiers devant le feu.jpg

Le P.C samedi matin.

10/02/2011

Cerdagne - Ceux qui font bouger la Cerdagne

 Culture, sport, associations, ils font bouger la Cerdagne. Ces hommes et ces femmes s'investissent pour une Cerdagne qu'ils apprécient. En voici vingt parmi tant d'autres qui oeuvrent au quotidien dans des domaines divers comme le sport, le milieu associatif, l'économie ou la culture. Vous les connaissez certainement.

Pierre Campmajo et Denis Crabol, archéologues et défenseurs du patrimoine cerdan

1 Pierre Campmajo et Denis Crabol.jpg

Pierre a démarré ses 1eres fouilles en 1968. Denis a commencé l’archéologie avec lui en 1979 et devient président du Groupe de Recherches Archéologiques de Cerdagne qui vient de fêter ses 30 ans. Avec Christine Rendu, chercheur au CNRS et spécialiste du pastoralisme de haute montagne, le trio cerdan a mis en valeur les A.T.P. en créant le musée de Cerdagne, organisé de nombreuses expositions, classes patrimoine, conférences… L’oppidum protohistorique de Llo, est devenu la référence pour l’Age du Bronze/Age du Fer pour tous les sites archéologiques de montagne.

Jean-François Banet, président de l’Union sportive d’Estavar2 Jean-François Banet.jpg

Connu comme le loup blanc, président de l’Union Sportive d’Estavar depuis 26 ans, il a fait connaître taekwondo ou encore judo à de nombreux jeunes. Organisateur hors pair (il a l'organisation de  deux championnat de France UFOLEP de pétanque), il a été décoré de la médaille d’or du bénévolat et de la médaille d’or de la Jeunesse et des Sports. Sa plus grosse satisfaction : avoir fait découvrir sur la course d’Estavar, le catalan de Puigcerda José Hermida, champion du Monde VTT en 2010.

 

3 Gérard Haverland.jpgGérard Haverland, musicien et sportif

Il est tout simplement à l’origine du biathlon dans le département. « Les frères Fourcade, je les ai connu hauts comme trois pommes ! ». Président du ski de fond et du biathlon au comité régional des Pyrénées de 1984 à 2002, Gérard a été douanier 30 ans en Cerdagne. Mais son dada, c’est la musique. Excellent clarinettiste, il vient de se voir décerner la médaille d’or par la Fédération Musicale de France, pour 50 années d’implication dans de nombreuses actions musicales. 

 

 

4 Jacques Obradors.jpgJacques Obradors, marcheur

Arrivé à la Retirada en 1939, il a été agriculteur, a travaillé à la Mine de Porté-Puymorens ou encore comme chauffeur à Osséja. Il a mis en valeur la montagne qui l’a vu arriver en Cerdagne en créant La Marche des Contrebandiers qui a fêté ses 20 ans en 2010. Chaque année, des randonneurs partent alternativement d’Osséja ou de Castellar de N’Hug en Catalogne et parcourent 25 kms. Jacques s’est vu décerner plusieurs distinctions par les Catalans pour son travail sur cette randonnée mythique.

 

5 yves Deljarry.jpgYves Deljarry, pompier volontaire

Caporal chef à la caserne de Latour de Carol, ce chef cuisinier a consacré plus de 30 ans de sa vie aux pompiers. Chef de centre de 2000 à 2003, il dit avoir beaucoup de plaisir à faire partie de cette grande famille. Les évènements qui l’ont le plus marqué : l’immense feu qui a ravagé la montagne carolane en 1986 et l’accident de bus du tourniquet à Ur. Il a reçu la médaille d’or des 30 ans de service le 14 juillet 2010. A travers lui, ce sont tous les sapeurs pompiers volontaires qui sont à l’honneur.

 

 Madeleine Rigail, responsable des Restos du Cœur6 Madeleine Rigail.jpg

En 2003, elle devient responsable du Centre des Restos du Cœur d’Osséja, ouvert il y a 12 ans. Deux points d’accueil supplémentaires ont ouvert leurs portes : à Matemale et récemment à Font-Romeu. Ce sont 60 familles en difficulté qui sont aidées à chaque campagne et une équipe de 20 bénévoles leur réserve un accueil des plus chaleureux, distribuant chaque vendredi de l’alimentation mais aussi divers produits de première nécessité. Un relais indispensable en Cerdagne et Capcir.

  

7 Mado Gaurenne.jpgMado Gaurenne, présidente de Relais-Activités

Habitante de Saint-Pierre-dels-Forcats, elle est depuis 1999, présidente de Relais Activités, association d’insertion par le travail qui vient de fêter ses 20 ans. Relais Activités a donné naissance à deux structures supplémentaires : Proxi’s et ARES. Grâce à un intense travail d’équipe, ces trois structures proposent 50% de l’offre d’insertion en Cerdagne et Capcir. Mado a reçu en juin 2010, la médaille d’argent du bénévolat associatif pour 20 années de service.

 

 Mercédès Marty, responsable Croix-Rouge et Don du Sang8 Mercédes Marty.jpg

En 1975, elle devient responsable de l’antenne de la Croix-rouge pour la Cerdagne, le Capcir et le Conflent. Un gros travail pour Mercé qui avec toute son équipe de bénévoles, trie le linge apporté à l’antenne, s’occupe du courrier des SDF et confectionne des colis alimentaires en hausse de 38% en 2010. Elle est également secrétaire du bureau de l’association catalane des donneurs de sang bénévoles de la section Cerdagne-Capcir.

 

9 Daniel Hernandez 2.jpgDaniel Hernandez, chercheur et écrivain

Originaire d’Ouveillan dans l’Aude, il arrive en Cerdagne en 1971. Ingénieur de recherche au CNRS au Four Solaire d’Odeillo, son brillant travail sur les méthodes de mesure de températures en environnement sévère pour le solaire et réacteur nucléaire a été récompensé d’un Cristal. Mais ce sont ses polars à succès qui ont pour toile de fond la région qui lui vaudront d’être accepté par les Cerdans. Croix de Sang au Grand Hôtel, Les vendangeurs du Caudillo, la Bastos du Barca et Le loup des Cathares ont tous été réédités.

 

Rose de Montella

10 Rose de Montella.jpgUne femme parmi les hommes, engagée dans le monde agricole depuis 40 ans. Femme de cœur, concernée par la santé et le bien être des populations de Cerdagne et Capcir, Rose est présidente depuis 10 ans de l’association Joseph Sauvy, qui rayonne sur l’ensemble du département avec 28 structures et plus de 1000 salariés. En Cerdagne, l’association a piloté le pôle gériatrique de Cerdagne. La maison de santé médicale Joseph Sauvy et le centre de rééducation des Escaldes se regroupent pour constituer sous peu, le pôle santé de Err 

 

11 claude martinez.jpgClaude Martinez, excursionniste

Ancien prof. de sport au collège Cerdanya, il lance en 1980 le Groupe excursionniste de Cerdagne, favorisant l’accès à la montagne aux enfants de 11 à 17 ans, issus du secteur scolaire local. Entouré d’une solide équipe de bénévoles, il a emmené les enfants à la découverte des Hautes-Pyrénées, Laponie, Maroc, Népal, Canada et Chine. Les jeunes accompagnent des personnes handicapées en montagne via la Fundacio Adis de Puigcerda. Le groupe part en 2011 découvrir la Sierra Nevada et fêtera sa 500e randonnée.

 

 

Germain Malé, chef de choeur12 Germain Malé.jpg

Chercheur au CNRS à la retraite, cofondateur voici 40 ans et, depuis, chef de choeur bénévole de la chorale mixte de Saillagouse Les Camillères d’expression exclusivement catalane. Sous sa direction, cet ensemble a représenté la Cerdagne en de nombreux lieux des terres catalanes et en diverses régions de France jusqu’en Sardaigne et Iles Canaries. Il a participé à des émissions de télévision et gravé plusieurs disques. Son action en faveur de la culture catalane lui a valu, voici quelques années, le titre de Cerdà de l’Any.

 

13 Sylvie Candau.jpgSylvie Candau, chargée de patrimoine

Archéologue de formation, cette parisienne tombe amoureuse du département il y a maintenant plus de 30 ans. Après avoir occupé, entre autres choses, le poste de conservateur bénévole du cloître d’Elne, elle se pose à l’O.T.de Mont-Louis où elle travaille avec Magali Deixonne. J.-M Larmet, alors maire lui confie la mise en valeur du patrimoine de la cité. En juillet 2008, grâce à l’inventaire archéologique de la citadelle, les Fortifications Vauban sont inscrites à l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité.

 

Les Toques Blanches de Cerdagne, chefs cuisiniers

14 Les 3 Toques blanches du roussillon en Cerdagne.jpgMettre en valeur les produits de Cerdagne et Capcir : voilà leur crédo. Nos trois chefs cerdans, ont, tour à tour, intégré les Toques Blanches du Roussillon. Ils dynamisent l’art culinaire tout en maintenant, promouvant et diffusant la cuisine et le savoir faire culinaire du département. François Will, chef de la Chaumière à Font-Romeu, Christine Isidro, chef au Luvintia à Bourg-Madame et Jean-Luc Planes, chef à la Vieille Maison Cerdane à Saillagouse proposent une cuisine riche de contrastes et de saveurs originales.

 

15 Jordi Pere Cerda.jpgJordi-Pere Cerda, romancier, poète et dramaturge

Né à Saillagouse sous le nom d’Antoine Cayrol, c’est un fervent défenseur de la catalanité. Engagé dès son plus jeune âge, résistant durant l’Occupation, il a joué un rôle de tout premier plan dans le développement de la culture et de la langue catalanes. Dès 1950, il publie des romans, poésies et pièces de théâtre. Cet engagement lui vaudra le prix littéraire barcelonais Escriptor de l’Any, la Croix de Sant Jordi, le Prix d’honneur des Lettres Catalanes. La première chanson en catalan composée par Jordi Barre est un texte de Jordi Pere Cerda.

 

16 Elfie Arnaud.jpg Elfie Arnaud, championne de pentathlon moderne

En août 2010, Elfie était au CNEA de Font-Romeu en entraînement avec l’équipe de France de pentathlon moderne. Quelques semaines plus tard, elle devenait, avec ses coéquipières, championne du monde par équipe à Chengdu en Chine. Pour ses performances sportives, cette jeune bolquérienne licenciée à Paris était reçue en janvier, au palais de l’Elysée par Nicolas Sarkozy qui y souhaitait ses meilleurs vœux au monde du sport. A 22 ans, Elfie, actuellement à l’INSEP, a encore de belles années sportives de haut niveau devant elle.

 

17 Christiane Raess.jpgChristiane Raess, Madame anti-séneçon

Elle est en guerre contre le Séneçon du Cap, plante invasive jaune qui peut, par sa prolifération, créer des problèmes socio-économiques dommageables en quelques décennies. Christiane, avec le concours de la Réserve Naturelle d’Eyne, l’aide de la mairie et des habitants, a engagé des actions d’arrachage pour endiguer la progression du séneçon. Au pays de la Vallée des fleurs, cette initiative a pour but de préserver la richesse du patrimoine agricole et du patrimoine naturel. 

 

 

DJ Whyt, maître de la nuit

Le roi de l’electro-house a conquis les boîtes de nuit cerdanes et capcinoises. A tout juste 20 ans, DJ Whyt18 DJ Whyt.jpg fait chauffer les dance floor. Résident au Pub Saint-Paul à Font-Romeu. Il habite La Cabanasse depuis toujours. Elève quelque temps à l’école de DJ Academix de Perpignan, il a vite fait montre d’une grande maîtrise technique et d’un bon sens du rythme. Remarqué lors de prestations nocturnes, on demande notre Cerdan au-delà du département et c’est désormais à Toulouse ou Montauban qu’il mixe avec talent.

facebook : djwythbysaintpaul

 

19 Jean-Louis Blanchon.jpgJean-Louis Blanchon, historien

Monsieur Histoire de Cerdagne, c’est lui ! Erudit reconnu, historien, il sait tenir une assemblée en haleine des heures durant. Spécialiste des cinq derniers siècles d’histoire cerdane, il a écrit une soixantaine d’articles et ouvrages dès 1964. Il a consacré de nombreux articles à la guerre civile espagnole et à la Cerdagne pays-frontière, aux églises romanes et gothiques de la région. On peut le retrouver ce mois-ci dans le magazine Terres Catalanes dans un article consacré aux peintures murales romanes.

03/02/2011

Cerdagne- Latour de Carol - Pascal Imbern, nouveau chef du Centre des sapeurs pompiers

Pascal Imbern2.jpgAprès avoir traversé des périodes difficiles, le centre des sapeurs pompiers de Latour de Carol repart de l’avant. En présence du colonel Salles-Mazou, directeur du SDIS, Pascal Imbern vient d’être officiellement désigné comme le nouveau chef du Centre d’incendie et de Secours carolan.

La salle polyvalente de Latour de Carol était bien remplie pour accueillir, lors d’une cérémonie officielle, le nouveau chef du Centre d’Incendie et de Secours de la commune. Ces dernières années, le centre avait été un peu malmené, une possibilité de fermeture planant au-dessus de sa tête. C’était sans compter sur les sapeurs pompiers volontaires qui ont tout fait pour que reste ancré à cette vallée, une caserne à l’implantation aussi stratégique qu’indispensable. Au plus fort de la tempête, le colonel Salles-Mazou, directeur du SDIS et le commandant Moline, chef du Groupement Territorial Ouest ont été à l’écoute des pompiers carolans. Et ce n’était donc pas un hasard si tous les deux étaient là pour la prise de commandement de Pascal Imbern à la place de Stéphane Barragué.

Une cérémonie simple et sobre

La solidarité cerdane n’est pas un vain mot et c’est avec émotion que Pascal Imbern a pu compter, lors de le colonel Salles-Mazou passe les effectifs en revue.jpgcette prise de commandement, sur la présence de nombreux pompiers venus des centres de Bourg-Madame, Saillagouse et Font-Romeu. Les maires de Latour de Carol Marcel Peytavi, Enveitg, Pierre Jordy, de Ur, Christian Ginestet, de Porté-Puymorens, Jean Sarda et la conseillère régionale Suzanne Delieu étaient présents tout comme le conseiller général Georges Armengol. Le colonel Salles-Mazou a pris la parole, se disant ravi de participer à cette cérémonie « C’est important une prise de commandement. Ça marque dans la vie d’un homme. Etre chef de centre, c’est encore plus de responsabilités, c’est intense et ça demande beaucoup d’engagement, de persévérance et de sacrifices, il convient de rendre hommage à ces hommes qui véhiculent des valeurs humaines et citoyennes et sans qui rien ne se ferait ». Il a notamment présenté Pascal Imbern, rentré au centre en 1994, passé caporal en 1998, sergent en 2005 et sergent chef en 2008 « et qui va reprendre cette unité dans une nouvelle dynamique de groupe ».

Un poste à responsabilité

Pascal Imbern lit son discours.jpgPascal Imbern prenait également la parole pour remercier en premier lieu « L’ensemble des sapeurs pompiers du centre de Latour de Carol qui œuvrent quotidiennement à ses côtés » et disait « l’honneur d’avoir été choisi pour parler et agir au nom du CIS de Latour de Carol, ne lui conférant qu’un seul droit : tout donner aux autres, à son centre, à ses convictions ». Georges Armengol, conseiller général lui emboitait le pas pour lui dire « Je sais que tu réussiras, grâce aux hommes et aux femmes qui ont été là avant toi et qui sont là aujourd’hui à tes côtés. Le Conseil Général a augmenté les subventions des Sapeurs Pompiers qui méritent au moins, d’être habillés convenablement pour aller sauver la vie des autres ». Marcel Peytavi, maire de Latour de Carol concluait en remerciant Pascal « Nous étions inquiets pour le centre. Que Pascal ait accepté ce poste à responsabilité nous fait chaud au cœur. Tous les élus et la population te disent leur gratitude ».

Suite à ces prises de parole, le public venu très nombreux était invité à partager le verre de l’amitié autour d’un magnifique buffet.

les pompiers du centre de Latour de Carol.jpg

Appel à recrutement

Les sapeurs pompiers volontaires du CIS de Latour de Carol sont au nombre de 12. Aussi, le nouveau chef de centre fait un appel à tous les volontaires qui souhaitent apporter leur volonté d’action pour l’intérêt général et intégrer le centre.