27/08/2012

Cerdagne - Angoustrine- Le feu du Pic Péric est fixé mais de très nombreuses reprises signalées

C’est à plus de 2000m d’altitude que les services d’incendie se trouvent depuis deux jours pour lutter contre un incendie qui a ravagé près de 100 ha sous le Pic Péric, dans le secteur des Bouillouses.

 

cerdagne,angoustrine-villeneuve-les escaldes,incendie au pic Péric,lac des bouillouses,sécurité civile

Placée risque très sévère d’incendie depuis le 17 août, la Cerdagne fait face à son 10e feu en l’espace de 15 jours. Après Guils, Porté-Puymorens, Saillagouse, Bolquère, les Angles, c’est au tour d’Angoustrine-Villeneuve-Les Escaldes de rallonger la liste des incendies estivaux. Cette fois, c’est en altitude que le feu s’est déclaré, à 2100m sous le Pic Péric, à côté de l’étang de l’Esparver. Deux jeunes campeurs, malgré les nombreuses mises en alerte départementales, ont fait une grillade qui leur a échappé vendredi en début d’après-midi. Un acte qui risque de leur coûter cher. Vendredi, deux trackers et deux canadairs étaient sur site pour enrayer l’incendie très difficilement accessible par les véhicules de pompiers.

 

cerdagne,angoustrine-villeneuve-les escaldes,incendie au pic Péric,lac des bouillouses,sécurité civile

 En effet, de nombreux petits massifs rocheux empêchaient toute progression en directions de certains foyers. La sècheresse extrême qui sévit en ce mois d’août a largement facilité la propagation du feu à l’herbe « pailleuse » et aux pins qui peuplent ce véritable écrin naturel. Hier matin, la forte tramontane a occasionné de très nombreuses reprises même si l’incendie était maîtrisé.

 

cerdagne,angoustrine-villeneuve-les escaldes,incendie au pic Péric,lac des bouillouses,sécurité civile

100m de front de reprise.

Vendredi, au plus fort de l’incendie, 65 pompiers étaient sur site. Ils étaient encore une quarantaine samedi, venus en priorité de Cerdagne et Capcir mais aussi de tout el département. Au barrage des Bouillouses où le PC était installé, de nombreuses personnes assistaient au ballet incessant de l’hélicoptère de la Sécurité civile chargé acheminer du matériel aux endroits les plus inaccessibles. Il a également déposé 17 pompiers du Détachement Intervention Héliporté 66 au plus près du feu, notamment sur le flanc gauche particulièrement actif. Un hélicoptère bombardier d’eau (le HBE 66) est venu en renfort des deux canadairs qui ont effectué de nombreuses rotations. « La météo n’est pas clémente car après la très forte tramontane qui nous a obligé à traiter une centaine de mètres de front de feu, le brouillard a fait son apparition, nous n’avons donc plus de visuel sur site » expliquent Wilfried Rigal, commandant les opérations de secours et le colonel Salles-Mazou, directeur du SDIS66. 

cerdagne,angoustrine-villeneuve-les escaldes,incendie au pic Péric,lac des bouillouses,sécurité civile

Un canot à moteur faisait même des allers- retour sur le lac des Bouillouses pour acheminer du matériel. Sur les lieux de l’incendie, c’est la désolation, les pins sont racornis par le feu et des crépitements soudains indiquent de très nombreuses reprises à venir.

 

cerdagne,angoustrine-villeneuve-les escaldes,incendie au pic Péric,lac des bouillouses,sécurité civile

 

Les canadairs font de nombreuses rotations pour noyer les foyers attisés par la tramontane. Photo : F. Berlic. reproduction interdite.

Hier soir, au vu de l’évolution de la météo et de la montée du brouillard, les équipes se sont mises en sécurité et restaient attentives à tout regain d’activité de l’incendie, sachant que les aéronefs, sans aucune visibilité ne pouvaient plus intervenir.  Il faudra sans doute une semaine pour arrêter définitivement les reprises.

cerdagne,angoustrine-villeneuve-les escaldes,incendie au pic Péric,lac des bouillouses,sécurité civile

De nombreuses reprises dans les pins à crochets. photo : F. Berlic. reproduction interdite.

01/03/2011

Cerdagne - Capcir - Haut-Conflent - Neige et Soleil : les infos du 1er mars

L'actu du mardi 1er mars 2011

grenier by night.jpg

By Night

Gratuit pour les filles !

A chaque soirée, sa spécificité ! La discothèque La Tartane aux Angles propose un thème différent chaque soir de la semaine. Aujourd’hui mardi, c’est Ladies Night autrement dit, entrée gratuite pour les filles jusqu’à 1h du matin et cocktail offert. Alors mesdames et mesdemoiselles, direction la boîte la plus ancienne de la région pour une nuit qui vous est réservée. Ouverture : minuit à 7h.

 

Avec Jakogrenier Indret Café Jako.jpg

Soirée à l’Indret Café

L’association Les Eynoiseries propose une soirée au Bistrot de Pays, l’Indret Café. En vous régalant de sandwichs à la plancha, vous pourrez écouter le concert organisé en ce lieu devenu emblématique au fil des ans. C’est Jako (Jacques Mestress) qui vous baladera entre rock’n roll, folk irlandais, Old Country et Blues. A partir de 20h, village d’Eyne.

 

grenier rifle.jpgL’ESF fait sa rifle

Pas de vacances sans rifle ! Cette animation traditionnelle organisée par l’Ecole du Ski Français des Angles vous permettra de gagner de nombreux cadeaux. Entre autres lots : des forfaits remontées mécaniques, des cours de ski, des chaussures de ski, un écran plat, un séjour au ski et un séjour en Espagne. Allez, tous à vos cartons ! Les Angles, 21h à l’Espace Bleu Neige

 

Système RECCO®col de droite détecteur RECCO.jpg

Attention aux avalanches

Les risques d’avalanche sont élevés depuis le début de la semaine, 4/5 pour plusieurs stations de Cerdagne et Capcir. Certaines stations sont plus particulièrement exposées à ces risques. Ainsi, la station de Porté-Puymorens vient-elle de s’équiper du détecteur RECCO®. Des réflecteurs, petites pastilles intégrées aux vêtements de ski émettent un signal radar.  Si une personne est ensevelie sous la neige, le détecteur RECCO® permet de la retrouver avec efficacité. On peut compter sur la technologie mais le mieux c’est de ne pas braver le danger !

 

col de droite conférence animaux.jpgPassionnant

Des animaux partout

En hiver, les animaux sont plus vulnérables mais aussi plus faciles à observer. Peut-être même aurez-vous la chance de ramasser un bois de cerf puisque les mâles perdent en cette période leur belle ramure. Pour vous aider à reconnaître les espèces, oiseaux ou mammifères, Benjamin Joffre vous propose une conférence « Les animaux de la forêt et de la montagne » avec un diaporama et une partie sonore. Font-Romeu, 17h-19h salle de conférence de l’O.T. 5€

 

Métier d’hivercol de droite métier d'hiver Dominique.jpg

Dominique, est gardienne du refuge du Col del Torn sur le site nordique du Col de la LLose en Capcir. Au col del Torn, quel est votre mission ? Je suis la gardienne des feux du refuge pour que les clients apprécient l’accueil quand ils arrivent. Je m’occupe aussi des repas. Vous proposez un menu authentique ? Oui, c’est un repas catalan à base de produits locaux. Grillade de saucisse, rouste et boudin, et fromage du pays. Les clients apprécient beaucoup. Quelle est la clientèle du refuge ? En général adulte, des familles ou des groupes, des habitués qui reviennent tous les ans. Beaucoup sont des fondeurs, la piste de ski de fond passe devant le refuge. Il y a aussi des pratiquants de la raquette. C’est un métier difficile ? Non quand on aime les gens et leur faire plaisir ! Renseignements 04.68.04.49.86.

 

Pisteur secouriste, un métier passion.

Véritables Saint-Bernard pour les usagers des pistes, c’est à eux  que reviennent la prévention et l’entretien sur le domaine skiable.

sujet de tête pisteurs.jpg

Avant tout le monde, ils prennent possession du domaine skiable, qu’ils connaissent dans les moindres bosses, combes et murs. « Ils », ce sont les pisteurs secouristes qui sillonnent la station de haut en bas et de bas en haut. Ils assurent la sécurité sur tout le domaine skiable et le domaine hors pistes accessible par gravité. Ouverture et fermeture des pistes, mise en place du matériel de signalisation et du dispositif de sécurité, Plan d’Intervention de Déclenchement des Avalanches (PIDA), accueil et prévention sur le milieu montagnard sont à leur menu.

Pompiers des neiges

Les pisteurs secouristes portent assistance aux blessés à l’aide de traîneaux et de barquettes, une mission sujet de tête pisteur secouriste.jpgqu’ils accomplissent avec professionnalisme. Les pompiers sur neige, comme il est souvent coutume de les appeler, utilisent d’ailleurs le même matériel que dans les casernes. Cependant, en plus de leurs excellentes qualités de skieurs, ils sont équipés d’ARVA (appareil de recherche de victimes d’avalanche) et de détecteur RECCO.

Pisteurs spécialisés

N’est pas pisteur secouriste qui veut. Il faut tout d’abord être titulaire de sujet de tête pisteur maitre de chien d'avalanche.jpgl’AFPS et avoir le diplôme 1er secours en équipe niveau 2. L’inscription à la formation de pisteur est subordonnée à la réussite d’un test de ski alpin ou nordique (niveau Chamois de Vermeil). Il peut par la suite se spécialiser en tant que nivo-météorologiste. Après deux saisons de pisteur secouriste 1er dégré, il est possible de devenir artificier pour le déclenchement des avalanches et maître-chien d’avalanches et surtout de passer au second degré. Trois années d’exercices plus tard, le Brevet National de pisteur secouriste 3e degré donne accès aux fonctions de responsable du service des pistes.

Métier difficile et exigeant s’il en est, être pisteur secouriste nécessite des qualités peu communes « c’est un métier passion, dommage qu’il soit saisonnier » regrettent ces anges gardiens des pistes. 

Frédérique Berlic et J .C. Frances

 

sujet de tête le dragon 66 en démonstration.jpg

Espace Cambre d’Aze à Saint-Pierre-dels-Forcats. Aujourd’hui : 14h à 16h : Journée pisteurs au Pla du Cambre d’Aze. Les pisteurs du domaine proposent différents ateliers pour découvrir toutes les facettes de leur métier. Ateliers de découvertes (15/30 mn) : Météorologie - Nivologie - Recherche de victime d’avalanche avec l’équipe cynophile – Démonstration de l’hélicoptère de la sécurité civile (Dragon 66) - Déclenchement d’avalanche - Secours sur pistes.                                                                          

 

 

 

 

pisteurs.jpg

Benoît, Joris, Olivier, Fabien et Yvan sont pisteurs secouristes à Formiguères. Ils vivent, comme l’ensemble de leurs collègues, hommes et femmes, présents sur les stations des Neiges Catalanes, un métier passion qu’ils accomplissent avec plaisir. En tant que secouristes, il leur faut des qualités d’attention, de calme et de courage.

 

 

photo bandeau pisteur.jpg

Les pisteurs secouristes sont présents sur tous les domaines skiables. Vous ne les voyez pas toujours mais ces hommes et ces femmes sont les anges gardiens de vos vacances à la neige!

 

11/02/2011

Cerdagne - Porté-Puymorens - Les chiens d’avalanche en exercice

des chiens prêts pour l'exercice.jpgSur le site de la Mine à Porté-Puymorens, onze équipes cynophiles spécialisées étaient à pied d’œuvre pour un exercice préfectoral de recherche de victimes en avalanche. Un travail compliqué par la chaleur et l’absence de vent.

Chaque hiver, les équipes cynophiles spécialisées sont tenues de faire cinq exercices préfectoraux de recherche de victimes en avalanche. Les deux premiers rendez-vous ont été annulés par manque de neige et hier, à Porté-Puymorens, c’était le premier vrai exercice. Sur le champ de neige du secteur de La Mine, dans de la neige naturelle, le personnel de la station avait préparé le lieu d’exercice avec minutie et à 10h, on attendait plus que les aboiements des chiens.

Arrivée en télésiègechien en télésiège2.jpg

A la Vignole, les équipes montent en télésiège, les chiens habitués dès leur plus jeune âge à tout type d’acheminement potentiel sur une zone d’avalanche, ne sont pas plus inquiets que ça. Le plus pressant pour eux : arriver sur le lieu de recherche et en découdre avec ces monticules de neige. L’objectif de la journée est la recherche de quatre personnes ensevelies, mettant en action, deux équipes cynophiles par passage. On leur demande de savoir prospecter une zone d’avalanche et surtout, localiser les victimes. Dès les effluves d’un corps repérées, le chien gratte frénétiquement la neige et avec force aboiements, signale sa découverte. Les maîtres chiens viennent alors pelleter l’endroit et extraire la victime, avec l’aide du chien associé à l’action.

chien en télésiège.jpgCinq équipes départementales

L’ensemble des équipes départementales qui font partie du plan de secours en montagne étaient présentes. On compte une équipe au PGHM d’Osséja, deux équipes CRS secours en montagne, deux équipes civiles à Porté-Puymorens et une équipe indépendante. Pour cet exercice préfectoral, sont communément associées deux équipes ariégeoises, trois équipes de pompiers andorranes, une équipe du Pas de la Casa et de la Guardia civil du peloton de montagne de Puigcerda (absent cette fois-ci). C’est Guy Gatounes, CRS secours en montagne, moniteur maître de chiens d’avalanche qui supervise le déroulement des opérations et la tenue des équipages. A l’issue des recyclagele chien trouve la victime et l'extrait.jpgs hivernaux, il transmettra au préfet, les équipes opérationnelles pour l’année suivante.

Un nouveau chien âgé de sept mois a fait son apparition dans le monde fermé des chiens d’avalanches et ses débuts en préformation à Porté-Puymorens ont été très prometteurs. Un investissement de ce type est indispensable pour les massifs montagneux pyrénéens, l’aide financière pour les équipes indépendantes n’en est que plus justifiée.


 

 

le chien a détecté une victime.jpg

 

Les chiens d’avalanche sont précieux pour la recherche de victimes. Aussi, pour maintenir leur niveau de performance, cinq exercices préfectoraux sont organisés en situation. C’est à Porté que se déroulait  la 3e session.

les équipes.jpg

07/01/2011

Cerdagne - Capcir - Haut-Conflent - La Fête de la Raquette souffle ses 10 bougies

journée de la raquette.jpgLa 10e journée nationale de la raquette à neige se déroule ce dimanche sur l’ensemble des massifs français. Si la neige n’a pas blanchi les montagnes catalanes, les organisateurs ont néanmoins tenu à maintenir ce rendez-vous qui propose de découvrir cette activité en particulier et la montagne en général.

En 2000, les accompagnateurs en montagne initiaient la Journée Nationale de la Raquette à Neige, rebaptisée au passage cette année en Fête de la Raquette à Neige. L’activité jouit d’un engouement indiscutable depuis plusieurs années. Découvrir la montagne autrement que du haut d’un télésiège a fait son chemin. Mais soyons clair, le skieur mordu de poudreuse n’est pas forcément réticent à chausser les raquettes à neige. L’activité plait et s’étend, c’est un fait. De plus, les fabricants sortent chaque année sur le marché, des produits de plus en plus sophistiqués reléguant bien loin les grosses raquettes type canadiennes qui se faisaient désespérément lourdes en fin de balade.

Privilégier la mobilité douce

Le but de la Fête de la Raquette à neige est de faire découvrir cette activité, moyen sécuritaire de se journée raquette 2.jpgdéplacer en montagne. Journée festive avant tout, elle est organisée dans le département par l’APAM 66 section catalane du syndicat national des accompagnateurs en montagne en partenariat avec la Fédération Française de Randonnée Pédestre, le Conseil Général, la Réserve Naturelle de Py-Mantet et les Fédérations sportives. Deux sites ont été retenus : Mantet et Bolquère Pyrénées 2000. La neige faisant défaut, si la balade ne se fait pas exclusivement en raquette, les groupes randonneront en montagne ou en forêt. Raquettes aux pieds ou non, pour l’utilisateur régulier de la montagne, l’esprit est le même : on privilégie la mobilité douce en prenant en compte la dimension environnementale. On pratique donc la montagne comme elle est, enneigée ou pas.

Sensibiliser le public

journée nationale de la raquette.jpgL’aspect ludique de l’activité ne doit pas faire oublier certaines règles de sécurité à respecter. La pratique de la raquette à neige se fait dans un environnement sauvage et une sortie peut vite dégénérer en drame si on n’a pas pris certaines précautions. Les organisateurs se chargeront de les rappeler notamment au travers d’ateliers « sécurité » organisés sur les deux sites. En famille, entre amis ou seul, les groupes constitués sont de taille conviviale. A chacun de trouver son type de sortie : à la journée, le matin, l’après-midi, pour les enfants ou sportive. De nombreux groupes se sont déjà manifestés pour y participer. Il est bon de noter que les organisateurs peuvent prêter environ 90 paires de raquettes. La convivialité est le maître mot de ce dimanche. Non seulement une boisson chaude attend tous les participants au moment de l’inscription, mais aussi une paëlla géante est prévue à 12h et les commerçants de Bolquère ont offert de nombreux lots pour une super tombola organisée à l’office de tourisme. Que demander de plus pour clôturer une journée aussi riche en découvertes !

Programme dimanche 9 janvier

Participation symbolique de 3€ (1€ pour les enfants) comprenant le prêt des raquettes et la participation à la tombola.

Pyrénées 2000

9h-16h30 : journée adulte (découverte de l’activité raquette)

9h15 : sortie en forêt

9h30 : chasse au trésor

13h45 : sortie parents enfants

14 h: sortie en forêt

14h15 : sortie orientation et sécurité en montagne

14h30 : chasse au trésor (orientation pour tous)

16h30 : bas de station, intervention des CRS de montagne et leur chien d’avalanche.

Sur la butte de neige de Pyrénées 2000 : ateliers libres d’accès toute la journée pour les participants  la Fête de la Raquette à neige. Plusieurs ateliers : initiation à l’utilisation appareil de recherche de victime en avalanche (ARVA), parcours ludique et technique pour apprendre à évoluer en raquettes sur tout type de terrain, découverte d’igloo et de leurs techniques de construction

Renseignements complémentaires et inscriptions : Office de tourisme de Pyrénées 2000 : 04 68 30 12 42 et APAM 66 : 04 68 96 46 41

Mantet

Départ navette à 1€ de Sahorre parking des écoles à 8h30 et 9h30 ou accueil à partir de 8h30 à Mantet (maison de la nature). Plusieurs randonnées de 2 à 5h (prévoir pique-nique)

Ateliers avec animations contées, découverte du milieu montagnard hivernal, et des traces d’animaux seront proposées aux familles.

 

journée nationale de la raquette 2.jpg

La raquette à neige est une activité en pleine expansion. Des balades ludiques peuvent être faites en famille ou entre amis et pour eux qui ne connaissent pas l’activité, rendez-vous à Mantet ou à Bolquère Pyrénées 2000.

 

16/08/2010

Cerdagne - Opération tranquillité seniors avec la gendarmerie

les gendarmes.jpgCet été, une opération de communication Tranquillité seniors a été mise en place par la communauté de brigade Bourg-Madame/Saillagouse. Le but de cette opération est ciblé : acquisition par le public senior de règles simples de vie en société permettant de se prémunir contre les actes malveillants. Effectivement, les seniors sont trop souvent les victimes de la lâcheté et de la ruse de certains agresseurs. Aussi, les gendarmes ont cet été, par le biais du club de 3e âge, de Bourg-Madame accueil et toutes les structures susceptibles d'avoir des seniors, fait une réunion sur la sécurité publique. Le lieutenant Jean-Vincent Harran, commandant de la communauté de brigades et Didier Andueza de la gendarmerie de Saillagouse ont parlé, devant une assistance d'une quarantaine de personnes, des bons gestes à avoir chez soi mais aussi quand on sort de la maison. Un échange très positif et enrichissant s'est engagé. Surtout, les gendarmes ont encouragé le public à solliciter leurs services et ne pas hésiter à les appeler en cas de besoin. Dans ce sens, le lieutenant Harran a rappelé que lui et ses hommes, dans le cadre de leurs missions, étaient là pour rendre service et être à l'écoute des citoyens. Le public a reçu une brochure reprenant quelques conseils pratiques et facile à appliquer. Une réunion extrêmement utile à tous.

le public.jpg

08/06/2010

Cerdagne - Accidents de personnel travaillant sur les chantiers routiers : une journée de sensibilisation auprès des usagers

journée sécurité3.jpgPour la 3e année consécutive, les directions interdépartementales des routes ont souhaité mettre en œuvre une action de sensibilisation nationale à destination des usagers intitulée « Je travaille pour vous, attention à moi ». En effet, les personnels qui travaillent aux abords des routes nationales et autoroutes sont trop souvent victimes d'accident dans l'exercice de leurs missions et tout particulièrement lors d'interventions ou de chantiers routiers. Sous l'égide de la préfecture des Pyrénées-Orientales, la gendarmerie, la DDT 66 et la DIR sud-ouest se sont associées pour lancer une opération de sensibilisation sur la RN116.

Vrai chantier et réelles infractionsjournée sécurité2.jpg

C'est aux abords d'un chantier manuel de curage d'un fossé bétonné et d'un atelier de réparation de maçonnerie sur la commune de Bolquère qu'un stand d'information était dressé par les personnels de la Direction Interdépartementale des routes. Dès qu'un automobiliste passait à côté du chantier à une vitesse supérieure à 70km/h, son véhicule était intercepté par la brigade motorisée de Perpignan. Les gendarmes proposaient alors aux automobilistes en infraction, soit d'être verbalisés et de se voir retirer un à deux points sur le permis de conduire, soit de passer 10 minutes en compagnie du personnel de la DIR-SO pour une sensibilisation « en direct ».  Une petite exposition photos montrant les accidents survenus sur des chantiers routiers parlait d'elle-même. A noter que deux automobilistes « pressés » ont préféré écoper et de l'amende et d'un retrait de points plutôt que d'écouter les agents de terrain !

Du respect avant tout

En 3h, près d'une cinquantaine de contrevenants a été arrêtée. Le personnel de la DIR-SO a insisté auprès des usagers sur le respect dû aux agents de terrain, en réduisant la vitesse pour anticiper les obstacles. Le non respect des prescriptions aux abords des chantiers publics entraîne une mise en danger de soi-même mais surtout des agents. Pour le responsable du district sud de la DIR-SO, Didier Michau et le responsable du point d'appui de Mont-Louis, Vincent Houriez « De telles journées de sensibilisation ont une approche pédagogique de la sécurité routière indispensable. Les gendarmes ne verbalisent qu'en cas de grande vitesse. Mais la semaine prochaine, la pédagogie, c'est fini ! ». Alors aux abords d'un chantier, levez le pied et pensez aux hommes qui y travaillent.

journée sécurité1.jpg

Les chiffres parlent...

A Bolquère, en 3h, 48 contrevenants ont été arrêtés

Une moyenne de 85 km/h au lieu de 70km/h réglementaires

Trois automobilistes au dessus de 100km/h dont un à 110km/h

Au n° national : 44% des conducteurs dépassent de + de 20km/h les limitations de vitesse autorisées sur les chantiers

20% des conducteurs ne respectent pas les distances de sécurité

En 2009, 1889 accidents ont été provoqués par le manque d'attention des conducteurs

18/05/2010

Cerdagne - Osséja : Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités territoriales en visite dans la commune

passage en revue des gendarmes.jpgLe secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités territoriales, Alain Marleix, était en Cerdagne pour une visite à double objectif. Tout d'abord, il inaugurait le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne à Osséja avant de se rendre pour un rendez-vous plus privé à la Clinique du Souffle La Solane.

Les gendarmes du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne ont eu l'insigne honneur de voir leur caserne inaugurée par le ministre Alain Marleix. Accompagné du préfet Jean-François Delage, du Colonel Guichard, commandant du groupement de gendarmerie des Pyrénées-Orientales, du député François Calvet, du sénateur Paul Blanc et de très nombreux élus de Cerdagne, Alain Marleix a visité les locaux du PGHM sous la conduite du commandant Bernolle. Le PGHM est sorti de terre il y a quelques années mais l'idée de voir une nouvelle brigade à Osséja avait été initiée par Paul Soulié, ancien maire et reprise par Daniel Delestré maire actuel. C'est la Communauté de Communes Pyrénées Cerdagne qui est devenue maître d'ouvrage de cette réalisation. Comme le soulignait Georges Armengol, président de la Communauté de Communes : « C'est avec beaucoup d'abnégation que nous avons voulu garder le PGHM ici en Cerdagne, alors que d'autres auraient souhaité le voir à un endroit plus central du département... ». inaguration du PGHM.jpg

En peu de temps, trois gendarmeries ont été construites en Cerdagne, à Saillagouse, Font-Romeu et donc à Osséja, « la mise en service de ces gendarmeries est autant de signes importants de la présence de l'Etat » dira le député François Calvet.  On pouvait s'attendre à une évocation de la très controversée réforme des collectivités qui se prépare et dont le ministre Alain Marleix est l'un des acteurs principaux. Evoqué en « off », le souhait de tous est que cette réforme tienne compte des spécificités des territoires et notamment ici, de l'aspect transfrontalier. Le ministre, dans son discours d'allocution a rappelé que le gouvernement avait priorisé la modernisation du logement des gendarmes, ce qui est destiné à leur assurer de bonnes conditions de travail. Citant la loi de finances pour 2010, le ministre a rappelé l'augmentation substantielle de 9,6% des crédits de fonctionnement pour la gendarmerie. Dans cette logique de modernisation, il annonçait le déblocage de 120 000€ à la PAF de Cerbère. Les 20 policiers qui travaillaient dans des locaux vétustes seront désormais installés au FRET dans des bâtiments rénovés.

Petit tour à La Solane

visite Solane.jpgAprès un repas au restaurant Planes à Saillagouse, le secrétaire d'Etat a poursuivi sa visite à la Clinique du Souffle La Solane. Mais là, Alain Marleix, a davantage coiffé la casquette de député du Cantal. En effet, la Clinique du Souffle Les Clarines devant être prochainement inaugurée à Riom Es Montagnes dans ce département, Alain Marleix a tenu à voir comment fonctionnait un centre de réhabilitation respiratoire en activité. Reçu par Jacques Desplan, PDG du groupe Fontalvie, Catherine Miffre, directrice générale du groupe et Philippe Desnot, directeur général de la Solane, Alain Marleix a pu apprécier la qualité de la structure à vocation nationale. Puis très vite, le ministre prenait la direction du stade où l'hélicoptère de la gendarmerie l'attendait. Direction la plaine pour la pose de la première pierre de la caserne de  Pollestres.

 

Combien ça coûte ?

Les trois gendarmeries rénovées ont coûté 7,7 millions d'euros d'investissement dont 3,5 millions d'euros pour le PGHM. 13% sont subventionnés

par l'Etat (419 000 euros), 14 000 euros par an pendant 15 nas sont versés par le Conseil Général, 113 000 euros de loyer et un emprûnt de 3 millions d'euros sur 30 ans finalisant l'investissement.