11/02/2013

Cerdagne-Bourg-Madame : Comment fonctionne la Croix-Rouge en Cerdagne ?

Créée en 1972, la Croix rouge de Cerdagne joue un rôle primordial dans l'aide aux plus démunis. Retour sur cette association et sur des assertions dénuées de fondements.

La Croix-Rouge existe en Cerdagne depuis 40 ans. Si initialement, la principale activité était le secourisme, son action a largement évolué au fil des ans. Des centaines de diplômes délivrés et quelques mutations plus tard, la Croix-Rouge propose dans un local mis gracieusement à disposition par la mairie de Bourg-Madame,  la vente de vêtements et autres et surtout distribue des colis alimentaires.

le local très achalandé.jpg

Un local bien achalandé avec des prix modiques. photos : F. Berlic

Une dizaine de bénévoles

Tous les jours, la Croix-Rouge  reçoit une quantité importante de vêtements de la part de Cerdans ou Capcinois solidaires. Le linge est trié plusieurs soirs par semaine par la dizaine de bénévoles. Cela demande beaucoup d'investissement. La Croix-Rouge travaille en étroite collaboration avec  l'association de réinsertion ARES et ses ateliers qui remettent en état les vêtements pour les rendre propres à la revente. Mais depuis quelques temps, des colonnes de recyclages de textiles mises en place par le Sydetom complique la tâche des associations caritatives "Nous avons une très forte diminution des dons car les gens mettent les vêtements dans ces colonnes. C'est très grave pour nous. Je demande aux habitués de continuer à nous apporter les vêtements" réclame Mercédès Marty.

Une fausse idée de l'activité

Les gens se font une fausse idée de ce qui se passe au local. "Le jeudi, jour de permanence, de nombreux Sud-américains venant de Puigcerda fréquentent le centre. Les gens pensent qu'ils viennent chercher des colis alimentaires ou qu'on leur donne gratuitement des vêtements. Ce n'est pas du tout la vérité" nous dit Mercédès Marty. C'est en réalité tout le contraire. "En achetant les vêtements à prix modique, ce sont eux qui nous permettent de faire des colis alimentaires pour les Cerdans et Capcinois nécessiteux. D'ailleurs, les Espagnols n'ont pas le droit au colis alimentaire" rectifie la présidente. En raison de l'éloignement, la Croix-Rouge ne bénéficie pas de la Banque alimentaire et fonctionne donc avec les dons de particuliers, mais aussi de professionnels comme Indigo, Carrefour Market, Aldi et bien sûr de la vente des vêtements, bibelots, puériculture et la collecte alimentaire qui a lieu tous les ans dans les supermarchés cerdans.

2 le local.jpg

Le local se situe sur le parking des bus du collège. photos : F. Berlic

Après les Restos du coeur

Quand les Restos du Coeur arrête sa campagne au mois d'avril, la Croix-Rouge prend le relais au niveau de l'alimentaire. Soit 8 mois sur 12! "L'année dernière 15 tonnes de colis alimentaires ont été distribués à 105 personnes dont 47 enfants qui ne mangeaient pas à leur faim. Ils habitent Osséja, Bourg-Madame, Saillagouse, Eyne, Sainte-Léocadie, Ur, Porta, Enveitg, Latour de Carol, Riutès, St-Pierre dels Forcats ou encore Err" nous dit Mercédès. Et une hausse de 30% par rapport à 2011. Il faut savoir que tout le monde peut venir acheter vêtements ou autres à la Croix-Rouge pour un prix compris entre 1et 3€. En revanche, les bénéficiaires de colis alimentaires sont pris sur dossier.

N'hésitez pas à venir à l'Antenne Croix-Rouge Cerdagne à Bourg-Madame, à côté de l'Ecole primaire ou y faire un don. Pour les dons en chèques : Croix-Rouge Cerdagne mairie 66760 Bourg-Madame. 

22/01/2013

Bourg-Madame - Epicentre, une épicerie solidaire ouverte à tous

L'épicerie solidaire de Répliques66 ouvre ses portes aujourd'hui. Un aboutissement pour les membres de l'association et Stéphanie Godard  à l'origine de ce projet très humaniste.

1 Stéphanie Godard.jpgAprès avoir travaillé d'une façon bénévole dans l'association dont elle a l'origine Répliques66, Stéphanie Godard en est depuis juillet, salariée. Depuis juillet 2011, elle s'est investie dans le projet d'épicerie solidaire, unique dans le département. Tous les membres de l'association, sa présidente Julie Lledos en tête, l'ont soutenue dans ce rêve un peu fou de voir en Cerdagne, un lieu pratiquant des prix justes pour les consommateurs et les producteurs. C'est chose faite avec une ouverture effective aujourd'hui à 10h. Pour s'occuper de l'épicerie Epicentre, Stéphanie, directrice coordinatrice sera secondée par Angeline qui elle gèrera la vente à proprement parler.

Stéphanie Godard à l'origine de l'épicerie solidaire. Photo : F. B.

Une réponse à besoin

Les différentes réunions publiques organisées par Réplique66 ont démontré les besoins d'une épicerie solidaire en Cerdagne. "Cela nous a convaincu de développer cette idée et de proposer le projet à différents financeurs" nous dit Stéphanie qui enchérit " C'est un projet d'économie sociale et solidaire. on est là pour développer de l'activité économique, créer de l'emploi, un lieu de lien social et de rencontre et une aide alimentaire de qualité. Ça répond à un souhait des politiques aujourd'hui de ne plus être dans du don mais justement d'être dans une aide participative". Cela correspond aussi à un souhait des habitants de consommer différemment. On y trouve des produits classiques mais surtout, un gros rayons de produits locaux venant de Cerdagne, Capcir et Conflent.

2 l'intérieur de l'épicerie avec Angeline.jpg

Angeline s'occupera de la vente à Epicentre. photo : F. Berlic

Quel est le public visé?

L'épicerie est ouverte à tout le monde. C'est la différence fondamentale entre l'épicerie solidaire et l'épicerie sociale qui elle est réglementée et s'adresse à un seul public. "Il y aura deux sortes de clients qui doivent adhérer à l'association : les solidaires qui payeront le prix normal et les aidés qui bénéficieront, après étude de leur dossier de réduction allant de 25 à 50% sur les produits. Le but est de donner un coup de pouce aux gens qui n'ont pas forcément droit aux aides sociales tels par exemple les travailleurs pauvres" explique Stéphanie. De plus des ateliers où les Cerdans pourront se retrouver autour de cours de cuisine, de confection de confitures, bref un partage des savoirs. "C'était une idée presqu'utopique au départ et on en est là. Je suis très fière de voir ça et ça va évoluer. C'est la première pierre de l'édifice Répliques66" conclura Julie Lledos la présidente. Une bien belle idée qui a germé et fait son chemin pour s'arrêter au 5 avenue Porte de France.

3 épicerie Epicentre.jpg

Epicentre se trouve à l'entrée de la rue principale, à l'ancien magasin Madeleine. Photo : F. Berlic                                                                                                            

Sont partie prenante dans l'Epicentre : Le Conseil Général, l'Europe (aide alimentaire), la Fondation de France, CIRA66, la mairie Bourg-Madame. Epicentre ouvre ses portes aujourd'hui à 10h (ancien magasin Madeleine). Horaires hebdomadaires : mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 10h-12h30 et 15h-19h. Tél : 06 16 09 67 55. contact mail : repliques66@hotmail.fr

06/02/2012

Cerdagne - Capcir - Haut-Conflent : Suppression de postes et de classes : un vent de révolte souffle sur les Hauts Cantons

La moutarde est montée au nez des élus des hauts cantons. Encore des propositions de suppressions de postes et c’est la montagne qui vacille, comme un seul homme dans la mobilisation.

Suite à la proposition de l’inspecteur d’académie de supprimer 9 postes sur les cantons de Mont-louis et Saillagouse, une réunion d’urgence était organisée par les conseillers généraux Pierre Bataille et Georges Armengol. Rarement on aura vu les élus de Cerdagne, Capcir, Haut-Conflent aussi unis et révoltés.

photo 1.jpg

de g. à dr. : le conseiller général du canton de Mont-Louis, Pierre Bataille, le conseiller général du canton de Saillagouse, Georges Armengol et sa suppléante, Marie-Noëlle Imbern.

L’inspecteur dans son bon droit ?

« Les cantons de Saillagouse et Mont-Louis sont classés en Zone de Montagne et constituent une entité géographique, économique et sociale dont le relief, le climat, le patrimoine nécessitent la définition et la mise en œuvre d’une politique spécifique de développement, d’aménagement de protection, loi du 85.30 du 3 janvier 1985 » rappelle Georges Armengol. Ces mêmes éléments servent d’ailleurs de base à la circulaire 2011-237 du 30 décembre 2011, élaborée conjointement à partir d’un groupe d’élus de la montagne, de l’AMF et des services du ministère de l’Education nationale. En matière de carte scolaire, celle-ci prescrit un devoir d’information et de concertation avec les exécutifs locaux des collectivités territoriales de la part des autorités académiques « collègues élus, en avez-vous été informés » demande Georges Armengol ?. Le non massif laisse entrevoir une irrégularité certaine et un non respect de la règle de la part de l’inspection académique.

Une mobilisation qui va crescendo

De minute en minute, l’exaspération est montée au sein des élus venus de l’ensemble des communes des deux cantons. Aucune ne manquait à l’appel et il n’a pas fallu longtemps pour apprécier la solidarité montagnarde qui n’est plus à démontrer. « Une classe touchée au fin fond du Capcir et c’est toute la montagne qu’on affaiblit » dira un élu. Mais pour le coup, c’est 5 postes devant élèves qui sont visés (Formiguères, La Cabanasse, Bolquère, Palau de Cerdagne-Osséja et Font-Romeu) auxquels se rajoutent deux postes de ZIL (Zone d’intervention localisée) et deux postes de RASED (Soutien en Pédagogie, Rééducation et Psychologie) sur les deux cantons. Et à l’évocation des postes évaporés les années précédentes, la salle a basculé dans l’ulcération. Au point que « en tant qu’officiers de polices judicaires que nous sommes, pourquoi devant ce manque de concertation patent, devrions-nous organiser les prochaines échéances électorales ?». Les élus ont donc décidé de passer à l’action et ce dès jeudi 9 février, en se rendant massivement devant l’inspection d’académie. « On peut vous dire que jeudi, on saura, nationalement, que les élus de la montagne sont venus à Perpignan » préviennent-ils.

En début de réunion, on entendait dire « Il faudra bien qu’un jour on se rebelle ». On peut considérer que ce jour est arrivé.

photo 2.jpg

Le conseiller général du canton de Mont-louis, Pierre Bataille, le conseiller général du canton de Saillagouse, Georges Armengol et sa suppléante, Marie-Noëlle Imbern et  les élus de l’ensemble des communes de la montagne ont pris des décisions unanimes pour contrer les propositions de l’inspecteur d’académie de supprimer 9 postes.

Extrait du courrier rédigé par les élus de Cerdagne-Capcir et Haut-Conflent

"… Considérant que les décisions prises par l’Inspecteur d’Académie – Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale vont à l’encontre du développement équitable et durable, objectif national défini par la loi, dans une dynamique de progrès « sans rupture brutale avec le passé et des traditions ». Considérant que les règles prévues pour l’élaboration de la carte scolaire propre à la zone de montagne n’ont pas été respectées (pas de concertation, pas de prise en compte des contraintes locales, pas d’étude d’impact…), Considérant que la charte de l’organisation des services publics et au public n’est pas respectée, Considérant que la suppression des 5 Postes d’enseignants devant élève, 2 Postes de ZIL, 2 Postes de RASED, est une rupture brutale avec l’organisation mise en place sur le plateau d’altitude que représentent les Cantons de Mont-Louis et Saillagouse qui détruit la qualité de service rendu à la population, dans le cadre des RPI et Ecole Publique. En conséquence, les élus exigent l’abandon des fermetures et suppression de postes sur les Cantons de Mont-Louis et Saillagouse, et demandent le maintien en l’Etat du service existant et la mise en place d’un moratoire en vue de suspendre cette décision compte tenu des importantes échéances électorales de 2012. Dans le cas du maintien des décisions proposées au Comité Technique, prioritaires pour Monsieur l’Inspecteur d’Académie – Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale, les collectivités des cantons de Saillagouse et Mont-Louis avec le soutien des parents, entameront les procédures juridiques auprès de la juridiction compétente". 

17/03/2011

cerdagne - Latour de Carol - Séance de révision du code de la route

Dans le cadre du programme Horizon Santé pour les seniors, la Charte Intercommunale de Cerdagne organise en partenariat avec le Conseil Départemental 66 de la Prévention Routière, des séances de révisions du code de la route. La  prochaine séance aura lieu à Latour de Carol, salle de la bibliothèque le vendredi 18 mars 2011 de 14 h à 17 h.

 

Pour tout renseignement:  04 68 04 06 41 ou mail  : charte-cerdagne@orange.fr


 

23/01/2011

Cerdagne - Bourg-Madame - Les Tout Petits : un établissement climatique en pneumo allergologie infantile de référence

Seul établissement de France au sein du regroupement de l’hospitalisation privée à accueillir des enfants entre un et 6 ans, les Touts Petits dont la spécificité est la structure d’accueil parents-enfants, vient de passer la certification AV2010. Un établissement sanitaire aux compétences professionnelles reconnues mais qui ne peut faire profiter la population montagnarde de ses spécialités thérapeutiques.

les tout Petits3.jpgOn sait que depuis 10 ans, de nombreuses maisons d’enfants ont fermé en Cerdagne et partout en France. Dans le secteur de Briançon, les trois établissements du secteur privé qui recevaient il y a peu les enfants de 1 à 6 ans viennent de fermer. Dorénavant, dans le secteur privé, les Tout Petits qui dispose d’un agrément de soins de suite et de réadaptation pour affections chroniques des voies respiratoires est le seul établissement spécialisé pour enfants de moins de 6 ans à exister tant au niveau régional que national. Pour la directrice de la structure, Marie-Thérèse Ortiz, « nous avons été retenus dans cette tranche d’âge parce que les Tout Petits a la spécificité d’avoir une structure d’accueil pour les parents, ce qui en fait un centre unique ». En plus de cette structure très appréciable pour les familles, c’est aussi grâce à une équipe de professionnels adaptée aux jeunes enfants que les tout Petits est toujours là.

La certification en cours d’obtention

Tous les 4 ans, les établissements de santé passent une certification. Un rapport est fait par des professionnels, des visiteurs experts émanant de la Haute Autorité de Santé. Les Tout Petits ont obtenu les années précédentes les certifications AV1 et AV2 et est le premier établissement d’enfants dans le secteur privé à passer la certification AV3 (AV 2010) au niveau national, suivi de la Perle Cerdane à Osséja puis Castel Roc et les Petits Lutins de Font-Romeu en fin d’année. « Le moins que l’on puisse dire, c’est que les maisons d’enfants de Cerdagne font de la qualité, il ne faut pas les laisser tomber » martèle Marie-Thérèse Ortiz. Les premières conclusions rendues par les visiteurs experts sont très positives et laissent entrevoir l’obtention de la certification sans recommandation.

Les enfants cerdans et capcinois écartés des soins

Les Tout Petits et la Perle cerdane accueillent des enfants de toute la France et même de Puigcerda pour la4 les parents aux côtés des enfants.jpg structure guinguettoise. Mais comme il n’ ya plus de pédiatre en libéral sur le plateau montagnard, les enfants de Cerdagne Capcir ne peuvent être envoyés ni aux tout Petits ni à la Perle pour des affections respiratoires « L’Agence Régionale de la Santé ne donne pas l’autorisation à des médecins généralistes de nous les envoyer. Ils doivent aller à Perpignan, Foix ou Toulouse. On nous demande d’être spécialisés mais cette spécialisation ne profite ni aux Cerdans ni aux Capcinois. C’est très dommage ». D’autant plus aberrant que le pôle pédiatrique transfrontalier regroupant pour la tranche de 1 à 18 ans, les Tout Petits, la Perle Cerdane travaillent déjà beaucoup ensemble et l’Hôpital de Cerdagne va se construire à Bourg-Madame dans 2-3 ans. Un projet très innovant qui va permettre une prise en charge plus spécifique des enfants avec une mise en commun des spécialités. En espérant que d’ici son ouverture le pôle pédiatrique transfrontalier aura reçu la fameuse autorisation ouvrant les portes des soins respiratoires aux enfants de la région.

les tout Petits.jpg


L’établissement sanitaire infantile a des spécificités telles que la structure  parents- enfants, des stages d’éducation thérapeutique et propose une place d’hospitalisation de jour.

22/01/2011

Cerdagne - Joséphine Gosa : une centenaire à la maison de retraite Joseph Sauvy

On n’a pas tous les jours 100 ans, et ça se fête ! Le Centre Joseph Sauvy a eu une belle occasion d’honorer une de ses résidentes, Joséphine Gosa tout juste 100 ans. Originaire de Cerdagne espagnole, Joséphine a vu le jour à Gorguja, petit village situé au-dessus de Llivia. Dans la ferme familiale Cal Trillet, elle a connu une enfance heureuse jusqu’à ses 11 ans, âge auquel elle perd sa maman. Elle dut abandonner l’école pour se consacrer aux travaux de la ferme, elle faisait même la distribution du lait dans le village à la brouette.

Elle s’installe à Urgâteau anniversaire.jpg

C’est en 1935 que Joséphine s’installe à Ur avec son mari François Gosa. Ils ouvrent une boucherie qu’ils tiendront près de 60 ans. Elle a connu les affres des guerres mondiales et surtout de la guerre civile espagnole. D’ailleurs, avec son mari, elle a accueilli toute sa famille pendant cette période. Bien que ses parents soient de nationalité française, elle a décidé de garder la nationalité espagnole. Joséphine a eu une fille et un petit fils. Elle a habité le village d’Enveitg jusqu’en 2009, date à laquelle elle entre à la maison de retraite Joseph Sauvy à Err.

Elle entre à 99 ans à J. Sauvy

Là-bas, Joséphine Gosa a gardé sa joie de vivre, son optimisme, son sourire et sa forme olympique, faisant presque envie d’avoir 100 ans ! C’est à son image, dans la plus grande simplicité, et entouré de sa famille, de Raymond Pouget, maire d’Err et de Pierre Jordy, maire d’Enveitg, de Rose De Montella, présidente de l’Association Joseph Sauvy, de Jacques Arévalo, directeur de l’établissement, ainsi que des autres résidents et de l’ensemble du personnel, que Joséphine Gosa a soufflé ses bougies : « La maison de retraite ? un havre de paix, un 5 étoiles car je ne dois rien faire ! » nous dit-elle enthousiaste.

Nous lui souhaitons encore de très belles années à venir.

 

Au centre Joséphine Gosa.jpg                         

Joséphine Gosa, au centre, entourée de sa famille, des maires d’Err et d’Enveitg, Rose de Montella, présidente de l'association Joseph Sauvy et Jacques Arevalo, directeur du centre Joseph Sauvy à Err

 

 

08/01/2011

Cerdagne - Installation du Conseil d'Administration du Groupement Européen de Coopération Territoriale de l’Hôpital de Cerdagne

la construction de l'hôpital avance.jpg

Puigcerda – C’est au Consell Comarcal de Puigcerda que Marina Geli Fabrega, conseillère de la santé de Catalogne et le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon ont installé le Conseil d'Administration GECT-HC. De nombreux élus et professionnels de la santé étaient présents à cette présentation très attendue. Un projet ambitieux, mais tout n’est pas encore réglé.

En cette fin d’année, le Groupement européen de coopération territoriale-Hôpital de Cerdagne (GECT-HC) a installé son Conseil d'administration (CA). L'objectif du GECT-HC est la "Construction, la mise en service et la gouvernance d'un hôpital transfrontalier, général et cantonal dans le canton catalan de la Cerdagne des deux côtés de la frontière et du Capcir". Il contribuera également au projet commun de santé du territoire cerdan. Pour ce faire, l'hôpital bénéficie d'un statut innovant, créé par le Parlement Européen et le Conseil de l'Union européenne, la convention constitutive des statuts ayant été signée le 26 avril dernier entre Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports et José Montilla i Aguilera, président du gouvernement de Catalogne.

Un véritable projet de territoire

Le Projet Européen de Santé de la Cerdagne va au-delà de la construction du nouvel hôpital à Puigcerda. Il a également pour objectif d’intégrer les services de santé des deux côtés de la frontière en profitant des meilleures spécialisations de chaque système, existant ou à venir. Ainsi, concernant la gériatrie, un pôle santé sera créé à Err et pour la pédiatrie, cette filière reposera sur la création d’un pôle pédiatrique associant deux centres : Les tout Petits à Bourg-Madame et la Perle Cerdane à Osséja. En ce sens, le département de santé de la Généralitat de Catalunya et l’Agence Régionale de Santé travaillent à l’émergence des réseaux de santé pour développer une offre complète et adaptée

Présentation officielle

Devant la pléthore de professionnels de la santé français et catalans, Marina Geli Fabrega et le Dr Martine Aoustin, ont présenté à tour de rôle les instances de gouvernance du GECT-HC, et en premier lieu le conseil d’administration dont la 1ère présidence, exercée alternativement tous les deux ans, échoit à Marina Geli Fabrega et la vice-présidence au Dr Martine Aoustin. Par la suite,  le conseil consultatif a été présenté au public.

Les acteurs locaux absents du conseil d’administration

Le Dr Aoustin affichait sa satisfaction de voir émerger ce projet européen « c’est un véritable modèle, le premier projet européen portant sur la santé. C’est tellement important pour l’accroissement économique et le bien-être de nos concitoyens. Je suis très fière de participer à ce premier conseil d’administration ». En revanche, le député-maire du Soler, François Calvet qui a porté ce projet du début à la fin, se montrait irrité par la composition des instances de gouvernance « les élus et les professionnels de Cerdagne doivent s’accaparer de ce projet. Il faut que nous puissions faire évoluer la réglementation française pour qu’il y ait un seul conseil d’administration et pas deux. Ça ne doit pas être. Je vais d’ailleurs déposer à l’assemblée nationale, une proposition de loi pour modifier cela ». Tout n’est pas simple quand il s’agit de traiter entre un Etat et une région. Affaire à suivre.

Marina Geli Fabrega et Dr Martine Aoustin.jpg

De g à d : Marina Geli Fabrega et Dr Martine Aoustin.

côté français.jpg

Après les discours, la photo de famille côté français : Rose de Montella, présidente asso. J. Sauvy, Jacques Arevalo, directeur maison de retraite J. Sauvy, Suzanne Delieux, conseillère régionale, Yves Barbe, directeur asso. J. Sauvy, Bertrand Picard, directeur général UGECAM représentant les Escaldes, Martine Aoustin, Vincent Rouvet, directeur de l’hôpital de Perpignan,député François Calvet, Catherine Barnole, inspectrice générale ARS des P.O., Chrsitophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Jean-Jacques Fortuny, maire de Bourg-Madame, Dr Montané du conseil de l’ordre national des médecins aux affaires européennes, Maïté Ortiz, directrice des Tout Petits et Georges Armengol, conseil général et maire de Saillagouse.

visite du chantier.jpg

Visite du chantier. L'ouverture de l'Hôpital de Cerdagne est prévue pour juillet 2012.