04/02/2013

Capcir - Les Angles - Du rire et encore du rire aux 2e Flocons de l'Humour

La commune des Angles accueillait la 2e édition des Flocons de l'Humour. Tout d'abord des humoristes en herbe concourraient, suivis par les artistes, Serge Llado et Gérald Dahan.

4 le public.jpg

Un large public à l'Espace Bleu Neige pour cette 2e édition des Flocons de l'humour.

Foi de montagnards, il y avait longtemps que l'on ne s'était pas autant tordu de rire. Les Flocons de l'Humour, organisés par France Bleu Roussillon en partenariat avec notre journal, ont atteint sans coup férir leur objectif : "S'en payer une bonne tranche!". Et le public venu très largement investir l'Espace Bleu Neige n'a pas regretté le déplacement dans la station angloise.

Patricia di Fraja et olivier Payré.jpg

Patricia Di Fraja et Olivier Payré et leur sketch "Bienvenue chez les Catalans". photo : F. B.

Des lauréats de l'humour

1 Carole G reçoit le flocon d'or.jpg

Les Flocons de l'humour innovaient cette année en organisant un concours mettant en lice des humoristes du département. Quatre minutes, c'était le temps imparti pour présenter un sketch évidemment le plus drôle possible, devant un jury de professionnels : Thierry Meyer, directeur de Boitaclous et président du jury, Pierre Galibert, directeur de France Bleu Roussillon, Gérard Jacquet, animateur sur France Bleu Roussillon, Julien Brugel, prof de danse et danseur de l'émission de TF1 Danse avec les stars, Christian Blanc, président des neiges Catalanes  et Philippe Campa, directeur général de l'Indépendant. C'est Caroline G qui remportait le concours devant Patricia Di Fraja et Olivier Payré qui avaient d'ailleurs décroché le prix de la Fondation Raymond Devos 2012 avec ce même sketch. Les Crèmes catalanes s'adjugeaient la 3e place. "Je voudrais saluer la performances et le courage des concurrents et l'ensemble des prestations car pour certains, c'était une première. Je suis ravi que le journal se soit associé pleinement à cette manifestation" s'est réjoui Philippe Campa.

                                                 Caroline G remporte le Flocon d'or.

le jury.jpg

De g à d : Pierre Galibert, directeur de France Bleu Roussillon, Philippe Campa, directeur général de l'Indépendant, Thierry Meyer, directeur de Boitaclous et président du jury, Gérard Jacquet, animateur sur France Bleu Roussillon et Julien Brugel, prof de danse et danseur de l'émission de TF1 Danse avec les stars. Photo : F. B.

Deux humoristes au sommet

2 Serge Llado.jpg

Le catalan Serge Llado, accompagné de sa guitare a conquis le public. Photo : F. B.

D'entrée, le catalan Serge Llado a régalé le public qui a très vite montré du répondant. Les hallucinations auditives (on croit entendre quelque chose en français alors que les chansons sont chantées dans une autre langue) ont fait mouche. Qui n'a jamais repris en coeur le "C'est Noël, c'est Noël .." de Enia qui en fait chante "Sade away, sade away...". Spécialiste de la chanson flash, il nous a délecté de ces irrésistibles sketches sur les turbulences de la vie politique nationale. Un sourire enjôleur, une guitare pour accompagner avec maîtrise des sujets d'actualité, dérision, calembours, le tour est joué et le public écroulé!

Gérald survolté

3 Gérald Dahan.jpg

 Gérald Dahan était survolté et a étonné avec sa large palette artistique. Photo : F. B.

A peine le temps de se remettre que déboulait sur scène un Gérald Dahan déchainé. Et il ne fallait pas avoir les oreilles chastes pour recevoir le flot de sketches salaces de l'humoriste très en verve. On peut dire qu'il y a eu du "taillage" à tous les étages, ministres, chanteurs, présidents de la République, tous en ont pris pour leur grade et le maire des Angles Christian Blanc en tête, brocardé à l'envie "Ça fait partie du jeu" dira-il plus tard en remettant à l'humoriste un flocon d'honneur. De DSK au premier jour d'investiture de François Hollande (un grand moment!), notre humoriste était inarrêtable, iconoclaste à souhait. Le public en redemandait, pas tout à fait repu par le gentleman usurpateur.

Et Thierry Meyer conclura "C'est le public qui décide. Ce soir le public est content et nous avec. C'était du très bon spectacle et une très belle soirée". On espère que cette manifestation qui réunit tout un public de Cerdagne et Capcir, se pérennisera, tant elle est salvatrice.                                                                                                                 

 

11/03/2011

Cerdagne - Capcir - Bilan à mi-mandat aux Angles : « C’est l’eau qui décide le développement et pas l’inverse »

Hormis trois projets qui ont été mis en stand-by, le maire, Christian Blanc et son équipe ont avancé sur de nombreux thèmes. Certains projets ont déjà abouti, d’autres ont été lancés, parfois freinés par l’Etat.

Christian Blanc a entamé son 4e mandat, installé dans le fauteuil de maire depuis 1989. A chaque fois, il a été élu sans liste d’opposition. En 2008, son programme était axé sur le chemin du développement durable en regard des évolutions climatiques, la maîtrise publique des infrastructures et l’ouverture aux autres, avec la population et les autres communes. A-t-il tenu ses promesses ?

Gestion économe et partagée de l’eau

Le cheminement de ce mandat était de savoir, pour Christian Blanc et son équipe, dans une station de sports d’hiver comment garder une activité qui est dépendante de la météo, en sachant que cette dernière est instable ?

Pour l’équipe municipale, l’élément fondamental de la commune, c’est la ressource en eau qui n’est pas inépuisable. Comment concilier les grosses consommations d’eau que sont : l’eau potable, la production de neige de culture et l’agriculture ? « L’eau est un des enjeux majeurs. Parmi les actions engagées : la réduction des fuites de réseaux, longs de 30kms. L’objectif était le rendement des réseaux actuels, nous y sommes parvenus à 80% » annonce Christian Blanc. « Tout ce qu’on gagne en m3 de fuites, c’est de la disponibilité pour la neige de culture ou l’agriculture ». La mairie vient également d’obtenir la déclaration d’utilité publique du forage d’eau potable des Angles. « Cela veut dire qu’aujourd’hui, on va moins prélever d’eau de surface ce qui écologiquement est moins néfaste. Sur le très court terme, c’est l’alimentation en eau à partir des toits des services techniques pour arroser des plantes et nettoyer les voitures » dit encore le maire. En cours de concertation, le prélèvement d’eau dans le lac de Matemale.

L’urbanisation

Depuis maintenant 20 ans, le Plan d’Occupation des Sols de la ville est gelé. « Je le répète, ce sont les ressources en eau qui doivent décider des capacités de développement immobilier dans une ville et pas l’inverse.  Nous avons livré fin 2010 six logements sociaux en partenariat avec l’office d’HLM ». En 2011, pointe le projet de lotissement dont l’objectif est de le réserver à l’habitat permanent. L’équipe municipale ne veut pas agrandir la taille de la ville et l’objectif du futur PLU est même de réduire les surfaces à urbaniser. Cette proposition fait cependant débat.

Le domaine skiable

L’objectif de l’équipe en place est le maintien de la gestion publique du domaine skiable. « Là non plus, pas d’extension en vue. En détenant la clef de la gestion, on a aussi la réponse sur la consommation d’eau. Il faut améliorer qualitativement l’existant ».

La gestion de la forêt

Dans son programme, l’équipe de Christian Blanc annonçait la protection et la valorisation de la forêt. Une fois élue, elle s’était penchée largement sur ce thème et a créé une régie forestière ayant pour but de nettoyer les forêts sur ce qui n’a pas de valeur marchande. Cette initiative a été attaquée par l’Etat. Elle a permis cependant d’employer 5 personnes et de nettoyer 95% des 6000m3 de bois abattus par la tempête Klaus. De plus, cette régie forestière est la seule localement à produire des plaquettes.

Les projets abandonnés

Les trois grands projets annoncés sont en stand-by. La réfection de l’Espace Bleu Neige, au centre des Angles coûterait la somme de 10 millions d’euros, la traversée d’agglomération, la somme de 3 millions d’euros et la zone de loisirs du lac de Matemale, 2 millions d’euros.  « On se concerte, on réfléchit, mais ne prenons pas de risques financiers sur des équipements qui sont de l’après-ski » modère Christian Blanc

Le photovoltaïque

Là aussi, tous les bâtiments publics devaient être recouverts de photovoltaïques, 4500m2 en tout. Le chantier démarré en septembre a été arrêté par rapport à la décision de geler tous les grands projets de ce type. On ne connaît pas l’avenir du projet.

L’Intercommunalité

La commune des Angles a souhaité adhérer à la communauté de communes Capcir-Haut-Conflent mais la demande a été rejetée par les grands électeurs que sont les maires. « Une intercommunalité regroupant les deux grandes communautés de communes, Cerdagne et Capcir, c’est le moment ou jamais. On a plein de projets à faire ensemble, à partager. Il faut dépasser le problème de personnes. C’est à nous de décider de notre avenir. Allons-y ! » dit encore le maire. 

 

Le point de vue de l’opposition…

Christian Blanc a été élu sans opposition depuis 4 mandats. La réponse se trouve sans doute dans la gestion de la ville. En plus des 19 élus, 14 personnes de la société civile sont intégrées dans un conseil d’administration de la station. Le nom de ces 14 personnes est connu avant les élections. Cela a permis d’ouvrir le débat à des gens qui n‘étaient pas autochtones, aux résidents secondaires, aux commerçants, aux acteurs de la vie locale. Avec une vision déconnectée du mandat, n’ayant pas de pression électorale, ils sont très libres de s’exprimer. « Lors de réunions hebdomadaires, très ouvertes, tous les cadres de la station sont là : les cadres du tourisme, des remontées mécaniques, les cadres de la ville ». La concertation est la base du ciment de ce village station où sans doute la politique municipale ne fait pas parfois l’unanimité. Mais ce mécontentement ne s’est pas exprimé électoralement parlant.

 

les angles.jpg

Comment le village station des Angles s'adapte à une nature qui change et quelles sont les solutions pour garder une activité dépendant de la météo? Est-ce que l'équipe municipale a gardé le cap du schéma proposé en 2008?