13/02/2013

Cerdagne - Porté-Puymorens - Le Col du Puymorens en cours de déneigement

Depuis des jours et des jours, le Col du Puymorens est fermé. Depuis ce matin seulement, l'équipe de la DIRSO de Latour de Carol s'attaque, à la fraise, à un immense mur de neige.

1déneigement du Col du puymorens.jpg

Il aura fallu 12h de travail pour déneiger 2 km. Photo : F. Berlic

La route du Col du Puymorens est totalement inaccessible. Quand on voit les murs de neige qui bordent la route pour monter à la station de ski, on comprend vite pourquoi. Avec la complicité d'Eric Charre, directeur de la station de Porté-Puymorens, direction le Col en moto neige, seul moyen de rallier les hommes de la DIRSO de Latour de Carol, en plein travail de déneigement.

2 ouverture du col du Puymorens.jpg

 La fraise s'attaque à une congère de 6 mètres F. Berlic

Un congère de 6 mètres

La fraise renvoie d'immenses gerbes de neige sur les bas-côtés de la route. Depuis 4h du matin, Laurent Lacambra et Julio Docampo conduisent sans interruption l'engin pour dégager un tant soit peu le champ de neige. "Avec deux fraises, nous avons fait 2km en ...12h! C'est vous dire si la tâche est importante" nous dit Laurent. La congère la plus spectaculaire se situe juste avant l'hôtel, lui aussi submergé. "Ça fait 18 ans que je fais ce trajet, et la dernière fois que j'ai vu autant de neige, c'était y a tout juste 10 ans, en février 2003. On avait eu la même quantité et depuis, cela s'était calmé" rajoute le conducteur, avant de jauger la congère de 6 mètres!

3 la fraise se fait un passage.jpg

 La fraise se fraye un passage dans un mur de neige. Photo : F. Berlic

De la neige mercredi

4 l'équipe de jour DIRSO LTC.jpg

Le travail est fatigant, souvent un vent violent se lève, et il faut tout recommencer. L'équipe de jour arrive jusqu'à la pancarte du Col du Puymorens et cède la place à l'équipe de nuit. Il faudra au minimum trois jours pour accéder à la Croisade et la RN22 qui dessert le Pas de la Casa. Mais les conducteurs ignorent la hauteur de neige qu'ils vont trouver  de l'autre côté du Col. De plus la météo prévoit un grosse chute de neige mercredi. La fraise va encore tourner une paire de jours avant de venir à bout de ces tempêtes de neige à répétition.

                                                                                                 

Laurent Lacambra et Julio Docampo, deux des conducteurs d'engins de déneigement. Photo : F. Berlic.

 

5 l'hôtel du col.jpg

L'hôtel du Col englouti sous les congères. photo : F.Berlic

09/03/2010

La Cerdagne et le Capcir pris sous la tempête de neige

Bourg-madame.jpgIl faudra remonter à 1986 pour trouver un épisode neigeux d'une telle ampleur dans le secteur montagne. Une neige d'une exceptionnelle qualité, tombée en grande quantité dès avant-hier soir. Le bonheur des stations mais pas des automobilistes pour qui la circulation a été rendue exécrable en raison d'un vent violent qui soufflait en fortes rafales dès 12h.

Pour les professionnels de la montagne, des « retours d'Est » c'est plutôt courant en cette période de saillagouse.jpgl'année, que ce soit en mars ou en avril. Ce qui l'est moins, c'est l'excellente qualité du manteau neigeux accumulé en 48h sur le secteur montagne. En Basse Cerdagne, on relevait en moyenne 50 cm de neige. D'habitude gorgée d'eau en cette décade de mars, la neige s'est avérée très froide garantissant un capital exceptionnel aux stations de ski des Neiges Catalanes. A Formiguères, où 70 cm se sont accumulés en bas de station, on se réjouissait de la situation qui « conforte l'existant et permet de voir avec optimisme la fin de saison ». Une magnifique aubaine pour certains domaines skiables qui prolongent du coup leur saison comme l'Espace Cambre d'Aze. « Vous l'avez en avant-première : la station devait être fermée dimanche, et avec cette manne, nous ouvrirons tous les week-ends jusqu'à Pâques suivant les conditions» se réjouit le directeur, Serge Rédrado. Toutes les stations étaient à la fête avec en moyenne, un mètre de poudreuse voire davantage sur leur domaine skiable. Les enfants quant à eux, avaient transformé les rues des villages en piste de ski.

déneigement à osséjqa.jpgLa galère des automobilistes

L'épisode neigeux a grandement perturbé la circulation dans les hauts cantons. Tous les ingrédients étaient réunis pour rendre les déplacements plus qu'aventureux : neige, froid, verglas, vent. Un parcours du combattant pour de nombreux salariés qui ont écourté leur journée de travail, les rumeurs sur l'état des routes en fin de journée étant des plus pessimistes. A Saillagouse, le personnel du Conseil ski dans osséja.jpggénéral en charge des routes départementales plaçait le pic de l'épisode neigeux aux alentours de 19h hier soir. La gendarmerie indiquait des routes extrêmement difficiles, particulièrement sur la RN116, de Saillagouse au Col de la Perche. Il est vrai que l'on a l'habitude de voir des chutes de neige de ce type en janvier-février, mais les Anciens n'avaient pas l'air catastrophés ni étonnés. « De mon temps... », oui on sait, il y a 50 ans, en Cerdagne, la neige atteignait parfois le premier étage mais avec les dérèglements climatiques, qui nous dit que l'on ne racontera pas la même chose à nos enfants !