22/05/2011

Cerdagne - Présentation du Pôle pédiatrique de Cerdagne

Hier, était présenté dans le cadre du Projet Européen de Santé de la Cerdagne, le Pôle Pédiatrique de Cerdagne, par le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon en présence des deux instances représentatives des deux établissements français de ce pôle que sont les Tout Petits à Bourg-Madame et la Perle Cerdane à Osséja.

Dans le cadre de la mise en place du Pôle Pédiatrique de Cerdagne qui sera construit à Bourg-Madame, une réunion était organisée à Osséja. Après un discours des instances respectives des deux établissements, Michel Caron, président de l’ALEFPA et Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, la réunion s’est poursuivie par un échange entre le Dr Martine Aoustin, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon (ARS L-R) et une délégation d’une cinquantaine de salariés des deux établissements. Le but de cette discussion était de faire le point sur la situation actuelle, les avancées réalisées et les projections à venir.

« Rendre pérenne l’offre de soins »

Le Pôle Pédiatrique de Cerdagne composé de trois acteurs : la MECSS Les Touts Petits à Bourg-Madame, La Perle Cerdane à Osséja et le Groupement Européen de Coopération Territoriale de l’Hôpital de Cerdagne (GECT organe gérant l’Hôpital de Cerdagne), est une des deux filières (avec le Pôle gériatrique construit à Err) du réseau de santé transfrontalier. Car le Projet Européen de Santé de la Cerdagne va au-delà de la construction du nouvel Hôpital de Cerdagne à Puigcerda. Il a également pour objectif d’intégrer les services de santé des deux côtés de la frontière en profitant des meilleures spécialisations de chaque système, existant ou à venir. Selon le Dr Aoustin, « nous avons l’intention de rendre pérenne et plus solide, l’ensemble de l’offre de soins sur le plateau cerdan, ceci en lien étroit avec l’Hôpital de Cerdagne puisque le nouveau Groupement de Coopération Sanitaire est formé à la fois par les Tout Petits, la Perle et le GECT. Ce regroupement montre l’articulation que nous souhaitons avec nos amis catalans, dans une grande fluidité de prise en charge de chaque côté de la frontière »

 

Et les emplois ?

On sait que le secteur santé est mis à mal depuis quelques années en Cerdagne. D’où l’inquiétude légitime des salariés des structures sanitaires. Michel Caron, président de l’ALEFPA « En regard de ces regroupements d’établissements, à l’ALEFPA notamment, nous sommes très volontaires pour qu’il y ait une gestion globale des problèmes de ressources humaines. Très tôt, j’ai demandé que les services de l’Etat accompagnent ce projet ». L’Etat investit 15 millions d’euros sur les deux pôles : 10 millions € sur le pôle pédiatrique et 15 millions € sur le pôle gériatrique. Aussi, cet engagement financier parle de lui-même. Et la directrice générale de l’ARS L-R de rajouter : « notre souhait fondamental, c’est de solidifier l’offre de soins sur ce territoire. A partir des compétences existantes, on offre à nouveau une ouverture des besoins de santé et bien sûr, on solidifie les emplois sur ce territoire, ce qui est très important ». François Bellido, délégué syndical CDDT66 à la Perle Cerdane était satisfait des propositions quant à l’avenir des salariés lors de ce regroupement.

Mise en commun des compétences

L’intérêt de la création du pôle pédiatrique et du pôle gériatrique est de rendre les structures sanitaires actuelles pérennes mais aussi de mettre en commun des compétences et des spécificités propres à chaque établissement. « Avec des médecins en commun, cela permettra de développer de nouvelles formes de prise en charge, notamment sur l’hospitalisation de jour, sur l’ambulatoire, les consultations spécialisées, et pourquoi pas dans un avenir proche, au pôle pédiatrique, prendre en charge de nouvelles pathologies. Le tout se fera en accord avec le futur Hôpital de Cerdagne » rajoute Marie-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

Un véritable projet de territoire en matière de santé se matérialise donc, les travaux devant commencer début 2012. Les grands gagnants en seront les Cerdans, des deux côtés de la frontière qui bénéficieront d’une meilleure prise en charge.

emplacement futur pôle pédiatrique.jpg

La construction prochaine des pôles pédiatrique et gériatrique est une nouvelle très positive et d’importance pour le plateau cerdan, autant pour la prise en charge des futurs patients que pour les emplois qui seront non seulement maintenus mais certainement développés. Depuis hier, est planté le panneau du permis de construire déposé en mairie de Bourg-Madame et accepté le 9 mai dernier.

présentation du pôle pédiatrique.jpg

De g à d : M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits, Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Jean-Jacques Fortuny, maire de B-Madame, Pierre Garcia, administrateur AELFPA et Michel Caron, président de l’ALEFPA. Le maire vient d’accueillir les responsables du futur pôle pédiatrique et leur annoncer l’acceptation du permis de construire.

le maire de bourg-madame, les tout petits et l'Alefpa.jpg

De g à d : J.-Michel Dufresnoy, directeur général de l’ALEFPA, Michel Caron, président de l’ALEFPA, Catherine Barnole, inspectrice générale ARS des P.O., Christophe Paillard, directeur de la Perle Cerdane, Martine Aoustin, directrice générale de l’ARS L-R, J.-Yves Le Quellec, directeur adjoint de l’ARS, Dominique Marchand, directrice adjointe de l’ARS, J.-Louis Bonnet, chargé de mission des hôpitaux et M.-Thérèse Ortiz, directrice des Tout Petits.

03/04/2011

Cerdagne - L’inspecteur d’académie accueilli par la fronde des hauts cantons

Jeudi soir, l’inspecteur d’académie, Dominique Beck, venu avec une délégation de l’inspection, réaffirmait en premier lieu, la décision de fermer les sections professionnelles « électrotechnique » et « hôtellerie restauration ». Les propositions de relogement de ces sections par l’ensemble des élus présents ont eu raison de la faiblesse de l’argumentation de l’inspecteur d’académie.

On connaît l’adage « on a gagné une bataille mais pas encore la guerre ». C’est ce qui pourrait résumer la réunion plus qu’agitée qui s’est déroulée jeudi soir dans la salle du Lycée Pierre de Coubertin à Font-Romeu, réunion de laquelle, la presse a un temps été refoulée. La teneur de ce rendez-vous était pour l’inspecteur d’académie : « une réunion d’information organisée par l’ALEFPA et l’Education nationale en direction des parents d’élèves concernés par la fermeture des voies professionnelles à la Perle Cerdane ». Mais c’est à une mobilisation générale des élus de Cerdagne Capcir, du corps enseignant, des parents d’élèves, élèves et population montagnarde que s’est heurtée la délégation de l’inspection académique.

Encore des chiffres

L’inspecteur d’académie a tout d’abord présenté les filières devant disparaître et les solutions proposées aux jeunes. Pour la restauration et l’hôtellerie, des investissements énormes ont été effectués…. sur la plaine ! 40 à 50 millions d’euros pour le futur lycée d’Argelès qui devrait ouvrir en 2014. Pour le secteur électrotechnique, « des réfections ont été faites sur le lycée de Prades et le lycée Charles Blanc à Perpignan, de l’ordre de 10 à 12 millions d’euros ». Des investissements lourds dont personne ne peut se plaindre quand il s’agit d’améliorer la formation professionnelle. Dans le public, une enseignante invective l’inspecteur « On a droit ici à de la formation, vous ne voulez pas investir en Cerdagne ». Et puisque tout est chiffre à l’inspection, il ne manquait plus à l’inspecteur d’académie qu’à annoncer le calendrier de la rentrée 2011-2012 « Il n’y aura plus aucun recrutement à la Perle Cerdane pour la section restauration hôtellerie et la section électrotechnique est supprimée. Le secteur tertiaire est transféré au lycée de Font-Romeu. Cela a été acté avec le recteur en accord avec l’ALEFPA ».

Des locaux soudain dépassés

Pourquoi ne pas garder dans l’enceinte de l’ALEFPA les locaux de l’Electrotechnique et de la restauration hôtellerie et maintenir ces sections indispensables à l’équilibre du territoire ? « Il y a une grande insécurité dans ces bâtiments et aujourd’hui les exigences techniques ne sont pas réunies sur la Perle Cerdane » disent Christophe Paillard, directeur de l’ALEFPA et Christian Sarboni, inspecteur de l’Education Nationale économie et gestion. « Depuis 6 mois, depuis la rentrée scolaire, vous accueillez donc nos enfants dans des locaux dangereux ?» se révoltent les parents présents. Au fil de la réunion, la faiblesse des arguments de l’inspection s’est faite jour.

Quelle concertation ?

Si le département peut se targuer d’avoir dans 3 ans un lycée tout nouveau tout beau à Argelès, « L’argent vient aussi bien de la population d’en bas que de la montagne. Pourquoi ne pas en mettre un peu ici. Quelle équité ! » dira encore un élu cerdan. « Les locaux dépassés, ce n’est pas un problème, même si j’en doute. Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage. Vous ne nous avez jamais concerté. M. l’inspecteur, vous avez l’attitude d’un chasseur qui a sa cartouchière pleine. Vous êtes monté en Cerdagne pour tirer à vue » s’insurge le conseiller général Georges Armengol. Mais des solutions de relogement des sections en péril ont fleuri parmi les élus comme les crocus au printemps.

« Sur l’initiative, je suis favorable »

Suzanne Délieux, conseillère régionale dira encore « Le lycée d’Argelès n’est pas fait pour vider la Cerdagne de ses enfants en formation. Si on vous propose des locaux, êtes-vous capable de maintenir les formations ? ». « La porte est ouverte. Si le Conseil Régional donne une délibération demandant l’ouverture de formation dans les normes, nous suivrons. Sur l’initiative que vous proposez, je suis favorable » dira enfin l’inspecteur. « Si justement il y a une possibilité de créer, par exemple un grand pôle d’excellence technologique, ne supprimez pas ce qui existe, de façon à préparer l’avenir » argumente encore Marcel Peytavi, maire de Latour de Carol.

Les jeunes montent au créneau

Grand moment d’émotion toutefois, quand les élèves des sections concernées, se sont avancés comme un seul homme et dignement, pour affronter l’inspecteur et leur dire leur refus de partir d’un territoire qui leur apporte de la formation qualifiante et leur assure un travail. Parents en pleurs et applaudissements ont accompagné ce baroud d’honneur de jeunes très dignes dans leur révolte. « Avez-vous mesuré la dimension de votre décision et le désarroi de ces jeunes que vous avez en face de vous. Vous désagrégez un outil extraordinaire des hauts cantons. Au lieu de faire le fossoyeur de notre territoire, soyez positif » dira encore Georges Armengol.

les élèves face à l'inspecteur.jpg

L’inspecteur d’académie, finalement concèdera « Avec vous élus, nous allons nous voir, très vite pour faire une proposition de déménagement des locaux au Recteur. Si le projet est monté dans le respect des examens nationaux, je ne vois pas pourquoi on s’y opposerait ».

L’enterrement de première classe n’aura pas eu lieu cette semaine, en espérant que la porte entrouverte par l’inspecteur d’académie sera celle que pousseront encore à la rentrée, les élèves d’électrotechnique et de l’hôtellerie restauration, d’un bâtiment ouvert pour eux, en Cerdagne.

une salle remplie.jpg

La position de l’inspecteur d’académie a été moins radicale en fin de réunion. D’ici quelques semaines, les élèves (en photo) sauront s’ils peuvent finir leur cursus en section professionnelle en Cerdagne, partir à Perpignan ou abandonner leur formation.

 
La parole au représentant des parents d’élèves D. Del-PINO :

Une réunion n’a t-elle pas pour but de dialoguer, il faut croire que non, car le jeudi 31 mars, se tenait au lycée de Font Romeu une « réunion » avec l’inspecteur d’académie au sujet de la fermeture du lycée professionnel La Perle Cerdane à Osséja, cette « réunion » fut en fait un monologue. L’inspecteur n’était pas venu pour dialoguer mais pour imposer un fait !!!!!

Il nous parle en premier lieu de l’insécurité des élèves dans ce bâtiment, comment alors pour la rentrée 2010/2011 a t-on pu prendre les inscriptions d’élèves, l’insécurité est elle venue en seulement 6 mois ? A ces belles paroles, les élus présents, conseillers généraux, conseillère régionale souhaitent garder l’enseignement professionnel dans notre secteur montagne. Ils proposent des locaux avec les mises aux normes. Il n’y aurait  comme seul soucis pour le rectorat,  la gestion du personnel (qui par ailleurs n’est pas difficile à trouver puisqu’il est déjà en place à La Perle Cerdane). Mais là, blocage de l’inspecteur, il est prêt à dialoguer avec les élus mais en faisant comprendre que cela ne serait pas réalisable (ne fait-il donc pas confiance aux élus ruraux ? Ne payons nous pas nos impôts comme en plaine ?)

Les personnes présentent ont été surprise de la détermination de Mr Paillard (directeur de l’ALEFPA qui accueille dans ses murs le lycée. Il cherche par tout moyen à démontrer qu’il n’est plus possible de garder le lycée dans ses murs : lui aussi parle d’insécurité, comment alors peut il recevoir encore les enfants du centre médico-social ? Veut-il couler son propre centre médico-social et les autres maisons d’accueils d’enfant du secteur car il ne faut pas négliger que pour pouvoir accueillir des jeunes patients, il faut pouvoir leur offrir un enseignement près de leur centre d’accueil. Le manque de soutien de Mr  le proviseur du lycée de Font Romeu (mais ne l’oublions pas directeur également du Lycée La Perle Cerdane) a également était ressenti dans l’assistance. En tout cas nous ne connaîtrons pas sa position sur le sujet. Le silence peut en dire long.

Quant à la presse, la loi sur l’info aurait-elle changée puisque l’inspecteur d’académie a refusé l’accès de la salle à la journaliste de l’Indépendant Cerdagne Capcir. Heureusement, son collègue du Capcir, moins connu sur le Lycée a pu entrer incognito. Qu’est ce que cela signifie, il ne faut peut être pas ébruiter le manque d’intérêt qu’inspire la population des hauts cantons à notre rectorat ? Alors les questions se posent : nos enfants ont-ils le droit à l’éducation comme les autres ?,  les élèves de montagne sont-ils considérés comme la dernière roue du carrosse afin de compléter les effectifs des établissements des villes ? Les professeurs du secteur montagne n’ont-ils pas les mêmes capacités à enseigner que ceux de la plaine ? Ou tout simplement nous prend-on pour des idiots ??

02/04/2011

Cerdagne - L’Inspecteur d’académie Dominique Beck « Pour ce qui est des sections professionnelles de la Perle Cerdane, la porte n’est pas fermée »

Jeudi soir, au lycée Pierre de Coubertin de Font-Romeu, l’Inspecteur d’académie Dominique Beck était attendu par un public très remonté suite à l’annonce de l’extinction des sections électrotechnique et hôtellerie restauration à la Perle Cerdane. Dans une atmosphère houleuse, l’inspecteur a réitéré les positions du Rectorat, démontrant comptablement, que ces filières n’étaient pas viables. Mais la guerre des chiffres a plié face au vent de révolte qui a soufflé dans la salle de réunion. Les élus présents ont proposé nombre de solutions quant à la prise en charge de la restauration et de l’électrotechnique dans d’autres locaux vacants en Cerdagne.

Devant une volonté politique aussi marquée, des enseignants remontés et surtout face à des élèves et des parents désemparés, l’Inspecteur d’académie s’est engagé publiquement à rencontrer le recteur pour travailler sur cette nouvelle donne. « La porte n’est pas fermée. Nous avons des élus, conseillère régionale, conseillers généraux, maires qui ont décidé d’aller porter la parole et la demande d’un sursis de quelques mois pour la section électrotechnique au Recteur par l’intermédiaire des présidents du conseil général et conseil régional. Ils demandent une décision au Rectorat, la démarche sera faite, mais je ne vais pas préjuger de ce que va décider le Recteur d’académie ».

une salle remplie.jpg

La suite du compte-rendu de cette réunion décisive, demain, dans l’édition de dimanche 3 avril.

31/03/2011

Cerdagne - Osséja - Les sections professionnelles supprimées à la Perle Cerdane : les élus s’y refusent

L’annonce de l’extinction des sections électrotechnique et hôtellerie restauration à la Perle Cerdane a fait fortement réagir les élus.  Ils se sont exprimés sur cette décision qu’ils jugent déplorable et inappropriée.

Après les vacances d’hiver, on apprenait la fermeture à la rentrée prochaine, de la filière électrotechnique et dans deux ans, de la filière hôtellerie restauration à la Perle Cerdane sur la commune d’Osséja (L’Indépendant du 23 mars 2011), le transfert de la section tertiaire (Bureautique, secrétariat) au lycée Pierre de Coubertin de Font-Romeu et la section Découverte Professionnelle (3e DP6) au collège de Font-Romeu. Si les décisions prises sont communes aux deux partenaires concernés par le site, l’Education Nationale et l’ALEFPA, c’est bien sûr le fond mais aussi la forme que critiquent vertement les élus de Cerdagne, du département et de la Région.

Convention remise en cause

L’ALEFPA (Association Laïque pour l’Education, la Formation, la Prévention et l’Autonomie) gère les locaux hébergeant les filières qui relèvent de l’Education Nationale. Par convention du 13 octobre 2006 entre l’ALEFPA et le recteur d’académie, il a été conclu une participation de l’Education Nationale à la dotation en moyens horaires d’enseignement de l’unité pédagogique.  « Il semble que cette convention qui arrive à échéance en février 2013 soit susceptible d’être remise en cause par l’ALEFPA » dit Suzanne Délieux, conseillère régionale et membre du conseil d’administration du lycée de Font-Romeu auquel sont rattachées administrativement les trois formations professionnelles de la Perle. « Tout se fait par bribes, se traite entre l’ALEFPA et l’Education nationale et la lettre du 24 février dernier entre ces deux parties est très choquante même indécente » dit-elle encore. Dans ce courrier, le recteur d’Académie adresse une réponse au président de l’ALEFPA suite aux conclusions de ce dernier sur les contraintes de locaux de l’association « Les deux spécialités restauration et électrotechnique seront progressivement mises en extinction ».

Etre mis au courant

Pour Georges Armengol, conseiller général, « quand les acteurs du territoire ne sont pas imbibés justement de ce territoire, on arrive nécessairement à ce genre d’exactions. Sur la forme, concernant cette fameuse lettre, je regrette que l’on n’ait pas été informé par les responsables de l’établissement qui accueille les sections du lycée professionnel, car certainement cela aurait permis de réagir différemment. C’est d’autant plus regrettable que l’on se voit régulièrement. De plus, on a décidé d’une façon un peu cavalière vis-à-vis des familles et des élèves de supprimer la section électrotechnique ». Il est attendu par tous que ces décisions de fermeture ne soient pas définitives même si cela semble malheureusement bien engagé : « Il est inacceptable aujourd’hui, dans une région comme la nôtre, de laisser partir des secteurs de formations qui sont une réelle potentialité, et qui plus est, correspondent aux besoins de l’économie locale ». Georges Armengol a d’ores et déjà programmé une rencontre entre les élus cerdans et l’inspecteur d’académie le 4 avril prochain.

Absolument garder ces filières

Pour le député de la circonscription François Calvet, qui avait déjà interpelé le premier ministre François Fillon sur la pérennisation de ces filières « si on avait su, on aurait essayé de trouver des solutions. On a été mis devant le fait accompli. Les possibilités existent, il faut trouver un local pour l’électrotechnique et surtout je ne veux pas que l’on tarisse le recrutement de la filière hôtellerie restauration à la rentrée 2011-2012 tant que les travaux au lycée d’Argelès n’ont pas commencé. La section cerdane pourrait être après coup une antenne de ce lycée. Les débouchés son très intéressants pour les jeunes cerdans, je défendrai ces deux sections et j’irai à Paris expliquer mes positions ».

Un retour de 40 ans en arrière

Pour Jean-Louis Demelin, maire de Font-Romeu, « Cette décision est déplorable pour notre zone de montagne, notamment pour la restauration et l’hôtellerie car on a besoin ici, dans cette profession, de gens qui y vivent à l’année. Quant à l’électrotechnique, les stations de ski recrutent largement cette main d’œuvre. Que les élèves doivent partir à Perpignan ou Prades, c’est un retour en arrière de 40 ans, quand on prenait le petit train jaune et qu’on était en pensionnat. Une fois de plus, notre territoire est saigné à blanc». Enfin pour le maire d’Osséja, Daniel Delestré, « Il faut que le potentiel de formation des filières professionnelles soit préservé. Si la 3e DP6, la bureautique et le secrétariat migrent à Font-Romeu, on ne va pas s’en plaindre. Mais supprimer à terme les deux autres sections, c’est véritablement un très mauvais coup porté à notre territoire. Ce serait navrant de voir partir ces formations vers l’extérieur ». Des élus à l’unisson quant au maintien des différentes sections professionnelles particulièrement adaptées aux besoins de l’économie locale.

L’inspecteur d’académie, Dominique Beck, sera présent aujourd’hui au lycée de Font-Romeu à 17h30 pour présenter aux familles, la nouvelle restructuration scolaire.

la perle cerdane 1.jpg

Les jeunes des hauts cantons ont droit a une offre de formation de proximité et de qualité qui répond dans un même temps à la forte demande des professionnels en hôtellerie, restauration et électrotechnique, secteurs que veulent justement supprimer les plus hautes instances de l’Education Nationale.

24/03/2011

Cerdagne - Osséja - Fermeture des secteurs professionnels : le pire des scénarios à la Perle Cerdane

Pendant les vacances d’hiver, le pire des scénarios devient réalité pour les sections professionnelles de la Perle Cerdane à Osséja. Le Rectorat a décidé du transfert de la bureautique et de la 3e DP6, la disparition de la section hôtelière dans deux ans et la mort de l’électro-technique à la rentrée. Colère et dégoût pour une population cerdane à nouveau laissée sur le carreau.

Pendant que certains faisaient du ski pendant les vacances, l’avenir des sections professionnelles de la Perle Cerdane se jouait à l’Inspection d’Académie. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir alerté l’opinion publique, dès septembre, sur le bien-fondé du maintien des sections d’enseignement professionnel qui se portaient jusque-là à merveille. On s’en souvient, en octobre dernier (L’Indépendant du 20 octobre 2010), les élèves des sections professionnelles de la Perle Cerdane bloquaient l’accès au Lycée de Font-Romeu, deux enseignants en hôtellerie-restauration manquaient alors. L’enseignement technique était également menacé.

section hôtelière perle cerdane.jpg

Sections transférées à Font-Romeu

Un trimestre et demi plus loin, la rentrée des vacances d’hiver est plus que morose pour les enseignants de la Perle Cerdane. Le couperet est donc tombé. Le Syndicat National des Lycées et Collèges (SNALC), reçu en délégation par l’Inspecteur d’Académie, nous communiquait la décision prise par le rectorat. La section tertiaire (Bureautique, secrétariat) est « récupérée » par le lycée de Font-Romeu et la section Découverte Professionnelle (3e DP6) par le collège de Font-Romeu. Le pire est évité puisque les élèves sont gardés sur le plateau cerdan.

Pire que les prévisions les plus pessimistes

En revanche, la décision de faire mourir la section hôtelière dans deux ans (le recrutement est suspendu) et la section électro-technique dès la rentrée 2011-2012 aura des conséquences gravissimes sur le bassin d’emploi dont on disposait. « Les chiffres sont éloquents : sur l’ensemble des entreprises d’électricité de Cerdagne-Capcir, il y a au moins un employé ou même le patron qui sort de la section élecxtro-technique de la Perle. Idem pour les stations de ski qui y recrutent largement pour leur régie ». De plus, l’équipe pédagogique de la Perle Cerdane avait planché sur des débouchés avec les Energies renouvelables de par la présence du CNRS en Cerdagne. Rien n’y a fait, les jeunes Cerdans et Capcinois sont à nouveau sacrifiés sur l’autel des intérêts économiques. Conséquence immédiate : le cursus démarré cette année devra être achevé à Perpignan.

Quelle équité entre élèves d’un même département ?

Eloigner les enfants à l’autre bout du département, « C’est tout simplement criminel quand on sait, socialement parlant, à quel public on a à faire. Quand on pense qu’on a construit le lycée d’Argelès pour éviter que les enfants aillent jusqu’à Perpignan » s’insurge un professeur. « Dans ce dossier de la Perle Cerdane, l’Education nationale n’est plus en capacité d’offrir la même éducation aux enfants en fonction de leur origine géographique » regrette le SNALC. On sait d’ores et déjà que les débouchés se sont mués en avenir opaque pour de nombreux jeunes d’une part et de nombreux employeurs d’autre part.

Perle Cerdane.jpg

L’inspecteur d’académie viendra à Osséja à la Perle Cerdane le 31 mars  à 17h30 pour présenter aux familles concernées, les décisions prises pour la rentrée 2011-2012. Une réunion houleuse en perspective quand on sait que les intérêts économiques ont prévalu sur les intérêts humains. on sait que la contestation s’organise sur le plateau cerdan.

01/10/2010

Cerdagne - Osséja - La Perle Cerdane et le Joyau Cerdan, 40 après

la perle en 1970.jpgQuasiment jour pour jour, le 3 octobre 1970, l'A.L.E.F.P.A. et son président fondateur Raymond Allard inauguraient la Perle Cerdane et le Joyau Cerdan. Pour le 40e anniversaire de cette date et pour mieux montrer la continuité de cet ensemble, étaient inaugurés hier, en présence de nombreux élus et administratifs, deux nouveaux établissements. Une journée marquée du sceau du souvenir et du renouveau.visite des lieux.jpg

En 1962, le sanatorium d'Osséja voit le jour. Un « monstre » de béton qui finalement n'a jamais fonctionné comme tel. A l'époque, les journaux n'hésitaient pas à parler de « sana-scandale ». Programmé en 1948, époque où la tuberculose tuait annuellement 42 000 Français, le sanatorium est achevé alors que la vaccination par le B.C.G. fait reculer spectaculairement cette terrible maladie. Le « Palais d'Osséja » qui a coûté 3 milliards d'anciens francs demeure vide. Finalement, l'Etat et les collectivités territoriales viennent chercher l'ALEFPA (association laïque pour l'éducation, la formation, la prévention et l'autonomie) et son fondateur, le maire adjoint de Lille, Raymond Allard pour mettre dans ces murs, un établissement sanitaire au profit de l'enfance et l'adolescence. L'ALEFPA obtient l'autorisation, en 1969 de la Direction du Ministère des Affaires Sanitaires et Sociales d'ouvrir la Perle Cerdane et le Joyau cerdan, établissements sanitaires et éducatifs mixtes pour enfants et adolescents.

un nombreux public.jpgDeux nouveaux établissements

On est désormais loin du scandale dont toute la France parlait alors. La Perle Cerdane et le Joyau Cerdan sont devenus depuis longtemps, des références dans le domaine des maladies chroniques (maladies respiratoires, maladies nutritionnelles et autres affections chroniques) et l'ALEFPA un acteur économique et social en responsabilité en Cerdagne. Le secteur sanitaire accueille 96 enfants. Le secteur médico-social accueille quant à lui, 96 enfants et adultes au sein de l'I.M.E. (institut médico-éducatif) Les Isards, L'I.M.E les Pervenches, le SESSAD (service d'éducation et de soins à domicile). Hier, en présence du président de l'ALEFPA, Michel Caron, des deux administrateurs territoriaux de l'ALEFPA, Jean Calvet et André Henri, du sénateur Paul Blanc, du sous-préfet Bernard Mouline, du député-maire François Calvet, de la conseillère régionale Suzanne Delieux, du conseiller général Georges Armengol, du maire d'Osséja, Daniel Delestré et de Catherine Barnole (ARH) étaient inaugurés les deux nouveaux établissements spécialisés pour personnes polyhandicapées, l'IME les Lupins et la MAS les Myrtilles (maison d'accueil spécialisée).

Expo, discours et conférencesles élèves du lycée professionnel de la perle.jpg

Le personnel de l'établissement a mis les petits plats dans les grands pour cette date anniversaire et ces inaugurations. Une exposition retraçant l'histoire de la Perle recouvrait les murs. De très nombreux « anciens » étaient invités pour revoir leur ancien lieu de travail, 40 ans de service pour certains. Le directeur général de l'établissement Christophe Paillard dans son discours, rappelait le rôle de « cette plateforme de service à la personne, avec des structures sanitaires, psychiatriques, médico-sociales et pédagogiques mais aussi un site employant 220 salariés et 30 collaborateurs de l'Education nationale ». Avant d'inviter les participants à déguster le repas préparé par les élèves du restaurant pédagogique, Michel Caron, rappelait l'idéal laïc de l'ALEFPA « impliquant une conception des rapports humains qui privilégie la solidarité, la démocratie, la tolérance mutuelle, la prépondérance de la place de l'enfant pris en charge et l'égalité d'accès aux prestations médico-sociales sans discrimination».

La journée anniversaire se poursuivait par des conférences de grande qualité sur des sujets sanitaires d'actualité. Une actualité qui permet à cet établissement quadragénaire de rester à la pointe dans l'adaptation et la modernisation des services.

 

1 inauguration de la MAS.jpg

29/09/2010

Cerdagne - Osséja : La Perle Cerdane et le Joyau Cerdan fêtent leurs 40 ans

Le 3 octobre 1970, l'ALEFPA (Association Laïque pour l'Education, la Formation et l'Autonomie) et son président fondateur, Raymond Allard inauguraient la Perle Cerdane et le Joyau Cerdan. Quarante ans après, le complexe sanitaire, médico-social et pédagogique fêtera l'implantation de ces établissements.

Jeudi 30 septembre, dès 9h, les invités pourront se retrouver autour de l'exposition du Cinquantenaire de l'ALEFPA, d'un film présentant les activités de l'ALEFPA et d'un diaporama des chantiers de l'Institut d'Education Motrice les Lupins et de la Maison d'Accueil Spécialisée les Myrtilles. Les discours d'inauguration et de commémoration commenceront à partir de 10h30 au théâtre de la Perle Cerdane en présence de : Michel Caron, président de l'ALEFPA, Jean-Michel Dufrenoy, directeur général de l'ALEFPA, Christophe Paillard, directeur général de la Perle Cerdane et du Joyau Cerdan, Bernard Mouline, sous-préfet représentant le préfet, Paul Blanc, sénateur, François Calvet, député, Daniel Delestré, maire d'Osséja, M. Leclerc, président de l'Institution interdépartementale d'Osséja, M. Peralta, représentant de Catsalut, Mme Barnole, représentant l'ARS (Agence régionale de la santé).

Les thèmes de la journée sont les suivants : Inauguration de l'IEM les Lupins, établissement d'accueil d'enfants polyhandicapés. Inauguration de la MAS les Myrtilles, établissement d'accueil d'adultes polyhandicapés. Commémoration des 40 ans de l'inauguration de la Perle Cerdane et du Joyau Cerdan. Lancement du Pôle Pédiatrique de Cerdagne. A partir de 14h, un cycle de conférence est organisé au théâtre de la Perle Cerdane. Les thèmes développés sont:  les maladies chroniques chez l'enfant et l'adolescent et le rôle de la famille par le Professeur Joyeux, Chirurgien Cancérologue de la faculté de médecine de Montpellier.  La prise en charge de traumatisés crâniens et des personnes cérébrolésées : d'hier à aujourd'hui par Maître Guillermou, président de l'Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisées crâniens et personnes Cérébrolésées. La prise en charge des personnes polyhandicapées : des questions et des réponses par M. Courtois, secrétaire général du Groupe Polyhandicap France.

La journée se clôtura autour d'une collation.

la perle cerdane.jpg